LANCEMENT D’UN NOUVEAU DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES COALITIONS ET L’AGENDA 2030

LANCEMENT D’UN NOUVEAU DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES COALITIONS ET L’AGENDA 2030

Le Conseil de Colombie Britannique pour la Coopération Internationale (CCBCI) et le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI), en partenariat avec Action pour le développement durable et Forus, ont annoncé aujourd’hui la publication d’un nouveau document de travail intitulé Une action transformatrice pour réaliser l’Agenda 2030 grâce à des coalitions efficaces

 

Bien que la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable relève principalement de la responsabilité des gouvernements, l’ampleur et l’ambition de l’agenda exigent des contributions de l’ensemble de la société. Sur la base d’un examen des coalitions multipartites du monde entier, ce document de travail fournit une série de bonnes pratiques et de recommandations fondées sur des données probantes qui peuvent être utilisées pour renforcer les coalitions qui accélèrent et transforment l’action en faveur du développement durable.

 

Zosa De Sas Kropiwnicki-Gruber, analyste politique senior et spécialiste du genre au BCCIC, a expliqué que le document de travail est conçu pour soutenir l’apprentissage par des recommandations pratiques et des messages clés appuyés par des exemples concrets et des leçons perspicaces tirées des coalitions sur quatre continents : “En analysant les partenariats que divers acteurs établissent au sein et par l’intermédiaire des coalitions ODD, nous pouvons apprendre beaucoup sur la façon de travailler ensemble de manière efficace, inclusive et innovante vers l’objectif commun d’un monde plus juste, plus équitable et plus durable”.

 

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ENTRETIEN AVEC LE DR. ZOSA DE SAS KROPIWNICKI-GRUBER ICI

 

Shannon Kindornay, directrice de la recherche, des politiques et des pratiques au CCCI, explique que “cette recherche tente vraiment d’aider à éclairer le fonctionnement de ces coalitions afin qu’elles puissent faire de leur mieux pour être inclusives, équitables et pour s’assurer que les voix de ceux qui sont laissés pour compte soient vraiment entendues”.

 

RETROUVEZ L’INTERVIEW COMPLÈTE DE SHANNON KINDORNAY ICI

 

Deirdre de Burca, coordinatrice du plaidoyer chez Forus, décrit la mise en page et la fonctionnalité du rapport comme “un manuel pour les personnes et les organisations qui sont intéressées par des partenariats nouveaux et intéressants”. De Burca ajoute que “Peu importe que vous soyez un gouvernement, que vous travailliez pour une entreprise du secteur privé, que vous soyez membre d’un syndicat, que vous soyez une organisation non gouvernementale membre – quels que soient vos antécédents ou le secteur dans lequel vous travaillez, ce document présente un intérêt pour vous”.

 

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW DE DEIRDRE DE BURCA ICI

 

“Les coalitions nationales comme celles que nous avons examinées dans le cadre du rapport peuvent fournir une infrastructure vraiment solide pour rassembler les voix, et être une voix forte et unie, en termes de plaidoyer, de campagnes, et de changement que nous devons voir dans les années à venir”, déclare Oli Henman, coordinateur d’Action pour le développement durable. Ce qui, en fin de compte, passionne Henman à propos de ce rapport et du travail des coalitions dans leur ensemble, c’est que le secteur du développement durable s’éloigne d’une structure hiérarchique pour adopter une structure horizontale qui permet de faire entendre davantage de voix.

 

RETROUVEZ L’INTERVIEW COMPLÈTE D’OLI HENMAN ICI

 

Bien que tout lecteur cherchant à développer des partenariats avec les ODD ait intérêt à lire ce document, les publics visés sont les organisations de la société civile, les coalitions elles-mêmes et les gouvernements. Ce nouveau document de travail, publié aujourd’hui, offre des exemples concrets de coalitions transformatrices en action et a été produit en collaboration avec le BCCIC, le CCCI, Action pour le développement durable et Forus.

