Podcast: Les objectifs du développement durable et la stratégie nationale pour le Programme 2030

Podcast: Les objectifs du développement durable et la stratégie nationale pour le Programme 2030

 

Dans cet épisode de Les ondes de la coopérationNicolas Moyer, PDG du CCCI, anime une conversation relative aux objectifs du développement durable (ODD), à l’arrivée imminente de la stratégie nationale canadienne pour leur mise-en-œuvre, ainsi que la façon dont la société civile contribue pour atteindre les objectifs. 

Nos invitées sont : 

Tina Cobb – Conseillère principale en politiques du Développement durable et des Partenariats stratégiques dans l’Unité des objectifs de développement durable avec Emploi et Développement social Canada. 

Michèle Asselin – Directrice générale de l’AQOCI, l’association québécoise des organisations de coopération internationale.

Communiqué: Le CCCI accueille favorablement l’investissement du Canada pour renforcer l’égalité des genres

Vancouver, Colombie-Britannique (4 juin 2019) – Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) se réjouit de l’annonce du gouvernement du Canada relativement à l’investissement continu et accru pour soutenir l’égalité des femmes et des filles. Ceci représente un investissement progressif de 1,4 milliard de dollars annuellement pour une période de 10 ans afin de soutenir la santé globale, y compris 700 millions de dollars pour les domaines les plus sous-financés de la santé et des droits sexuels et reproductifs (SDSR). Cet engagement aura des retombées significatives dans l’autonomisation de 18 millions de femmes et filles. L’annonce a été faite aujourd’hui par le premier ministre Justin Trudeau, à la conférence Women Deliver de Vancouver.  

« Cet investissement progressif montre l’engagement du Canada à maintenir son leadership dans les domaines de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, ainsi que de la santé et des droits sexuels et reproductifs au Canada et à l’étranger », affirme Nicolas Moyer, président et PDG du CCCI. « Nous saluons cette importante contribution pour réaliser la Politique d’aide internationale féministe du Canada. » 

L’engagement du Canada pour une coopération en développement efficace, notamment en matière d’avancement dans l’égalité des genres, doit inclure des augmentations supplémentaires durables et prévisibles de l’aide publique au développement (APD) du Canada. De telles augmentations seront nécessaires pour respecter l’engagement du Canada envers le Programme mondial de développement durable à l’horizon 2030 – et pour atteindre les objectifs du gouvernement, tels qu’exprimés dans la Politique d’aide internationale féministe, qui vise à donner aux femmes et aux filles les moyens de réaliser des changements positifs 

« L’annonce faite aujourd’hui survient après le déploiement d’une initiative soutenue par la société civile canadienne visant à établir le bien-fondé de l’investissement dans un leadership fort pour soutenir la santé et les droits des femmes, des adolescentes et des enfants partout dans le monde », ajoute M. Moyer. «  Le succès du plan d’action Prospérer montre à quel point les coalitions d’organisations de la société civile peuvent stimuler un changement positif et durable. Nous avons hâte de continuer de collaborer avec nos membres et le gouvernement afin de concrétiser cet engagement. » 

-30- 

À propos du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) 

Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCIest la voix nationale indépendante du Canada pour le développement international. Avec ses plus de 80 organisations membres, le CCCI cherche à mettre fin à la pauvreté dans le monde et à promouvoir la justice sociale et la dignité humaine pour tous. Le CCCI est déterminé à faire de cet objectif une priorité publique et politique et à encourager les actions nécessaires pour faire du monde sans pauvreté une réalité. 

Le CCCI est membre de l’Initiative de planification de l’avenirune coalition d’organisations canadiennes qui militent pour faire progresser le leadership du Canada au chapitre de la santé et des droits sexuels et génésiquesConscients que ces droits sont essentiels à la santé et au développement durable, les membres de l’initiative s’efforcent de les faire progresser et, aux côtés de bien d’autres organisations, ils ont joué un rôle clé dans le cadre du plan d’action Prospérer. 

