Bulletin électronique du CCCI : mars 2017 Facebook Twitter CCIC Blog
 

banner image

MOT DE LA PRÉSIDENTE

Le budget de 2017 - Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

Donc la journée du budget est passée et nous a laissé avec une belle grande augmentation de 0 % pour le budget de l'aide internationale - rien, nothing, nada. Pas d'argent neuf pour propulser l'énoncé de la nouvelle politique d'aide internationale qui doit être annoncé bientôt (découlant des vastes consultations qui ont mobilisé plus de 15 000 personnes provenant de partout dans le monde, selon Affaires mondiales Canada). Pas de  plan prévisible et à long terme pour atteindre l'objectif internationalement reconnu de 0,7 % du RNB, et pas de nouveaux fonds prévus au cours des cinq prochaines années pour investir dans la réalisation des objectifs de développement durable.

En ce qui concerne le développement international, les seules annonces constituaient des répétitions  - l'Institution pour le financement du développement (IFD), déjà annoncée par le gouvernement Harper dans le budget 2015, a été annoncé à nouveau avec le même budget que précédemment et pas vraiment de détails supplémentaires. Et l'engagement récent de 650 millions de dollars pour la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), annoncé par le premier ministre le 8 mars 2017, a été inclus dans le budget - et on a confirmé qu'il ne s'agissait PAS d'argent nouveau.

Il est très important de noter que la promesse contenue dans le budget 2016, selon laquelle le budget 2017 serait informé par les résultats de l'Examen de l'aide internationale, a été rompu ou, au mieux, trompeuse. Qu'est-ce que cela nous dit sur ce que le premier ministre et le ministre des Finances pensent des résultats de ce vaste et exhaustif processus de consultation ?

Ceux d'entre nous qui suivent les hauts et les bas des attentes face au gouvernement Trudeau et qui espéraient - étant donné son discours fort et persistant selon lequel il serait un leader mondial - qu'il inverse enfin la tendance négative par rapport à l'enveloppe de l'aide publique au développement et qu'il nous mette sur le chemin menant à une restauration de notre leadership passé à cet égard au niveau mondial, craignaient ce résultat depuis plusieurs semaines déjà. Mais bien sûr, la déception est quand même vive. Et je suis tout à fait déconcertée.

J'ai beaucoup de mal à comprendre comment une augmentation de 0 % du budget pour la lutte contre la pauvreté dans le monde, dans un contexte où notre contribution atteint presque un plancher historique, est conforme à notre volonté d'être perçus comme des leaders sur la scène mondiale. Comment pouvons-nous soutenir de façon convaincante que nous « sommes de retour » et que nous sommes « là pour vous aider » si nous sommes à la traîne sur cet aspect crucial de notre engagement à l'échelle mondiale ?

Nos niveaux actuels d'investissement dans des solutions éprouvées à bon nombre des défis de développement, et pour alléger les souffrances humaines lors des crises humanitaires, sont une honte nationale. Les Canadiens se considèrent comme un peuple généreux - nous accueillons les réfugiés à bras ouverts, nous déployons des Casques bleus dans des contextes fragiles, nous mobilisons des ressources pour venir en aide aux sociétés frappées par des catastrophes naturelles. Mais en ce qui concerne nos efforts d'aide officielle, nous traînons de la patte derrière nos pairs et d'autres pays aux vues similaires  (pays de l'OCDE et du G7, économies développées de taille moyenne) depuis plus de deux décennies maintenant.

Alors qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Comment générer un engagement à long terme et non partisan de la part du Canada et des Canadiens dans le contexte de cette conjoncture internationale particulière,  alors que nous sommes désireux de jouer un rôle de leadership à l'échelle mondiale et que le monde s'attend justement à ce qu'on joue ce rôle ? Je voudrais suggérer quelques actions prioritaires qui nous permettraient de progresser sur cet enjeu et de restaurer la place du Canada parmi les leaders de la coopération internationale.