Atteindre les objectifs du Programme à l’horizon 2030 à travers l’action transformatrice de coalitions efficaces

Le Conseil de Colombie Britannique pour la Coopération Internationale (CCBCI) et le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI), en partenariat avec Action pour le développement durable et Forus, ont annoncé aujourd’hui la publication d’un nouveau document de travail intitulé Une action transformatrice pour réaliser l’Agenda 2030 grâce à des coalitions efficaces

 

Bien que la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable relève principalement de la responsabilité des gouvernements, l’ampleur et l’ambition de l’agenda exigent des contributions de l’ensemble de la société. Sur la base d’un examen des coalitions multipartites du monde entier, ce document de travail fournit une série de bonnes pratiques et de recommandations fondées sur des données probantes qui peuvent être utilisées pour renforcer les coalitions qui accélèrent et transforment l’action en faveur du développement durable.

 

Rapport complet disponible en anglais ici.

 

Atteindre les objectifs du Programme à l’horizon 2030 à travers l’action transformatrice de coalitions efficacesPDF

Bien que la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable relève principalement de la responsabilité des gouvernements, l’ampleur et l’ambition de l’agenda exigent des contributions de l’ensemble de la société. Sur la base d’un examen des coalitions multipartites du monde entier, ce document de travail fournit une série de bonnes pratiques et de recommandations fondées sur des données probantes qui peuvent être utilisées pour renforcer les coalitions qui accélèrent et transforment l’action en faveur du développement durable.

Les 10 principaux outils d’écologisation pour le secteur de la coopération internationale

Les 10 principaux outils d’écologisation pour le secteur de la coopération internationale

Si la pandémie COVID-19 s’est avérée particulièrement éprouvante et nécessité des ajustements dans tous les aspects de notre quotidien, certains ont noté le potentiel – alors que nous nous dirigeons vers la reprise – de l’émergence d’un monde plus vert et plus durable. Dans le secteur de la coopération internationale au Canada, les organisations ont modifié leur fonctionnement, passant du travail au bureau et des déplacements, au travail à domicile et l’utilisation de technologies telles que Zoom. Alors que nous sommes témoins d’une époque remarquablement novatrice et d’une évolution vers des pratiques plus vertes et plus durables, il est possible de réfléchir et de planifier afin de s’assurer que ces changements positifs se poursuivent à long terme. Dans le cadre d’une initiative de recherche continue, l’écologisation des OSC, le CCCI a rassemblé des ressources et des outils qui peuvent aider les organisations à écologiser leurs activités et leurs programmes. En vue de la publication d’un répertoire en ligne consultable en octobre 2020, nous présentons quelques éléments pour aider nos membres à commencer dès maintenant à rendre leurs opérations et leurs programmes plus écologiques et améliorés.

 

S’engager pour des opérations et des pratiques plus écologiques commence ici ! 

 

Jetez un coup d’œil ci-dessous à la liste des 10 principaux outils et ressources du CCCI pour lancer votre organisation sur la voie de l’écologisation de ses activités.

 

Plaidoyer pour un monde vert 

  1. S’impliquer dans le Fonds vert pour le climat – Une boîte à outils de la société civile (German Watch) 

Cette boîte à outils est publiée par un consortium de la société civile à l’intention des parties intéressées à s’engager dans le Fonds vert pour le climat (FVC). Encourager et préparer la société civile à participer au FVC est apparu comme une étape nécessaire pour contribuer au succès du fonds. Cette boîte à outils vise à fournir aux acteurs de la société civile et à leurs organisations, ainsi qu’à toute autre partie prenante intéressée par le FVC, des informations, des connaissances et des conseils pertinents sur la manière de s’impliquer dans le fonds. Les leçons tirées de cette boîte à outils peuvent être appliquées à une variété d’autres mécanismes de financement et de défense des intérêts de la société civile canadienne.  

 

Programmes verts 

2. Guide pour l’organisation d’événements écoresponsables (HECOresponsable 

Ce court guide vise à aider les organisateurs d’événements à planifier et à gérer des évènements soucieux de l’environnement et du climat.  