Pour en savoir plus ou obtenir une entrevue avec Nicolas Moyer, président et PDG du CCCIcommuniquez avec 
Sophie Rosa
DirectriceAffaires publiques et Services aux membres
Conseil canadien pour la coopération internationale 
Courriel srosa@ccic.ca
Cellulaire : 613219-6514 

Rapport annuel 2018-2019 du GOPA

Rapport annuel 2018-2019 du GOPA

Rapport Annuel 2018-2019 GOPA

 

Ce fut une année remarquable pour le Groupe d’orientation politique pour les Amériques (GOPA) et ses membres. Nous sommes fiers de vous présenter le Rapport annuel 2018-2019 du GOPA qui met en valeur le travail de ses 29 membres.

 

Parmi tous les jalons atteints, nous pouvons souligner le travail collectif suivant du GOPA:

 

Relations gouvernementales & plaidoyer des politiques

  • De manière continue, surveiller les politiques, émettre des recommandations et faire du plaidoyer en faveur du développement durable, des droits de la personne et de la justice sociale au Guatemala, au Honduras, au Mexique, en Colombie et en Haïti;
  • Tenue de huit (8) réunions de consultation et de briefing avec la branche de l’Amérique d’Affaires mondiales Canada et ses Directions générales pour l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, l’Amérique latine & des Caraïbes;
  • Tenue de quatre (4) réunions de briefing avec des représentants diplomatiques de missions canadiennes en Colombie, au Guatemala, au Honduras, au Pérou et en Bolivie lors de leur séjour au Canada;
  • Guatemala: envoi d’une lettre de préoccupation au Ministre des Affaires étrangères du Canada concernant le retrait alarmant du gouvernement de la Commission internationale des Nations Unies contre l’impunité au Guatemala (CICIG) et à l’escalade inquiétante de l’assassinat de défenseurs des droits de la personne et de la terre;
  • Honduras: la dénonciation de la situation des prisonniers et la crise des droits de la personne au Honduras;
  • Mexique: participation aux discussions en cours avec le Bureau de la stratégie pour l’Amérique du Nord d’Affaires mondiales Canada au sujet du <<Dialogue bilatéral annuel entre le Canada et le Mexique sur les droits de la personne>> pour la 3ème édition qui se tiendra à Ottawa en 2019. Les recommandations incluent des propositions d’augmenter la participation des OSCs dans le processus. Cliquez ici pour lire les recommandations 2019 du GOPA;(seulement disponible en anglais);
  • Colombie: engagement auprès de la Division d’Amérique du Sud d’Affaires mondiales Canada pour faire appel à la réforme du <<Rapport sur les droits de la personne de l’Accord de libre-échange Canada-Colombie>>;
  • Haïti: collaboration avec l’AQOCI lors du Forum régional sur Haïti pour améliorer la coordination auprès des membres du GOPA sur les politiques et les activités de plaidoyer. La tenue d’une réunion d’introduction avec le division pour Haïti d’AMC;
  • La facilitation de la perspective des GTR lors de la consultation en cours auprès d’Affaires mondiales Canada concernant le dossier <<Voix à risque: Lignes directrices canadiennes pour le soutien des défenseurs des droits de la personne>>.

 

Relations parlementaires

  • Organisation d’une table ronde entre des députés du Parlement canadiens qui sont membres de la section canadienne de ParlAmericas et des femmes défenseures de la terre et résistant à l’extractivisme en Amérique latine.
  • Steve Stewart, coprésident du GOPA, a témoigné devant le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration à la Chambre des communes en tant que témoin expert sur les migrations en Amérique latine. Écoutez ici.  Lisez la transcription ici.

 

Activités et assemblée annuelle dirigée par les membres

 

Campagne sectorielle

 

 

Cliquez ici pour lire le Rapport annuel 2018-2019 du GOPA.

 

Merci de votre soutien et de votre engagement!

Équipe de coordination des Groupes de travail régionaux du CCCI.

 

Communiqué: le CCCI accueille favorablement le lancement du Partenariat sur l’égalité des genres

Le 2 juin 2019 – OTTAWA – Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) accueuille favorablement le lancement du Partenariat pour financer l’égalité des genres qui soutient l’égalité des genres et les droits des filles et des femmes dans les pays en développement et au Canada. C’est le Fonds égalité qui dirigera sa création et sa mise en œuvre, tel qu’annoncé aujourd’hui à la conférence Women Deliver à Vancouver.