Premièrement, les Canadiens doivent exprimer clairement et sans ambiguïté au gouvernement que nous soutenons, demandons et attendons de notre gouvernement fédéral qu'il en fasse plus. Plus précisément, que la générosité canadienne doit se refléter dans les contributions du Canada à la résolution de problèmes mondiaux et à la lutte contre la pauvreté et l'injustice partout. Les Canadiens doivent bien comprendre ce que représente le niveau actuel de la contribution du Canada au développement mondial et comment celui-ci se compare à celui des autres pays, et ils doivent demander que ce niveau soit augmenté. Étant donné que les Canadiens sont si branchés sur le reste du monde, et que nous sommes de véritables citoyens mondiaux, la situation actuelle est inacceptable. La société civile, les universitaires, les jeunes et beaucoup d'autres ont un rôle clé à jouer à cet égard. Et des suspects inhabituels, ainsi que de nouvelles voix, doivent se lever pour participer à cet effort également.

Deuxièmement, un effort pangouvernemental doit être déployé pour trouver des champions de la coopération mondiale parmi le large éventail de ministres au sein du cabinet actuel, ainsi que chez les parlementaires impliqués dans différents comités, chez les différents critiques, et plus encore. Une solide compréhension de pourquoi investir davantage pour rendre le monde plus sûr, plus juste et plus durable est bon et nécessaire pour un Canada prospère et stable doit être partagée par l'ensemble du gouvernement et les différents partis. Nous avons besoin de générer un consensus non partisan et intergénérationnel autour de la notion que la durabilité et la prospérité à long terme du Canada exige d'importants investissements pour la paix et la prospérité de la planète.

Nous avons du pain sur la planche. Le Canada sera l'hôte du G7 en 2018 et le monde entier sera attentif pour voir quel type de leadership nous offrirons. En 2019, nous aurons à nouveau des élections et le gouvernement Trudeau sera évalué en fonction de ses contributions à la coopération mondiale par rapport aux gouvernements précédents. Au rythme où vont les choses, il y a une chance réelle que Justin Trudeau termine son mandat avec le niveau d'aide moyen le plus bas par rapport à tous les autres premiers ministres au cours des 50 dernières années. Plus bas que Harper, Mulroney, Chrétien, Martin et, bien sûr, plus faible que son père aussi. Ce n'est sûrement pas ce à quoi le leadership canadien devrait ressembler- nous devons nous mettre au travail pour faire en sorte que cela ne se produise pas.

Solidairement,

Julia

Cette chronique vous a fait réagir? J’aimerais lire vos commentaires! Veuillez les envoyer à Julia Sanchez.

NOUVELLES DU SECTEUR

Ce que nous avons entendu et ce que nous devrions faire

En décembre 2016, Affaires mondiales Canada (GAC) a publié Ce que nous entendu, un résumé des commentaires reçu l'année dernière dans le cadre des consultations de l'Examen de l'aide internationale. Depuis, le CCCI a publié une évaluation de ce document de synthèse. L'analyse identifie les domaines dans lesquels le CCCI estime que le document de synthèse fait des avancées importantes et bienvenues par rapport au document de discussion original développé pour l'EAI. Il identifie également les domaines où - de la perspective du Conseil - il reste encore du travail à faire (y compris en lien avec les résultats de notre analyse des soumissions du secteur, Dans nos propres mots) ou qui ne tiennent pas compte des enjeux abordés dans les présentations de la société civile. En plus d'une évaluation et d'une analyse de chaque section du résumé, le CCCI a inclus des recommandations dont le gouvernement devrait tenir compte - c'est le souhait du Conseil - lorsqu'il finalisera sa politique d'aide internationale, politique que nous attendons désormais en avril ou en mai.

