Des membres du GOPA mobilisés pour les droits de la personne et la liberté des prisonniers au Honduras

Des membres du GOPA mobilisés pour les droits de la personne et la liberté des prisonniers au Honduras

Ottawa – le 21 février 2019. Le Groupe d’orientation politique pour les Amériques s’est vivement préoccupée de la crise des droits humains au Honduras et de l’incarcération de manifestants pacifiques et de militants de la société civile à la suite de l’élection du 26 novembre 2017. Depuis lors, les membres du GOPA ont travaillé sur le terrain et au Canada pour avoir un impact positif et être solidaires avec le peuple du Honduras.   Le 20 février 2019, le Fonds du SCFP pour la justice mondiale (Kelti Cameron) et le Fonds pour la justice sociale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (Louise Casselman), accompagnés du coordinateur du GOPA (Sebastián Vielmas) et de l’adjointe de programme (Laura Ávalos) étaient présents sur la colline du Parlement lors de la présentation d’une pétition à la Chambre des communes appelant à:  

  1. De réitérer sa position envers le soutien des droits de la personne et de la primauté du droit au Honduras;
  2. D’intervenir sans attendre pour libérer Edwin Espinal, conjoint de Karen Spring, d’Elmvale, arrêté le 19 janvier 2018 sur la base de fausses accusations dans un contexte de protestations populaires;
  3. De s’assurer que le gouvernement Hernandez libère immédiatement Espinal et quatre autres prisonniers politiques (Raul Alvarez, Jose Godinez, Edy Gonzalo et Gustavo Caceres) qui demeurent détenus dans des prisons militaires à sécurité maximale au Honduras dans des conditions inhumaines et abandonne toutes les accusations contre 22 prisonniers politiques détenus (17 ont été libérés et 5 sont toujours en prison).

(https://petitions.noscommunes.ca/fr/Petition/Details?Petition=e-1868)  

La pétition fut parrainée et présentée au parlement par le député conservateur de Barrie — Springwater — Oro-Medonte, Alexander Nuttell. Janet Spring (mère de Karen Spring) et Christine Nugent du groupe Simcoe County Honduras Rights Monitor furent les instigatrices et ont également assisté au dépôt de la pétition à la Chambre des communes.  

Membre du GOPA, Amnesty Canada publia en 2018 le rapport détaillé «Protest Prohibited» (uniquement en anglais), documentant les violations des droits de la personne commises à la suite de la répression qui a suivi les élections de 2017. Amnesty a également préparé un appel à l’action: Keep hope alive for Edwin Espinal and Raul Alvarez, imprisoned unjustly in Honduras.  

Le Honduras est l’un des pays les plus violents [1]  et les plus inégaux [2]  au monde. La violence, parallèlement à la pauvreté, oblige chaque année des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes à quitter le Honduras à se rendre dans des conditions très plus difficiles pour se rendre aux États-Unis à la recherche d’une vie meilleure [3] .  

La situation des défenseurs des droits de la personne reste extrêmement menaçante du fait de la violence, de la criminalisation et des calomnies qu’ils subissent, selon la mission de la Commission interaméricaine des droits de l’homme d’août 2018 (CIDH) [4] .  

[1] 56.52 homicides per 100,000 inhabitants according to UN Office on Drugs and Crime’s International Homicide Statistics database, the second-highest score in the world (2016)

[2] Honduras is the sixth most unequal country in the world according to the 2016 GINI estimates of the World Bank.

[3] https://theconversation.com/origins-and-implications-of-the-caravan-of-honduran-migrants-106443

[4] http://www.oas.org/en/iachr/media_center/PReleases/2018/171.asp

 

 

Regarde le vidéo du Député Alex Nuttall présenter la pétition sur le status des droits de la personne au Honduras et le cas de Edwin Espinal au Parlement du Canada.

Voulez-vous en savoir plus sur le GOPA?

Media contact

Sebastián Vielmas
Chargé de programme des groupes de travail régionaux
Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)
+1 613 241 7007 Poste/Ext. 321 | svielmas@ccic.ca

Le Groupe d’orientation politique pour les Amériques (GOPA) a tenu une assemblée générale productive et couronnée de succès

Le Groupe d’orientation politique pour les Amériques (GOPA) a tenu son assemblée générale les 1ers et 2 octobre 2018 aux bureaux de Développement et Paix, à Montréal, avec la présence de 35 membres de 25 organisations. Tout au long de la réunion, et aussi après la réunion, le GOPA s’est résolument orienté vers l’objectif de l’impunité et des droits humains. Après la réunion, des appels ont été organisés pour débattre de la situation de chaque pays auquel on travaille pour développer des priorités de plaidoyer au Canada.

Des panellistes d’exception ont aidé les membres à analyser la question des changements de leadership en Amérique latine, principalement au Mexique, en Colombie et au Brésil. Les exposés ont été assurés par Pierre Beaudet, sociologue et professeur à l’UQO (Université du Québec en Outaouais), Alejandro Álvarez Béjar, socioéconomiste et professeur à l’UNAM (Université nationale autonome du Mexique) et Luz Caicedo, directrice adjointe et cofondatrice de Corporación Humanas — Colombie.