« Le partenariat sur l’égalité des genres est une initiative unique et transformationnelle qui assurera un soutien financier durable à long terme à des organismes féministes qui s’efforcent de renforcer les droits des femmes, l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles outremer et au CanadaC’est un projet unique en son genre », explique Nicolas Moyer, président et PDG du CCCI« Nous croyons en la force des partenariats. Cette nouvelle initiative unira divers partenaires et misera sur les forces de chacun d’eux. » 

Le Canada a adopté une Politique d’aide internationale féministe qui vise à éradiquer la pauvreté et à bâtir un monde plus pacifique, plus inclusif et plus prospère, en focalisant sur la promotion de l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles. Malgré le fait qu’il existe plusieurs organismes subventionnaires qui promeuvent l’égalité des genres, le Partenariat pour financer l’égalité des genres est la première initiative qui permet facilement à des acteurs de différents secteurs de s’unir, d’utiliser leurs fonds et d’assurer un financement durable à long terme. Ce nouveau partenariat mobilisera un niveau de ressources encore inégalé et créera une source durable et prévisible de financement pour les organisations dont le mandat principal consiste à renforcer les droits des femmes, l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles dans les pays en développement et au Canada.

« L’annonce faite aujourd’hui représente une contribution concrète pour réaliser les objectifs de la politique d’aide internationale féministe du Canada, ajoute M. Moyer. Nous espérons qu’il y aura un processus ouvert et inclusif pour mettre en œuvre le partenariat d’une manière qui exploite tout le potentiel de ce nouveau modèle. »

– 30 –

À propos du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)

Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) est la voix nationale indépendante du Canada pour le développement international. Avec ses plus de 80 organisations membres, le CCCI cherche à mettre fin à la pauvreté dans le monde et à promouvoir la justice sociale et la dignité humaine pour tous. Le CCCI est déterminé à faire de cet objectif une priorité publique et politique et à encourager les actions nécessaires pour faire du monde sans pauvreté une réalité. 

Nicolas Moyer, président et PDG du CCIC, siège au Comité consultatif externe du partenariat sur l’égalité des genres d’Affaires mondiales Canada aux côtés d’autres représentants de la société civilede la communauté philanthropique et du secteur privéCe comité a formulé des conseils indépendants sur les étapes du processusles exigencesles outils d’évaluation et la sensibilisationmais n’a pas participé au processus de sélection du consortium chargé de la mise en œuvre du partenariat. 

Pour en savoir plus ou obtenir une entrevue avec Nicolas Moyer, président et PDG du CCCIcommuniquez avec 
Sophie Rosa
DirectriceAffaires publiques et Services aux membres
Conseil canadien pour la coopération internationale 
Courriel srosa@ccic.ca
Cellulaire : 613219-6514 

 

Note: Le collectif du Fonds égalité est un partenariat d’acteurs-clés en organisation féministe, en philanthropie mondiale et en investissement d’impact qui fusionnera nos talents et notre expertise en vue de concevoir et de construire le Fonds égalité. Les membres du Fonds égalité sont : le Fonds MATCH international pour la femme (Le Fonds MATCH), le African Women’s Development Fund (AWDF), Calvert Impact Capital, la Fondation canadienne des femmes, Fondations communautaires du Canada (FCC), Oxfam Canada, Philanthropy Advancing Women’s Human Rights (PAWHR), la Banque Royale du Canada,  Toronto Foundation, EUMC (Entraide universitaire mondiale du Canada),Yaletown Partners. Pour plus d’information, visiter leur site Web : www.equalityfund.ca/fr/

Liz Bernstein reçoit le prix Karen Takacs en 2019

Liz Bernstein reçoit le prix Karen Takacs en 2019

Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) a le plaisir d’annoncer que Liz Bernstein est la lauréate du prix Karen Takacs en 2019. Le prix Karen Takacs est remis chaque année par le CCCI à une personne qui a changé de façon significative la vie des femmes de partout dans le monde en collaborant avec ses pairs. Le prix souligne le leadership collaboratif exceptionnel et l’engagement à promouvoir l’égalité des femmes. 