Budget fédéral alternatif

Encore une fois cette année, le CCCI a produit un chapitre sur le développement international pour le Budget alternatif fédéral coordonné par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA). Le chapitre souligne que la réalisation des objectifs du développement durable des Nations Unies nécessite que le Canada transforme son approche de la coopération pour le développement mondial. Le Budget fédéral alternatif propose donc que le gouvernement fédéral lance un plan  financé pour aligner les politiques gouvernementales avec les ODD, au Canada et à l'étranger. Il demande également au Canada d'augmenter progressivement l'aide internationale à 0,41 % du RNB d'ici 2021-22, en ayant pour but d'atteindre 0,7 % en l'espace d'une décennie, tout en axant l'aide internationale du Canada vers les plus pauvres et les plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles. De plus, le Budget fédéral alternatif propose d'établir un nouveau plan d'action pour l'efficacité du développement (le dernier plan du Canada a expiré en 2011) avec des cibles conformes à celles établis par le Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du  développement.

Le CCCI et le 150e anniversaire du Canada et au-delà

À l'occasion du 150e anniversaire du Canada, le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) vise à élargir et à approfondir le récit autour du Canada 150 pour inclure les contributions canadiennes à la coopération mondiale. Tout au long de 2017, le CCCI célébrera Au-delà du 150e en organisant des activités axées sur l’avenir du développement international. Encadré par les objectifs de développement durable (ODD) - l'ambitieux programme de développement global pour les 15 prochaines années -  Au-delà du 150e  sera l'occasion de promouvoir l'universalité, ainsi que d'inspirer et de mobiliser l'action collective canadienne autour d'objectifs communs pour le prochain chapitre de l'avenir du Canada. Alors que les Canadiens seront invités à réfléchir sur le passé, le présent et l'avenir du Canada, Au-delà du 150e présentera une occasion unique pour tous les Canadiens d'apprendre des contributions passées du Canada et d'avancer ensemble dans la construction d'un monde plus juste, plus durable et plus sûr.

Forum des leaders - Au-delà du 150e : Regarder en arrière, aller de l'avant

Au-delà du 150eL'inscription est maintenant ouverte pour le Forum des leaders 2017 du CCCI - Au-delà du 150e : Regarder en arrière, aller de l'avant, qui se déroulera à Ottawa les 9 et 10 mai. Le Forum des leaders du CCCI a pour but de réunir les personnes à la tête des OSC canadiennes  (directeurs généraux, PDG, présidents, etc.)  et de leurs conseils d'administration, de partout à travers le pays, pour répondre aux plus grands défis et opportunités de l'heure. Dans un contexte national et international qui change rapidement, les OSC canadiennes doivent travailler ensemble pour construire un monde plus juste, plus durable et plus sûr. Alors que le Canada célèbre les 150 ans de la confédération, notre communauté a l'occasion de réfléchir sur les contributions et le leadership du Canada  en matière de développement mondial et  sur nos aspirations communes pour l'avenir. Au-delà du 150e : Regarder en arrière, aller de l'avant inspirera de nouvelles idées, renforcera la capacité des OSC et mobilisera le secteur du développement international et de l'aide humanitaire au Canada pour  mettre en oeuvre des actions collectives. Le Forum des leaders 2017 du CCCI mettra en vedette des conférenciers inspirants, des ateliers professionnels novateurs, le lancement de la campagne du CCCI, la Soirée de l'impact mondial (voir les informations ci-dessous) et une journée de plaidoyer sur la Colline du Parlement. L'assemblée générale annuelle (AGA) du CCCI aura également lieu pendant le Forum des leaders.

Célébrer la contribution internationale du Canada

SoiréeÀ l'occasion du 150e anniversaire du Canada et du Forum des leaders du CCCI, le CCCI organisera la Soirée de l'impact mondial, un événement social, élégant et inspirant pour célébrer les réalisations de nos collègues, de notre communauté et de notre pays. La Soirée de l’impact mondial est une occasion unique pour les leaders du secteur de la coopération internationale au Canada, incluant la société civile, le gouvernement, le milieu académique, le milieu des affaires et la communauté internationale, de se rassembler pour souligner le leadership du Canada sur la scène mondiale.  Vous pouvez vous attendre à une soirée mémorable ! Nous espérons que vous serez nombreux à vous joindre à nous pour célébrer l'impact mondial du Canada et pour avancer ensemble vers la construction d'un monde plus juste, plus durable et plus sûr. Vous trouverez plus d'information ici.

Le CCCI lance le prix Karen Takacs 2017

Prix Karen TakacsLors de la Journée internationale des femmes, le CCCI a lancé le prix Karen Takacs pour le leadership des femmes en développement international. Le prix a été créé afin de reconnaître l'action féministe et le leadership collaboratif en coopération internationale. Karen Takacs était une leader estimée et reconnue dans le milieu canadien de la coopération internationale. Pendant plus de 20 ans, elle a travaillé sans répit à améliorer la vie des femmes et des filles et à promouvoir leurs droits à l’échelle locale, nationale et internationale. Karen était également un catalyseur pour la collaboration dans le secteur de l'international canadien. La récipiendaire du prix 2017 sera célébrée lors de la Soirée de l'impact mondial le 9 mai 2017 à Ottawa. Pour en savoir plus sur le prix et les critères de sélection,  rendez vous sur cette page. Veuillez noter que la date limite pour soumettre une candidature est le 7 avril 2017.

Le CCCI appuie la réduction des risques de catastrophes dans les Amériques

Le CCCI a collaboré avec le Réseau mondial des organisations de la société civile pour la réduction des catastrophes afin de rédiger une déclaration de la société civile sur la réduction des risques de catastrophes. Cette déclaration a été lancée lors de la 5e plateforme régionale sur la réduction des risques de catastrophes des Amériques, qui a eu lieu à Montréal les 7 et 9 mars 2017. Elle a été appuyée par plus de 150 organisations des Amériques. Le CCCI a également organisé une réunion préparatoire de la société civile participant à la plateforme régionale, et a participé à deux événements parallèles (plus de détails ici et ici) pendant le sommet. Pour plus d'information, lisez pourquoi le CCCI pense que  la réduction des risques de catastrophes demeure une police d'assurance importante pour le développement durable.

Vers l'élaboration d'un programme commun sur les questions d'importance pour la société civile

En janvier 2016, le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) a produit un mémoire qu'il a partagé avec la ministre du Développement International intitulé Vers l'atteinte de nos objectifs communs: Priorités en matière de développement international et d'aide humanitaire pour le nouveau gouvernement. Le mémoire a porté sur cinq défis et domaines prioritaires de développement international et d'aide humanitaire auxquels les organisations de la société civile (OSC) se sont attaquées au cours des dernières années. Un an plus tard, le CCCI a publié un rapport qui évalue les progrès réalisés sur les domaines et actions identifiées dans le mémoire du CCCI - domaines et actions prioritaires pour la communauté des OSC au Canada. Le rapport établit que, dans l'ensemble, les niveaux d'attention et de progrès sur les questions décrites dans le mémoire de l'an dernier ont été très mitigés.  Le rapport conclut que les mesures recommandées dans le mémoire du CCCI représentent encore des occasions pour le gouvernement de faire des progrès concrets autour d'un programme commun avec la société civile. Ces mesures permettraient de démontrer concrètement que le Canada est vraiment de retour en tant qu'important contributeur à la coopération mondiale, et que le gouvernement est décidé à créer un nouveau modèle de partenariat et de collaboration avec la société civile.

Un mois occupé pour les groupes de travail régionaux du CCCI

Les groupes de travail régionaux du CCCI ont participé à la co-organisation de nombreuses délégations d'organisations partenaires tout au long du mois de mars, avec un accent particulier sur l'impact des activités minières canadiennes en Amérique centrale et aux Philippines. Les activités publiques ont eu lieu dans différentes villes et les deux délégations ont eu l'occasion de rencontrer des politiciens et des fonctionnaires d'Affaires mondiales Canada pour discuter de leurs préoccupations et fournir des recommandations sur la façon dont le Canada peut aller de l'avant sur la reddition de comptes des entreprises et la protection des droits de la personne. Le Groupe d'orientation politique pour les Amériques (GOPA) a également accueilli le Dr Sergio Aguayo, un chercheur mexicain, pour discuter de l'impact de la nouvelle administration Trump sur les migrations ainsi que la renégociation de l'ALENA. Le Dr Aguayo a fait une conférence publique à l'Université Carleton et a rencontré la division nord-américaine d'Affaires mondiales Canada. Un chef de l'Organización Nacional Indígena de Colombia a également visité le Canada pour discuter du processus de paix en Colombie et des niveaux de violence qui persistent dans de nombreuses communautés. Enfin, un dialogue a eu lieu à Affaires mondiales Canada sur la Commission interaméricaine des droits de l'homme, où les membres du GOPA ont fait un certain nombre de recommandations sur la façon dont le Canada peut le mieux soutenir cette importante organisation.

Du nouveau dans Development Unplugged

Development UnpluggedPlusieurs nouveaux articles ont été publiés dans Development Unplugged ces dernières semaines, et la plupart d'entre eux se sont inspirés de la Journée internationale des femmes. Lisez les histoires de Résultats Canada, de l'Initiative pour les micronutriments, d'Equitas, de WaterAid et de VIDEA sur comment le renforcement des femmes génère des résultats positifs pour toute la communauté. L’agent des politiques du CCCI, Gavin Charles, a aussi écrit sur l’importance de la réduction des risques de catastrophe en tant que police d'assurance pour le développement durable. Les propositions d'article pour Development Unplugged sont toujours les bienvenues! Envoyer vos articles de 600 à 900 mots à Chantal Havard.

Au revoir Charles Saliba-Couture

Au revoir Charles Saliba-CoutureLes membres et l'équipe du CCCI tiennent à souligner l'inestimable contribution de l'ancien adjoint aux communications, Charles Saliba-Couture, qui a mis fin à une collaboration de quatre ans avec le CCCI le 17 mars dernier. Charles a commencé en tant que consultant pour le Groupe de travail Asie-pacifique (GTAP), a rapidement été recruté comme assistant au GTAP puis, au cours des trois dernières années, a été un membre important de l'équipe de communications du CCCI. Le professionnalisme, le sens de l'initiative et la personnalité positive de Charles nous manqueront ! Nous lui souhaitons la meilleure des chances alors qu'il entreprend de relever de nouveaux défis professionnels.

NOUVEAUX MEMBRES

Nouveau membre du CCCI: Développement International Desjardins!

CUSO internationale Le CCCI est enchanté d'accueillir Développement International Desjardins, un nouveau membre situé dans la ville de Québec. Fondé en 1970 afin de partager avec les pays en développement et en émergence l’expérience et l’expertise du Mouvement Desjardins, Développement international Desjardins (DID) a comme objectif de rendre accessibles aux populations moins favorisées de la planète des services financiers diversifiés, sécuritaires et répondant à leurs besoins. Pionnier dans le déploiement et le développement de la microfinance à travers le monde, DID est aujourd’hui un leader mondial dans ce secteur et est présent dans une trentaine de pays. Les principaux secteurs d’intervention de DID sont l’appui à la mise en place d’institutions de finance inclusive et le renforcement des capacités des partenaires pour offrir des services spécialisés particulièrement en matière de financement agricole et de financement des petites entreprises. DID anime également un réseau international de réflexion et d’échange qui réunit une trentaine d’institutions de finance de proximité le réseau Proxfin.

PROFIL D'UN MEMBRE :Islamic Relief Canada

Oxfam Québec - profile
Zaid Al-Rawni

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Zaid Al-Rawni, PDG d'Islamic Relief Canada, pour discuter de leur travail de secours et de développement à travers le monde - et à l'échelle nationale - et de l'évolution des rôles pour les ONG canadiennes qui travaillent à l'échelle internationale.

Islamic Relief Canada travaille avec les communautés dans plus de 40 pays pour renforcer leur résilience face aux catastrophes naturelles et fournit des secours d'urgence lorsque se produisent des catastrophes. Parlez-nous d'un projet récent duquel vous êtes particulièrement fier.

Un projet dont nous sommes très fiers, c'est notre projet de culture de framboises en Bosnie-Herzégovine. La région est encore sous le choc de la guerre qui a eu lieu dans les années 1990. Les femmes sont celles qui ont du mal à trouver du travail pour soutenir leurs familles. Les chiffres officiels estiment qu'environ 20 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté tel qu’il est définit au niveau national, et 30 % vivent tout juste au-dessus de ce seuil.

Dans ce projet, Islamic Relief Canada offre une formation aux familles orphelines et aux ménages dirigés par des femmes monoporarentales sur la cultivation des framboises afin qu'ils puissent gagner leur vie grâce à la culture et la vente de framboises...

     Lire la suite

MEMBRES EN ACTION

Equitas célèbre 50 ans d'éducation aux droits humains !

EquitasPour son 50e anniversaire, Equitas présentera le voyage inspirant de 50 défenseurs des droits humains. De Thérèse Casgrain à Alaa Murabit, ce ne sont que quelques-unes des centaines de personnes qui ont changé des vies au Canada et partout dans le monde à travers l'éducation aux droits humains. La série Nous sommes le changement en droits humains illustre comment Equitas a façonné l'éducation aux droits humains au Canada et partout dans le monde au cours du dernier demi-siècle, et a apporté des solutions concrètes et positives à certains des défis les plus importants de notre temps. Les 50 histoires seront publiées sur le site web d'Equitas et sur les médias sociaux en lien avec les journées, nouvelles et événements internationaux.  Découvrez les histoires et célébrez avec Equitas !

Fiche de rendement 2017 en matière de féminisme : évaluation du gouvernement - Oxfam Canada

Oxfam CanadaMené par un premier ministre féministe qui a fait campagne sur la promesse d'une croissance inclusive, le Canada est bien placé pour devenir un chef de file mondial dans la lutte pour l'égalité entre les sexes et contre les inégalités économiques. Oxfam Canada a décidé de faire le suivi des actions mises en oeuvre par le gouvernement libéral afin de respecter son programme féministe avec la publication de la Fiche de rendement 2017 en matière de féminisme comme premier document de cette série. La fiche de rendement conclut que, bien que le gouvernement libéral ait pris plusieurs mesures importantes au cours de sa première année de mandat, sa rhétorique féministe ne s'est pas encore traduite par des politiques et des décisions en matière de dépenses qui nous rapprocheraient de l'égalité entre les sexes.

VAUT LE COUP D'ŒIL

Le programme de droits humains d'Amnesty International pour le Canada

Le programme de droits humains 2017 d'Amnesty International pour le Canada, Une année pour bien faire les choses, propose 35 recommandations pour des actions urgentes à mettre en oeuvre au cours de l'année à venir. Un élément particulièrement préoccupant est le grand écart entre le discours et la réalité en ce qui concerne les engagements du gouvernement Trudeau envers les droits humains des peuples autochtones. Parmi les autres recommandations formulées dans le programme 2017, on retrouve des appels demandant au Canada d’accroître la reddition de comptes pour les entreprises extractives opérant à l'étranger ; de développer une stratégie des droits de l'homme pour la politique étrangère canadienne ; et d'adopter une approche fondée sur les droits pour la sécurité nationale.

