Discussions, politiques et financements de l’action humanitaire

Discussions, politiques et financements de l’action humanitaire

 

Réunion des Chefs des agences du RIH

Les dirigeants des organisations membres du Réseau d’intervention humanitaire (RIH) du Canada se sont réunis le 30 septembre à Montréal lors de la réunion des chefs des agences du RIH. Cet événement annuel rassemble les directeurs généraux et PDGs des organisations membres du RIH, le personnel cadre du secteur humanitaire et des représentants du gouvernement du Canada pour discuter de leur expérience collective en matière d’intervention humanitaire. La réunion a donné lieu à de riches discussions sur une variété de sujets portant sur le thème du « rôle du leadership organisationnel dans le renforcement du système humanitaire canadien ».

La journée a débuté par des présentations de dirigeants portant sur des questions clés qui touchent à l’ensemble du secteur. Les questions abordées par les dirigeants présents dans la salle incluent, entre autres, les politiques et le financement de l’action humanitaire, la réglementation relative aux organismes de bienfaisance et la localisation. Une discussion de groupe s’est également tenue pour creuser en profondeur les nuances qui existent pour ceux qui travaillent à l’intervalle entre l’humanitaire, le développement et la paix, mais aussi pour explorer comment faire valoir les principes humanitaires d’impartialité, de neutralité, d’indépendance et d’humanité tout en intégrant des solutions à long terme plus durables, de renforcement de la résilience et sensibles au genre dans les réponses aux crises et conflits prolongés. À la suite de la dite discussion de groupe, 29 dirigeants d’organisations humanitaires canadiennes ont signé une déclaration conjointe confirmant leur engagement à travailler dans une dynamique intégrée et inclusive pour permettre une meilleure collaboration entre les secteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix. Cette déclaration, première du genre formulée par un groupe de dirigeants d’organismes au Canada, affirme que les approches intégrées ont pour objectif final le développement de solutions durables pour les populations touchées par les crises.

En après-midi, la discussion s’est concentrée sur les organisations humanitaires, en s’appuyant sur l’accent mis sur les politiques et la programmation lors des discussions de la matinée. Des séances ont été organisées pour encourager les dirigeants à réfléchir à la façon d’appuyer un secteur plus diversifié et inclusif, et à la responsabilité de l’employeur qui doit prendre toutes les mesures raisonnablement possibles pour assurer la santé, la sécurité et le bien-être des employés. La journée s’est clôturée par un discours-programme inspirant de Solange Tuyishime, PDG d’Elevate International et ambassadrice d’UNICEF Canada. Dans l’ensemble, la journée a été remplie d’occasions pour les leaders d’établir des liens entre eux – un moment unique pour le secteur.

 

J’ai trouvé les sujets tout à fait pertinents et je crois qu’il y avait beaucoup de choses qui pourraient être rapportées à mon organisation et faire l’objet d’un suivi. La séance sur la diversité a été particulièrement utile pour nous pousser à réfléchir davantage sur l’inclusion.

Commentaire d’un participant

Politique humanitaire

Lors de la réunion, le CCCI a présenté un examen de l’évolution récente des politiques et du financement de l’action humanitaire. Voici, ci-dessous, les messages clés :

Après plusieurs mois de consultation à travers le processus consultatif vaste et exhaustif d’examen de l’aide international, le Canada a lancé, en juin 2017, sa nouvelle Politique d’aide internationale féministe (PAIF). L’aide humanitaire a été intégrée au sein de cette politique, regroupée aux côtés de la santé, de la nutrition et de l’éducation dans le cadre du domaine d’action « Dignité humaine ».

Pourtant, bien que l’aide humanitaire ait été, en quelque sorte, assimilée au cadre de la PAIF, elle s’est, par contre, distinguée sur le plan de la mise en œuvre. Quelque deux ans plus tard, en avril 2019, le Canada a lancé sa Politique en matière d’égalité des genres dans l’action humanitaire, la première d’une série de politiques des champs d’action de la PAIF.

L’histoire derrière le leadership du secteur humanitaire dans la mise en œuvre de la PAIF est aussi celle de l’engagement de la société civile. À la fin de 2017, dès que le gouvernement a annoncé qu’il élaborerait une série de politiques pour guider la PAIF, le Groupe de politiques et de plaidoyer sur l’aide humanitaire du Conseil canadien pour la coopération internationale a préparé une soumission conjointe complète et substantielle proposant des principes et des activités pour une politique humanitaire féministe. Cela faisait suite à la demande de longue date de la société civile, réclamant une politique humanitaire canadienne définie – ce qu’Affaires mondiales Canada (AMC) semblait disposé à réaliser dans le contexte de la PAIF. Dans sa soumission, le secteur humanitaire a demandé que l’accent soit mis sur une approche intersectionnelle de l’aide humanitaire qui reconnaisse le lien entre l’intervention humanitaire, le développement et la consolidation de la paix.

Après plus d’un an de va-et-vient entre le personnel ministériel et les bureaucrates d’AMC, l’équipe humanitaire d’AMC s’est ensuite tournée vers le Groupe de politiques et de plaidoyer sur l’aide humanitaire et vers le Réseau d’intervention humanitaire (RIH) du Canada pour obtenir leurs commentaires ou contributions à une ébauche de politique humanitaire. Le secteur humanitaire a par la suite donné une rétroaction substantielle, notant les possibilités d’améliorer les textes relatifs au droit, de clarifier les champs d’application et de renforcer l’accent mis sur les liens intersectoriels des programmes.

Cette rétroaction a été assez bien reflétée dans la version finale de la politique présentée en avril 2019, lors des Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, à la suite de laquelle le Groupe de politiques et de plaidoyer sur l’aide humanitaire a fait une déclaration commune en réponse au lancement de la politique humanitaire.

Au fur et à mesure que les engagements forts de la PAIF et de la politique humanitaire poursuivent leur mise en œuvre par le biais d’orientations et de plans internes, ceux-ci devraient être développés conjointement par l’AMC et la société civile, s’appuyant à la fois sur les politiques et la pratique.

 

Financement de l’action humanitaire

Les changements apportés à la politique humanitaire canadienne coïncident avec les changements apportés au financement humanitaire canadien. Ces tendances sont présentées dans une nouvelle analyse du CCCI qui a été présentée au Réseau d’intervention humanitaire lors de la réunion des chefs des agences et qui est désormais publiée.

Veuillez lire l’analyse ici:  Financement humanitaire 2019

 

 

 Aislynn Row est la Coordinatrice du Réseau d’intervention humanitaire (RIH) du Canada.

 

 

Gavin Charles est Chef d’équipe politique au Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI).

Les organisations humanitaires signent la première déclaration canadienne pour une collaboration plus étroite entre les secteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix

Les organisations humanitaires signent la première déclaration canadienne pour une collaboration plus étroite entre les secteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix

Les membres du Réseau d’intervention humanitaire du Canada (RIH) se sont réunis le 30 septembre à Montréal lors de à la réunion des chefs des agences du RIH, un événement annuel qui rassemble les directeurs généraux et PDGs des membres du RIH, leur personnel humanitaire au niveau supérieur et des représentants du gouvernement du Canada pour discuter et examiner notre expérience collective en matière d’intervention humanitaire. Là les chefs d’agences ont confirmé leur engagement à travailler dans une dynamique intégrée, inclusive et de principe pour permettre une meilleure collaboration entre les secteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix. Cette déclaration est la première en son genre formulée par un groupe de dirigeants d’organismes au Canada.

 

Signée par 29 organisations, la déclaration confirme que les approches intégrées ont pour objectif final le développement de solutions durables pour les populations touchées par les crises. Elle souligne l’importance de la collaboration entre les initiatives humanitaires, de développement et de paix, en vue d’élaborer des réponses globales qui s’attaquent aux vulnérabilités imminentes et veillent au respect des principes humanitaires tout en intégrant des solutions plus durables à long terme et favorables à l’égalité des genres. Cela ne sera possible qu’en augmentant les ressources spécialisées, allouées aux secteurs, et en optimisant les partenariats et structures qui permettent de répondre avec plus de flexibilité aux besoins dans l’ensemble des domaines de l’humanitaire, du développement et de la paix.

 

 

Nouvelles du Réseau d’intervention humanitaire

 

 

Le Réseau d’intervention humanitaire s’est réuni les 1er et 2 mai pour sa rencontre trimestrielle et un atelier d’une journée sur l’égalité des genres dans l’aide humanitaire. Pour de plus amples informations sur cette rencontre, cliquez ici :  Résumé de la rencontre (disponible en anglais seulement).

Le 1er mai, Paul Knox-Clarke est venu lancer l’édition 2018 du rapport sur l’état du système humanitaire au Canada, lors d’un événement public qui a été suivi d’un atelier destiné aux membres du RIH pour approfondir leurs connaissances des principaux thèmes du rapport. Pour regarder l’enregistrement de la conférence publique et du débat d’experts, cliquer ici : Enregistrement du lancement de l’État du système humanitaire au 1er mai  

Écoutez Paul Knox-Clarke et Nicolas Moyer discuter du rôle du Canada au sein du système humanitaire et de l’importance de la localisation au sein de l’aide humanitaire.

 * Désolé – Disponible en anglais seulement