Liz Bernstein est directrice fondatrice de Nobel Women’s InitiativeElle a amené cette organisation à tisser de solides liens avec des organisations communautaires de femmes de l’hémisphère Sud afin de développer le mouvement mondial des femmes pour la paixElle a plus particulièrement mis l’accent sur le renforcement de la capacité de l’organisation d’amplifier les messages des activistes sur le terrain dans les pays en conflit et de leur apporter un soutien plus international. Madame Bernstein a été coordonnatrice de la International Campaign to Ban Landmines (ICBL), la campagne internationale visant à interdire les mines antipersonnel, de 1998 à 2004. Elle a participé à cette campagne depuis son lancement au début des années 1990Elle a vécu en Thaïlande et au Cambodge pendant 10 ans (1986-1996). Elle travaillait alors pour des organisations locales militant pour la paix et la justice et a cofondé une coalition pour la paix et la réconciliationElle vit actuellement à Ottawa, au Canada. Elle est cofondatrice d’Écologie Ottawa et présidente de l’Association communautaire de la basse-ville d’Ottawa. 

Histoire 

Karen Takacs était une leader estimée et reconnue dans le milieu canadien de la coopération internationale, elle qui a agi comme un véritable catalyseur pour la collaboration dans ce milieu. Pendant plus de 20 ans, elle a travaillé sans répit à améliorer la vie des femmes et des filles et à promouvoir leurs droits à l’échelle locale, nationale et internationale. 

Tout au long de sa vie, sa capacité à motiver les gens et à les rassembler autour d’une cause commune aura forcé l’admiration. Jamais avare d’encouragements, de générosité et d’humour, Karen guidait ses semblables en les soutenant et en les mobilisant. À la suite de son décès en 2015, le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) a créé un prix pour honorer sa contribution inestimable à la lutte pour la justice sociale et économique, et pour souligner le leadership unique, axé sur la collaboration, dont elle a fait preuve tout au long de sa carrière, y compris durant son mandat en tant que présidente du conseil d’administration du CCCI. Dans le milieu canadien de la coopération internationale, le prix Karen Takacs est un symbole de féminisme, de collaboration, d’activisme, de mentorat et de résilience. 

Je suis honorée et touchée de recevoir le prix Karen Takacs! Karen est l’une des premières personnes que j’ai connues dans cette communauté. Elle a contribué d’une façon extraordinaire à bâtir le mouvement féministe et m’a appris tellement de choses, en particulier au sujet de la courtoise collaboration canadienne! En dépit des énormes défis à relever, comme la dégradation du climat, le recul des droits des femmes, le militarisme, l’intolérance et l’injustice, nous possédons les outils nécessaires pour renforcer nos mouvements de transformation féministe et faire du Canada et du monde un lieu où règnent la paix et l’égalité. Ce n’est pas sorcier : nous sommes toujours meilleur ensemble!  

Liz Bernstein

Directrice, Nobel Women’s Initiative

Quatre éléments incontournables de la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030

Quatre éléments incontournables de la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030

Shannon Kindornay, Directrice, recherche, politique et pratique du Conseil canadien pour la coopération internationale, et Laurel Wayne-Nixon, Chercheure Principale en politique ODD pour le British Columbia Council for International Cooperation

 

De mars à mai 2019, le British Columbia Council for International Cooperation et le Conseil canadien pour la coopération internationale ont collaboré à la préparation d’une série de notes d’information sur les bonnes pratiques de la mise en œuvre du Programme 2030 dans le but d’étayer la stratégie nationale du Canada. À la lumière de ces travaux et d’une plus grande participation à la consultation sur la mise en œuvre de cette stratégie, nous nous attendons à ce que quatre éléments clés surgissent du projet de Stratégie nationale du Programme 2030 au Canada, dont le lancement est prévu avant l’été prochain.