 

3. Adaptation Layer (weADAPT) 

weADAPT.org est un espace en ligne axé sur les questions d’adaptation au climat, qui permet aux praticiens, aux chercheurs et aux décideurs d’accéder à des informations crédibles et de qualité et de partager les expériences et les enseignements tirés sur toute une série de questions relatives à l’adaptation au climat, tout en développant et en offrant un accès à des outils et à des conseils pertinents pour la planification et la prise de décisions en matière d’adaptation. Adaptation Layer est une interface weADAPT-Google Earth permettant de localiser qui fait quoi et où dans le domaine de l’adaptation à la variabilité et au changement climatique. Cet outil permet de parcourir des études de cas, des projets, des vidéos, des projections climatiques à échelle réduite et des expériences d’adaptation par une référence spatiale, et de faire des recherches par mots clés, offrant une vue instantanée de ce qui se passe déjà et où.    

 

4. Green Recovery & Reconstruction Toolkit for Humanitarian (GRRT) (Environment & Disaster Management) 

Le GRRT est une boîte à outils et un programme de formation conçus pour accroître la sensibilisation et la connaissance des approches de réponse aux catastrophes respectueuses de l’environnement. Il se compose de 11 modules de formation grâce auxquels les participants apprendront à connaître l’intersection de l’environnement et du rétablissement et de la reconstruction après une catastrophe. Bien que les catastrophes fassent des ravages, les efforts de reconstruction qui s’ensuivent représentent une occasion importante et significative de restaurer les communautés d’une manière plus responsable sur le plan environnemental et social. Les humanitaires, les praticiens de la conservation, les responsables gouvernementaux, les communautés locales et les organisations donatrices peuvent prendre des mesures pour s’assurer que les communautés se préparent aux catastrophes et reconstruisent en toute sécurité en s’attaquant activement à la durabilité environnementale, en réduisant les risques et la vulnérabilité aux catastrophes futures et en s’adaptant aux effets du changement climatique. 

 

5. Climate Change Curriculum Guide (The Jane Goodall Institute of Canada) 

Ce guide pédagogique fournit des informations, des suggestions d’activités et des conseils sur le changement climatique à l’intention des organisations qui enseignent aux élèves l’anxiété climatique. Le guide fournit également des exemples de jeunes qui prennent des mesures pour lutter contre le changement climatique. 

 

Agir plus écologiquement    

6. How to form a green team: A practical guide to create or form a green team at work (WWF-Canada) 

Le guide de l’équipe verte Living Planet @ Work fournit un guide en 5 étapes et des conseils pratiques sur la façon de créer et de faire fonctionner une équipe verte afin de maximiser le potentiel d’impact positif au sein de votre organisation.    

 

7. Greening Offices: 25 Tips to Get You Started (Cultivating Capital) 

Cet article fournit 25 conseils conçus pour lancer les efforts de votre organisation en matière de durabilité, ainsi que des liens vers des sources supplémentaires pour vous aider à vous lancer dans des opérations plus écologiques.   

 

8. Le guide du lieu de travail vert du SCFP (Syndicat canadien de la fonction publique)  

Cette brochure montre aux travailleurs les mesures qu’ils peuvent prendre pour rendre leur lieu de travail et leur communauté écologiquement durables.    

 

 9. Reducing your carbon footprint (KAIROS) PDF 

Il est important de réduire les émissions de carbone dans le monde entier, mais une grande partie de ce qui est discuté à cet égard ne se concentre pas sur le niveau d’action individuel. Dans ce guide simple et bien documenté sur la réduction des émissions de carbone au jour le jour, KAIROS fournit des conseils sur ce que chacun d’entre nous peut faire, individuellement, pour réduire nos émissions.    

 

10. Guide d’accompagnement BOMA BEST Milieux de travail durables (BOMA Canada) 

Cette certification très accessible, abordable et bilingue aide les organisations à être plus durables tout en leur permettant de mesurer et de surveiller leurs performances environnementales. Une fois certifiées, les organisations peuvent facilement mettre en œuvre des politiques, procédures et programmes supplémentaires visant à réduire leur impact sur l’environnement, faire participer leurs employés, créer un environnement de travail plus sain, soutenir les objectifs de durabilité et devenir un leader dans les efforts de durabilité des entreprises. Les domaines de développement inclus dans cette certification sont : la communication, les déchets électroniques, l’énergie, la qualité de l’air intérieur, le recyclage et le réacheminement des déchets, les voyages et les déplacements durables, l’eau, les espaces durables et les achats.   

 

Les outils ci-dessus représentent un petit échantillon de ce qui est à venir dans le répertoire d’outils verts du CCCI – Restez à l’écoute pour en savoir plus !

Vous vous sentez dépassé ou vous ne savez pas par où ou comment commencer les démarches d'écologisation de votre organisation ?

Jetez un coup d’œil au Top Reviewed Ten’s “50+ Go Green Initiatives that Might Save the World” pour une compilation remarquable de 50 initiatives et efforts écologiques de personnes et d’organisations qui luttent contre le changement climatique dans le monde. Vous y trouverez certainement de l’inspiration pour de futures initiatives conscientes de l’environnement et du changement climatique, tout en explorant de nouvelles voies pour l’écologisation!  
Le CCCI demande au Canada d’investir 1 % de sa réponse totale à la pandémie aux besoins mondiaux

Le CCCI demande au Canada d’investir 1 % de sa réponse totale à la pandémie aux besoins mondiaux

La COVID-19 a mis en évidence les inégalités au Canada et dans le monde entier.  Cette pandémie a exacerbé des écarts préexistants d‘accès aux ressources, à la santé et à la nourriture et a eu un impact disproportionné sur les groupes déjà marginalisés.  Ces disparités ne font que s’aggraver alors que le monde attend d’agir.  On estime que la COVID-19 fera basculer 71 millions de personnes dans la pauvreté extrême et 265 millions d’autres dans l’insécurité alimentaire aiguë ; et qu’elle empêchera la vaccination de 117 millions d’enfants et occasionnera 31 millions de cas supplémentaires de violence sexospécifique.  Le monde doit agir maintenant pour protéger les vies des plus vulnérables et s’assurer que personne n’est laissé pour compte. 

La COVID-19 a également mis en évidence l’interdépendance de notre monde.  Le virus a démontré que le système de santé mondial est seulement aussi fort que les plus faibles des réseaux de santé nationaux, et que notre bien-être collectif est lié les uns aux autres.  La covid-19 est une menace pour tous, partout.    

Le Canada s’est mobilisé pour lutter contre la COVID-19 sur son territoire, mais les effets du virus se font sentir à l’échelle de la planète.  Ils sont particulièrement ressentis dans l’hémisphère Sud où sa propagation s’accélère et où les inégalités existantes sont amplifiées par la pandémie. Par exemple, en raison des effets de la COVID-19 sur l’accès aux services de santé et de droits sexuels et reproductifs, les projections du scénario le moins grave prévoient les décès additionnels de 253 500 enfants et de 12 200 femmes au cours des six prochains mois.  La réalité des fermetures d’écoles a également eu un impact sur les familles du monde entier. Un milliard et demi d’enfants et de jeunes ont déjà manqué d’éducation et nombreux d’entre eux pourraient ne jamais retourner à l’école.   

Depuis des décennies, le Canada se fait le champion des droits de la personne et de l’égalité des sexes, tant chez nous qu’à l’étranger.  Durant l’une des crises les plus graves du siècle, le Canada peut jouer un rôle de premier plan dans la mise en place d’une reprise mondiale équitable et juste.  Un investissement audacieux et ambitieux dans une telle reprise montrerait au monde entier le leadership généreux et juste du Canada, et serait également un investissement dans un Canada plus fort.  Grâce à cette pandémie, nous avons tous appris que nous sommes plus forts lorsque nous sommes travaillons ensemble.    

Si le Canada doit donner la priorité à la sécurité et au bien-être des Canadiennes et Canadiens, il doit également faire sa part pour assurer une réponse efficace à la COVID-19 à l’échelle mondiale.  Il est urgent de procéder à un investissement immédiat pour atténuer les effets potentiellement catastrophiques de la COVID-19 dans les pays les plus vulnérables.  Afin de mettre fin à la pandémie mondiale, et dans le cadre d’un investissement dans une reprise juste, le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) demande au Canada de consacrer au moins 1 % de sa réponse totale à la COVID-19 – soit 2 milliards de dollars en fonds nouveaux et supplémentaires – vers une réponse mondiale qui s’attaque à la propagation du virus et à ses effets secondaires dans les pays les plus pauvres.    

Cet investissement devrait jeter les bases d’investissements supplémentaires dans le développement international afin que le Canada aide ses voisins à mieux se rétablir de cette crise.    

En ce moment, le monde a besoin du leadership du Canada. La santé et le bien-être de tous en dépendent, y compris pour les Canadiennes et Canadiens. 

Operation Eyesight exploite le plein potentiel de son réseau  pour garder à l’œil la covid-19

Operation Eyesight exploite le plein potentiel de son réseau pour garder à l’œil la covid-19

La covid-19 est une crise sanitaire qui aura un effet dévastateur sur les économies et creusera les inégalités dans le monde. En plus des problèmes qu’elle a engendrés ici, elle met en lumière les besoins frappants des systèmes de santé des pays en développement qui ne disposent pas des moyens nécessaires pour composer avec les répercussions immédiates et en évolution rapide de la pandémie. Des données récentes montrent une hausse du nombre de cas en Amérique latine, en Afrique et en Asie méridionale et laissent présager des poussées subséquentes de pandémie, particulièrement depuis que la Chine connaît une deuxième vague de pandémie marquée par une augmentation des cas de covid-19. Bon nombre des partenaires de la société civile canadienne interviennent dans des pays dont les systèmes de santé sont déficients. Ces partenaires ont les capacités d’agir rapidement et font preuve d’adaptabilité. Les partenaires à l’étranger fonctionnent à capacité réduite en raison de la pandémie, de sorte que les organismes canadiens jouent un rôle indispensable en prévenant la propagation du virus et en atténuant son impact socio-économique sur les communautés et les populations vulnérables.  

 

C’est dans ce contexte que l’un des membres du CCCI, Operation Eyesight, a modifié ses activités, qui normalement portent sur la santé oculaire, pour exploiter le plein potentiel de son réseau d’hôpitaux partenaires partout dans le monde et multiplier les interventions efficaces et prises en charge par les communautés face à la pandémie. 

 

Aplatir la courbe 

Operation Eyesight met à profit les liens qu’il a établis avec les gouvernements et hôpitaux partenaires d’Afrique subsaharienne et d’Asie méridionale pour aider à « aplatir la courbe ». L’organisme, qui compte déjà des équipes postées dans des pays partenaires partout autour du globe, est dans une situation unique pour maintenir son engagement envers la durabilité et favoriser l’autonomie des communautés à plus grande échelle.  Le 13 avril, il a mis en œuvre un train de mesures en riposte à la covid-19 qui rendront plus aptes les ressources locales et augmenteront leur expertise, tout en facilitant la prestation des services pour les bénéficiaires. Au Kenya, le personnel local aide la population par des moyens qui sont adaptés au contexte, donc efficaces. 

Les interventions d’Operation Eyesight sont aussi axées sur les défis accrus que doit surmonter la population féminine à qui sont dévolus les soins à pourvoir dans la plupart des familles. Comme de bonnes pratiques d’hygiène et le lavage des mains sont les premières lignes de défense contre la covid-19, Operation Eyesight continue à axer ses activités sur l’eau potable, la promotion des habitudes d’hygiène sécuritaires et lse nettoyage au moyen de l’accès à des postes de lavage des mains, à du savon et à des nécessaires d’hygiène. La rareté des fournitures médicales est un problème important au Canada, tout comme dans d’autres parties du monde. Operation Eyesight s’assure que des fournitures essentielles telles que du désinfectant, du savon et des médicaments pour traiter les infections oculaires soient accessibles. Le virus de la covid-19 est nouveau et il évolue rapidement. Aussi, de nouvelles recherches sur ses effets et les mesures de prévention paraissent quotidiennement. Le personnel soignant et celui en première ligne doivent donc pouvoir accéder à tout moment à l’information la plus à jour. Operation Eyesight a commencé à sensibiliser le personnel en première ligne au sujet des risques d’infection et à l’informer des mesures de prévention et de contrôle. L’organisme soutient aussi la distribution de matériel éducatif lié à la covid-19 pour continuer à informer le personnel soignant en première ligne et les populations les plus vulnérables.  

 

Des capacités accrues dans les hôpitaux partenaires 

Operation Eyesight collabore avec 55 hôpitaux partenaires dans six pays pour former du personnel de première ligne, du personnel infirmer et des agents de santé dans les communautés au sujet des mesures de prévention et de contrôle de la covid-19 et des risques d’infection.  L’organisme prévoit de rejoindre 600 000 personnes au Kenya, au Ghana, en Éthiopie, en Inde, en Zambie et au Népal par ses activités éducatives et de sensibilisation à la santé dont un volet s’adresse à la population féminine ou atteinte de limitations fonctionnelles. Il veille également à ce que les centres et établissements hospitaliers dispensant des soins oculaires mettent en place des protocoles de stérilisation stricts pour ne pas propager la covid-19. 

 

Appuyer la prévention de la transmission communautaire  

Par la distribution de porte en porte de matériel de santé dans des langues locales ainsi que de nécessaires d’hygiène, Operation Eyesight et ses partenaires travaillent à prévenir la transmission communautaire du virus. En outre, ils prévoient d’installer des postes de lavage des mains aux points d’eau, dans des écoles et des centres de soins oculaires au Kenya, en Éthiopie, au Ghana, en Inde et au Népal. En plus d’aider les familles dans le besoin, ces postes de lavage serviront d’unités de démonstration que les communautés pourront reproduire. En Zambie, l’organisme prévoit de restaurer 60 puits artésiens pour acheminer de l’eau potable en région rurale.  

 

Un agent de santé communautaire distribue du matériel d’hygiène en Inde.

 

Donner les moyens aux communautés de devenir des leaders    

Dans six pays, Operation Eyesight offrira des formations à plus de 1500 agents de santé communautaire qui, en retour, sensibiliseront les communautés en prêtant une attention particulière aux populations féminines et atteintes de limitations fonctionnelles. Dans les villages, les membres de comités sur l’eau, le nettoyage et l’hygiène seront formés à propos des pratiques correctes de lavage des mains et de distanciation sociale pour prévenir la covid-19. Cette approche vise à rendre les communautés plus aptes à lutter d’elles-mêmes contre la pandémie et à empêcher que les hôpitaux et systèmes de santé soient débordés.  

Le secteur canadien du développement international et de l’aide humanitaire s’adapte rapidement pour répondre à la nouvelle réalité. Des organismes comme Operation Eyesight illustrent à quel point des Canadiens et des Canadiennes s’activent pour aider les populations vulnérables à travers le monde. Des actions rapides et déterminées ainsi que l’adaptation des activités ne font pas que venir en aide aux personnes les plus vulnérables à l’étranger : elles incarnent aussi la riposte du Canada à un problème qui n’a pas de visage et qui fait fi des frontières. Les organismes de la société civile canadienne jouent un rôle de premier plan dans la riposte mondiale à la covid-19. Leur capacité d’apporter rapidement des changements et d’exploiter les relations établies, de même que leur ouverture, traduisent les capacités d’innovation qu’ils ont exploitées pour répondre aux besoins de la situation actuelle et s’assurer que nous nous en sortirons grandis. 

 

*Par Arianna Abdelnaiem, assistante de recherche au Centre canadien de coopération internationale (CCCI). 

*  Ce blogue est le deuxième d’une nouvelle série du CCCI qui présente le leadership et l’innovation du secteur canadien du développement international et de l’aide humanitaire face à la pandémie de la COVID-19.