Emily Dwyer, coordonnatrice du Réseau canadien sur la reddition de compte des entreprises (CNCA-RCRCE), Rachel Vincent, coprésidente du GOPA et directrice du plaidoyer et des médias chez Nobel Womens’ Initiative et Beth Woroniuk, responsable des politiques au Fonds MATCH ont également amorcé la discussion sur la façon dont le GOPA peut faire avancer ses priorités en matière de plaidoyer au Canada.

Enfin, les membres ont élaboré des stratégies sur les meilleurs moyens de lutter contre l’impunité et de défendre les droits humain en Méso-Amérique, avec la contribution de partenaires qui connaissaient le terrain, notamment Félix Molina, journaliste de radio hondurien, Sandra Morán, membre du Congrès de la République du Guatemala et Luis Mejia Godoy, chanteur-compositeur et militant social de renom du Nicaragua.

Voulez-vous en savoir plus sur le GOPA ?

Contact avec les médias

Sebastián Vielmas
Chargé de programme des groupes de travail régionaux
Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)

+1 613 241 7007 Poste/Ext. 321 | svielmas@ccic.ca

Des leaders de la grève citoyenne de Colombie en tournée au Canada

Une délégation de haut niveau, formée de deux dirigeantes et un dirigeant, du mouvement social colombien visitera le Canada du 25 octobre au 9 novembre 2018. Ces personnes représentent le Comité de grève citoyenne de Buenaventura, principale ville portuaire de la Côte Pacifique de la Colombie.

En 2017, les organisations du mouvement social ont entrepris une grève citoyenne remarquable durant trois semaines, forçant le gouvernement colombien à négocier pour trouver des solutions à la crise sociale et des droits de la personne qui touche la ville. Les résidentes et résidents ont littéralement fermé la plus importante route commerciale de la Colombie.

Les grévistes ont arraché d’importantes concessions aux trois paliers de gouvernement pour l’amélioration des infrastructures communautaires, des droits collectifs et de la sécurité de ses citoyennes et citoyens. Mais les menaces contre les dirigeantes et dirigeants de la collectivité se multiplient, car les projets d’expansion et de modernisation du port se poursuivent. Pendant que le gouvernement colombien signait des accords de paix à l’automne 2017, la violence contre les populations autochtones et afro-colombiennes se poursuivait dans tout le pays.

Le Canada a signé l’Accord de libre-échange Canada-Colombie en 2008.

Les membres de la délégation sont :

  • Maria Miyela Riascos : porte-parole du Comité de grève citoyenne de Buenaventura. En février 2018, elle est devenue une des dirigeantes de la grève, parmi plusieurs autres, à recevoir des menaces de mort.
  • Victor Hugo Vidal : porte-parole du Comité de grève citoyenne de Buenaventura, ancien conseiller municipal et organisateur du Processus de communautés noires (PCN, Proceso de comunidades negras).
  • Olga Araujo : militante des droits de la personne et éducatrice populaire à l’Association pour la recherche et l’action sociale (Nomadesc). Elle a porté main-forte aux organisations de Buenaventura pour préparer les assemblées communautaires avant la grève générale.

La délégation se rendra dans les villes suivantes :

La délégation est parrainée par le Groupe d’orientation politique pour les Amériques du CCCI, l’Alliance de la Fonction publique du Canada, Amnistie internationale (Canada), CoDevelopment Canada, le Comité des droits humains en Amérique Latine (CDHAL), Common Frontiers, InterPares, KAIROS, le Syndicat canadien de la fonction publique, le Syndicat canadien des travailleurs et travailleuses des postes, le Syndicat des Métallos.

Voulez-vous en savoir plus sur le GOPA ?

Contact avec les médias

Sebastián Vielmas
Chargé de programme des groupes de travail régionaux
Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)
+1 613 241 7007 Poste/Ext. 321 | svielmas@ccic.ca

Le GOPA accueille la secrétaire désignée méxicaine Sánchez et appelle au respect des droits des migrants

Le GOPA accueille la secrétaire désignée méxicaine Sánchez et appelle au respect des droits des migrants

Le Groupe d’orientation politique pour les Amériques (GOPA) accueille au Canada la secrétaire désignée Olga Sánchez Cordero, qui dirigera le Secretaría de Gobernación du nouveau gouvernement mexicain d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO). AMLO et son cabinet entreront en fonction le 1er décembre.

Rachel Vincent et Steve Stewart, coprésidents du GOPA, ont envoyé une lettre à la secrétaire désignée, Sánchez, au nom de l’ensemble des membres, soulignant les principaux enjeux du nouveau gouvernement mexicain et l’avenir des relations entre le Canada et le Mexique.

En particulier, alors que les yeux se concentrent sur les milliers de personnes désireuses de fuir une situation désespérée au Honduras, le GOPA souligne dans sa lettre le droit d’asile des personnes ayant besoin d’une protection internationale et demande des garanties que personne ne soit illégalement renvoyé dans des situations où ils pourraient risquer des dommages graves en raison de la violence.

La lettre est disponible dans les versions anglaise et espagnole ci-dessous.

Voulez-vous en savoir plus sur le GOPA?

Contact avec les médias

Sebastián Vielmas
Chargé de programme des groupes de travail régionaux
Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)
+1 613 241 7007 Poste/Ext. 321 | svielmas@ccic.ca