 

1) Orientation sur tous les aspects de la mise en œuvre du Programme 2030

Étant donné qu’il ne reste que 11 ans à l’ordre du jour, la stratégie nationale devra définir tous les aspects de la mise en œuvre, en mettant particulièrement l’accent sur les mesures que le gouvernement prendra pour accélérer son action et la manière dont il agira. Cela signifie que la stratégie devra aller au-delà de la description des priorités du développement durable et inclure des campagnes pour sensibiliser de manière continue, mobiliser les acteurs non étatiques et les diverses communautés, favoriser les partenariats, renforcer les capacités de mise en œuvre, coordonner tous les ordres de gouvernement et dans tous les secteurs, localiser la mise en œuvre mais aussi suivre et évaluer les progrès accomplis. Nous nous attendons à ce que le plan précise qui est responsable de quoi, comment la mise en œuvre se déroulera à travers les processus existants et nouveaux et les étapes clés. C’est dans ce contexte que nous explorerons comment le gouvernement du Canada compte rendre l’approche pansociétale de la mise en œuvre plus significative, en particulier pour les collectivités qui risquent d’être laissées de côté.

 

2) Un plan pour ne laisser personne de côté

Dans son rapport de 2018 aux Nations Unies sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Programme 2030, le Canada a mis l’accent sur les efforts visant à ne laisser personne de côté. Le Programme 2030 ne vise pas à changer les moyennes. Son succès repose sur le progrès pour tous, partout dans le monde, et les gouvernements seront jugés sur leur capacité à cibler les plus en retard en premier. Nous prévoyons que la stratégie nationale souligne ceux qui sont laissés de côté au Canada comme à l’étranger, et qu’elle s’accompagne d’une feuille de route claire sur la façon dont le Canada s’impliquera et encouragera l’autonomisation et le leadership des personnes identifiées.

 

3) Un plan national pour un leadership mondial

Nous nous attendons à ce que la Stratégie nationale canadienne du Programme 2030 décrive comment le Canada réalisera des progrès en matière de développement durable au Canada et à l’étranger. L’universalité du Programme 2030 exige que des mesures soient prises pour relever les défis du développement durable au Canada et dans le monde, tels que le changement climatique, la stabilité financière et les pandémies qui transcendent les frontières. À l’échelle mondiale, ne laisser personne de côté c’est se concentrer sur ceux qui accusent le plus grand retard à travers les efforts déployés par le Canada pour appuyer le développement durable dans d’autres pays. Dans le but de soutenir le leadership mondial du Canada, nous nous attendons à ce que la Stratégie nationale canadienne du Programme 2030 élabore un programme ambitieux pour la mise en œuvre du Programme 2030 au Canada, et cela en rapport avec les engagements mondiaux du Canada, fondés sur des preuves, des priorités locales et des approches pansociétales efficaces visant à ne laisser personne de côté.

 

4) Un système de reddition des comptes solide

La consultation portait notamment sur le Cadre d’indicateurs canadien pour suivre les progrès réalisés par le Programme 2030 ainsi que sur la transparence et la reddition de comptes. Nous nous attendons à ce que la stratégie nationale comprenne un engagement de transparence à rendre compte des progrès réalisés au Canada et dans le monde. Au Canada, le portail de données sur les ODD est déjà une bonne pratique pour ce qui est de fournir aux Canadiens les données les plus récentes sur la mise en œuvre des ODD. Il est dorénavant nécessaire d’avoir un calendrier pour la diffusion de rapports plus complets aux niveaux national et mondial. Nous nous attendons également à ce que des dispositions soient prises pour revoir la stratégie nationale elle-même, qui pourrait par exemple avoir lieu en 2025 et 2030, et qui mettrait l’accent sur les leçons apprises, les facteurs de réussite, la correction de cap et les efforts futurs. Enfin, la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030 devrait préciser comment les représentants élus, les personnes vivant au Canada et les organismes indépendants, tels que les conseils des droits de la personne, participeront à la mise en œuvre du Programme 2030 afin d’assurer la reddition de comptes globale.

 

La Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030 offre un important potentiel pour aider à l’avancement du développement durable au Canada et à jeter les bases d’une société plus inclusive, prospère, respectueuse de l’environnement et collaborative. Comme bien d’autres, nous sommes prêts à contribuer à l’approche pansociétale canadienne pour que personne ne soit laissé de côté.

 

Le présent article d’opinion s’inscrit dans le cadre de la série sur les bonnes pratiques pour la mise en œuvre du Programme 2030 produite par le British Columbia Council for International Cooperation et le Conseil canadien pour la coopération internationale et financée en partie par par le Programme des objectifs de développement durable du gouvernement du Canada. Les opinions et interprétations contenues dans cette publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada.