Nouvelle série de balados sur le financement novateur en développement

Nouvelle série de balados sur le financement novateur en développement

La réalisation des ambitions du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de ses objectifs de développement durable (ODD) saillants nécessitera un investissement collectif mondial de plusieurs milliards de dollars par an. Pour atteindre les niveaux de financement nécessaires pour ne laisser personne de côté dans le développement mondial, les États, la société civile, le secteur privé et les autres partenaires de la coopération au développement devront mobiliser conjointement des investissements supplémentaires importants. Par conséquent, une attention croissante est accordée au financement novateur du développement. 

Mais qu’est-ce qu’un financement «novateur»? Pour tenter de répondre à cette question, le CCCI a organisé un événement de deux jours sur le financement innovant du développement en juin 2019, à Ottawa. Au cours de cet événement, nous avons enregistré une entrevue avec Marisol Quirion (Développement International Desjardins) et Alain Plouffe (SOCODEVI) qui partagent avec nous leur expérience de financement novateur. Cet épisode sortira le 25 juillet 2019 et sera disponible ici. 

De plus, nous avons d’autres épisodes (en anglais seulement) qui traiteront du financement novateur du développement. Voici les sujets qui seront abordés et les dates de diffusion : 

 

Pour écouter la série de balados en anglais, veuillez visiter notre site Web ici. 

Quatre éléments incontournables de la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030

Quatre éléments incontournables de la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030

Shannon Kindornay, Directrice, recherche, politique et pratique du Conseil canadien pour la coopération internationale, et Laurel Wayne-Nixon, Chercheure Principale en politique ODD pour le British Columbia Council for International Cooperation

 

De mars à mai 2019, le British Columbia Council for International Cooperation et le Conseil canadien pour la coopération internationale ont collaboré à la préparation d’une série de notes d’information sur les bonnes pratiques de la mise en œuvre du Programme 2030 dans le but d’étayer la stratégie nationale du Canada. À la lumière de ces travaux et d’une plus grande participation à la consultation sur la mise en œuvre de cette stratégie, nous nous attendons à ce que quatre éléments clés surgissent du projet de Stratégie nationale du Programme 2030 au Canada, dont le lancement est prévu avant l’été prochain.

 

1) Orientation sur tous les aspects de la mise en œuvre du Programme 2030

Étant donné qu’il ne reste que 11 ans à l’ordre du jour, la stratégie nationale devra définir tous les aspects de la mise en œuvre, en mettant particulièrement l’accent sur les mesures que le gouvernement prendra pour accélérer son action et la manière dont il agira. Cela signifie que la stratégie devra aller au-delà de la description des priorités du développement durable et inclure des campagnes pour sensibiliser de manière continue, mobiliser les acteurs non étatiques et les diverses communautés, favoriser les partenariats, renforcer les capacités de mise en œuvre, coordonner tous les ordres de gouvernement et dans tous les secteurs, localiser la mise en œuvre mais aussi suivre et évaluer les progrès accomplis. Nous nous attendons à ce que le plan précise qui est responsable de quoi, comment la mise en œuvre se déroulera à travers les processus existants et nouveaux et les étapes clés. C’est dans ce contexte que nous explorerons comment le gouvernement du Canada compte rendre l’approche pansociétale de la mise en œuvre plus significative, en particulier pour les collectivités qui risquent d’être laissées de côté.

 

2) Un plan pour ne laisser personne de côté

Dans son rapport de 2018 aux Nations Unies sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Programme 2030, le Canada a mis l’accent sur les efforts visant à ne laisser personne de côté. Le Programme 2030 ne vise pas à changer les moyennes. Son succès repose sur le progrès pour tous, partout dans le monde, et les gouvernements seront jugés sur leur capacité à cibler les plus en retard en premier. Nous prévoyons que la stratégie nationale souligne ceux qui sont laissés de côté au Canada comme à l’étranger, et qu’elle s’accompagne d’une feuille de route claire sur la façon dont le Canada s’impliquera et encouragera l’autonomisation et le leadership des personnes identifiées.

 

3) Un plan national pour un leadership mondial

Nous nous attendons à ce que la Stratégie nationale canadienne du Programme 2030 décrive comment le Canada réalisera des progrès en matière de développement durable au Canada et à l’étranger. L’universalité du Programme 2030 exige que des mesures soient prises pour relever les défis du développement durable au Canada et dans le monde, tels que le changement climatique, la stabilité financière et les pandémies qui transcendent les frontières. À l’échelle mondiale, ne laisser personne de côté c’est se concentrer sur ceux qui accusent le plus grand retard à travers les efforts déployés par le Canada pour appuyer le développement durable dans d’autres pays. Dans le but de soutenir le leadership mondial du Canada, nous nous attendons à ce que la Stratégie nationale canadienne du Programme 2030 élabore un programme ambitieux pour la mise en œuvre du Programme 2030 au Canada, et cela en rapport avec les engagements mondiaux du Canada, fondés sur des preuves, des priorités locales et des approches pansociétales efficaces visant à ne laisser personne de côté.

 

4) Un système de reddition des comptes solide

La consultation portait notamment sur le Cadre d’indicateurs canadien pour suivre les progrès réalisés par le Programme 2030 ainsi que sur la transparence et la reddition de comptes. Nous nous attendons à ce que la stratégie nationale comprenne un engagement de transparence à rendre compte des progrès réalisés au Canada et dans le monde. Au Canada, le portail de données sur les ODD est déjà une bonne pratique pour ce qui est de fournir aux Canadiens les données les plus récentes sur la mise en œuvre des ODD. Il est dorénavant nécessaire d’avoir un calendrier pour la diffusion de rapports plus complets aux niveaux national et mondial. Nous nous attendons également à ce que des dispositions soient prises pour revoir la stratégie nationale elle-même, qui pourrait par exemple avoir lieu en 2025 et 2030, et qui mettrait l’accent sur les leçons apprises, les facteurs de réussite, la correction de cap et les efforts futurs. Enfin, la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030 devrait préciser comment les représentants élus, les personnes vivant au Canada et les organismes indépendants, tels que les conseils des droits de la personne, participeront à la mise en œuvre du Programme 2030 afin d’assurer la reddition de comptes globale.

 

La Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030 offre un important potentiel pour aider à l’avancement du développement durable au Canada et à jeter les bases d’une société plus inclusive, prospère, respectueuse de l’environnement et collaborative. Comme bien d’autres, nous sommes prêts à contribuer à l’approche pansociétale canadienne pour que personne ne soit laissé de côté.

 

Le présent article d’opinion s’inscrit dans le cadre de la série sur les bonnes pratiques pour la mise en œuvre du Programme 2030 produite par le British Columbia Council for International Cooperation et le Conseil canadien pour la coopération internationale et financée en partie par par le Programme des objectifs de développement durable du gouvernement du Canada. Les opinions et interprétations contenues dans cette publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.

 

Quatre éléments incontournables de la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030

Partenariats de recherche pour la réalisation du Programme 2030 au Canada

Nasya Razavi, Post-Doctorante Visiteuse, The City Institute, York University et Jon Beale, Directeur, Sustainable Development Solutions Network Canada

 

Le Programme 2030 est ambitieux et la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) nécessite l’utilisation d’une approche pansociétale dans tous les secteurs. Les partenariats de recherche collaborative créent des passerelles entre pratique et recherche qui contribuent à faire progresser l’apprentissage vers des solutions de développement durable efficaces. Au Canada, pour se conformer aux indicateurs ODD, il est essentiel de produire des connaissances pertinentes et ponctuelles permettant d’éclairer une programmation fondée sur des données probantes. Les défis posés par les partenariats de recherche indiquent toutefois que ces collaborations se produisent moins fréquemment, au Canada, comme cela pourrait être le cas. En outre, les dépenses en recherche et développement au Canada doivent progresser pour pouvoir satisfaire l’augmentation de 50 % du nombre de chercheurs dévoués, nécessaire pour atteindre les objectifs fixés dans les domaines des sciences et de l’innovation.

