Partenariats équitables à travers la coopération triangulaire  

Les modalités et les forces dynamiques en matière de coopération internationale au développement évoluent. De nouveaux partenaires et partenariats apparaissent, et le défi commun que représente la concrétisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 pousse les parties prenantes à reconsidérer leur collaboration.

Dans un tel contexte, les Initiatives du partenariat mondial (IPM) en matière de coopération triangulaire efficace ont élaboré une approche plus inclusive et contemporaine de la coopération triangulaire, qui se concentrera moins sur les acteurs étatiques et davantage sur une interprétation contemporaine incluant de nouveaux acteurs du développement et des méthodes de travail changeantes. La coopération triangulaire implique trois types d’acteurs aux rôles définis:

a)  un ou une partenaire bénéficiaire:

l’objectif des résultats de développement à atteindre dans le cadre du projet de coopération triangulaire

 

 b)  un partenaire pivot:

possède une expérience avérée et partage ses ressources, ses connaissances et son expertise, et

 

 c)  un ou une partenaire de facilitation (ou facilitateur, facilitatrice):

aide à relier le bénéficiaire et le pivot pour former un partenariat et fournit un soutien financier et/ou technique

Parmi les partenaires peuvent figurer des gouvernements ainsi que des organisations internationales et multilatérales, des organisations de la société civile (OSC), le secteur privé, les milieux universitaires et autres. Selon le type de projet, il peut y avoir plus d’un acteur pour chacun des trois rôles partenaires et les partenaires peuvent changer de rôle au cours du cycle de vie d’un projet. Les partenariats inclusifs, y compris ceux qui soutiennent la vie des plus démunis, des plus vulnérables et de ceux qui vivent dans des États fragilisés, constituent la base de la coopération triangulaire et sont essentiels pour ne laisser personne de côté.

La coopération triangulaire résulte de la combinaison de la coopération Sud-Sud et Nord-Sud, qui crée des partenariats pour des objectifs de développement communs. Conséquemment, la coopération triangulaire implique une approche multipartite et offre des avantages comparatifs; les partenaires impliqués démontrant leurs connaissances et leur expertise et suscitant l’innovation, ce qui déclenche des avantages mutuels.

Dans de nombreux cas, l’un ou l’autre des trois partenaires sollicite un soutien pour relever un défi de développement. Le facilitateur aide à relier le partenaire pivot au partenaire bénéficiaire, tout en soutenant financièrement et techniquement la collaboration. Le partenaire pivot fournit l’expertise et les autres ressources nécessaires.

 

Visitez le vidéo du Global Partnership Initiative (GPI) pour un bref aperçu sur la coopération triangulaire!

 

Dans le but de visualiser la coopération triangulaire, nous pouvons considérer le processus tel quel :

« Un pays à revenu élevé ou un partenaire du Nord (facilitateur), en partenariat avec un pays émergent ou à revenu intermédiaire ou un partenaire du Sud (pivot) pour venir en aide à un pays à faible revenu ou en développement (bénéficiaire) à fin de relever un défi de développement spécifique. »

Le Canada et la coopération triangulaire 

 Le CCCI s’est associé aux Affaires mondiales Canada afin de comprendre comment les organisations de la société civile canadienne participent à la coopération triangulaire. Durant l’automne 2019 jusqu’en début 2020, le CCCI a travaillé pour sensibiliser les OSC canadiennes à la nouvelle définition de la coopération triangulaire, a identifié et documenté les expériences des OSC en matière de coopération triangulaire et a consulté les OSC canadiennes sur les principaux facteurs favorables à une coopération triangulaire efficace. L’initiative a abouti à un rapport de synthèse de principales conclusions et à un ensemble de 16 profils courts de 2 à 3 pages pour chaque projet examiné dans le cadre de l’initiative.