 

Contributions existantes au Programme 2030

Les partenariats novateurs existant, qui s’établissent partout au Canada, constituent toutefois un point de départ pour combler les lacunes des partenariats de recherche liés aux ODD. L’Alliance 2030 est, par exemple, une plateforme en ligne qui crée un espace dans lequel diverses organisations et les particuliers peuvent se connecter et collaborer. Le rapport  Blueprint, Generation SDG (le Plan directeur, Génération ODD), un effort déployé par la Waterloo Global Science Initiative, présente une gamme d’actions collectives et de partenariats locaux canadiens visant à promouvoir le développement durable. Enfin, la Carte du Mouvement du British Columbia Council for International Cooperation (BCCIC) révèle la « mosaïque invisible » des organisations qui contribuent au développement durable sans faire aucune référence explicite aux ODD. Cette tendance existe également dans le milieu universitaire. Les chercheurs alimentent la recherche sur les ODD bien que leurs efforts ne soient pas nécessairement encadrés comme tels.

 

Face à ce manque de visibilité, Prochaine Génération – Collaboration pour le développement, un programme de recherche conjoint du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) et de l’Association canadienne pour l’étude du développement international, s’est associé au Réseau pour des solutions de développement durable du Canada pour schématiser les domaines de recherche sur les ODD au Canada. Ce projet vise à déterminer de quelles manières les chercheurs et leurs partenaires contribuent à la mise en œuvre des ODD et à découvrir les domaines de recherche sur les ODD, qui sont sous-représentés. De plus, en se basant sur de nouvelles recherches portant sur la collaboration entre le milieu universitaire et la société civile, l’équipe a identifié les défis en matière de capacité liés à l’établissement de partenariats efficaces et équitables, et a également déterminé le besoin d’accélérer la mobilisation des connaissances et la sensibilisation.

 

Promouvoir la collaboration

La mise en œuvre des ODD au Canada exige un investissement important en recherche et développement, mais aussi la création d’un environnement propice aux partenariats, comme l’a souligné une récente note d’information du CCCI et du BCCIC. Le gouvernement et les organismes gouvernementaux ont un rôle à jouer, en tant que rassembleur, pour faciliter les échanges au sein des secteurs et entre eux, et ce dans le but d’appuyer les échanges intersectoriels et le partage des connaissances. Financer les efforts de collaboration et les mécanismes de renforcement des capacités permet aussi d’appuyer les éléments transformateurs du Programme 2030, y compris la participation des communautés historiquement marginalisées du Canada à titre de partenaires.

 

Il est possible de tirer parti des possibilités de financement existantes pour mieux relier la recherche et les projets de recherche concertée au Programme 2030. Par exemple, l’initiative Imaginer l’avenir du Canada du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) met l’accent sur les défis mondiaux futurs auxquels les Canadiens sont confrontés et qui reflètent en partie les ODD. Le CRSH offre également des possibilités de financement pour appuyer la collaboration entre les universitaires et les acteurs non étatiques et gère certains programmes qui pourraient appuyer le Programme 2030. Le Conseil national de recherches du Canada soutient également l’innovation et la collaboration à l’échelle internationale. Le renforcement de ces approches existantes et l’établissement de liens explicites entre la recherche et les ODD pourraient renforcer cette collaboration. Le recours au financement adapté et au financement de démarrage pour soutenir la capacité à tester de nouvelles idées pourrait renforcer les efforts des acteurs communautaires et non étatiques, ce qui permettrait de créer de nouvelles synergies et d’amplifier les succès. Les universités au Canada ont déjà commencé à s’attaquer au Programme 2030 en intégrant les ODD dans leurs stratégies sur les campus. Les universités offrent un terrain fertile pour la recherche sur les ODD, le suivi et l’évaluation, la création de partenariats multipartites et, surtout, l’engagement des étudiants.

De grands progrès restent à faire pour la mise en œuvre des ODD. Promouvoir une culture de partenariats de recherche et de collaboration intersectorielle constitue une excellente occasion pour faire progresser le programme 2030 au Canada comme à l’étranger.

 

Le présent article d’opinion s’inscrit dans le cadre de la série produite par le BCCIC et le CCIC sur les bonnes pratiques pour la mise en œuvre du Programme 2030, une initiative financée en partie par le Programme des objectifs de développement durable du gouvernement du Canada.

 *Déjà publié sur le Blogue Affichez vos couleurs du gouvernement du Canada ici.