Les femmes au cœur de l'action - Développement et Paix

En tant que leaders et piliers de leurs communautés, les femmes sont des catalyseurs de changement dans leurs luttes pour la justice écologique, la démocratie et la participation citoyenne, ainsi que pour la paix et la réconciliation. Pour célébrer son 50e anniversaire, Développement et Paix a récemment lancé une nouvelle analyse thématique intitulée « Les femmes au cœur du changement ». La publication inclut quatre études de cas qui illustrent le rôle essentiel que jouent les femmes pour un changement positif dans les organisations partenaires et les projets appuyés par Développement et Paix.

Déclaration de l’ONU sur les crises humanitaires

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a récemment publié une déclaration au Conseil de sécurité reliée à des missions au Yémen, au Soudan du Sud, en Somalie et au Kenya, appelant le président du Conseil de sécurité de l’ONU à une « réponse internationale d’envergure » et des « fonds pour faire plus » pour ces quatre pays touchés par des conflits. La déclaration bénéficiée d’une grande couverture médiatique à l’échelle internationale avec des titres comme « Le monde confronté à sa plus grande crise humanitaire depuis 1945 » (BBC).

Livre: Putting Knowledge to Work disponible sur le site web du CRDI

La production de connaissances qui sont pertinentes et qui peuvent mener à l’action est essentielle pour le développement international. Il y a une urgence renouvelée pour que les connaissances produites par le secteur de la société civile, notamment par les organisations non universitaires, soient reconnues et enregistrées, distillées et utilisées comme levier, afin d’aider le secteur à maintenir sa pertinence. Putting Knowledge to Work lève le voile sur le rôle souvent sous-évalué que joue la connaissance dans les organisations non gouvernementales (ONG) qui travaillent dans la coopération internationale pour le développement.  Le livre dévoile non seulement les tensions et les défis auxquels font face les petites et moyennes ONG de développement, mais il analyse également les cas dans lesquels les organismes ont conçu des solutions pour améliorer leur propre rendement, souvent dans l’adversité. Vous pouvez télécharger le livre gratuitement sur le site web du CRDI.

 

LE CCCI DANS LES MÉDIAS

Do more with less foreign aid, Morneau urges development agencies
27 mars 2017
The Globe and Mail

Canada’s leadership on sexual and reproductive health must be matched by healthy development budget
8 mars 2017
The Hill Times

Canada’s aid to developing countries
28 février 2017
Toronto Star

LE CCCI PRÉSENTE

Retenez la date !
Nourrir la réflexion (pour les personnes présidentes ou directrices d’organisations membres du CCCI seulement)
5 avril 2017, Ottawa, ON
7 juin, Montréal, QC
Veuillez contacter Michelle Bested pour toute question au sujet de cette série d’événements.

INSCRIVEZ-VOUS !
Forum bisannuel du GOPA
9-10 avril 2017
Ottawa, ON
Contactez Laura Avalos pour plus d’information.

INSCRIVEZ-VOUS !
Forum des leaders du CCCI
9-10 mai 2017
Ottawa, ON

INSCRIVEZ-VOUS !
Soirée de l’impact mondial
9 mai 2017
Ottawa, ON

Retenez la date !
Rencontre annuelle du FAC
29-30 mai 2017
Ottawa, ON
Contactez Laura Avalos pour plus d’information.

Retenez la date !
Conférence annuelle du CCCI
27-28 septembre 2017
Ottawa, ON

ÉVÉNEMENTS

Des nouvelles de la crise des réfugiés - Panel de journalistes organisé par le CIGI
Ottawa, Ontario
3 avril 2017

Formation sur l’égalité femmes-hommes – CQFD/AQOCI
Montréal, Québec
15-17 mai 2017

8e Conférence internationale sur l’éducation aux droits humains : Rapprocher nos diversités - Equitas
Montréal, Québec
30 novembre au 3 décembre 2017


Pour publier un article dans Flash!, prière de l'envoyer à Chantal Havard. À noter que les articles doivent contenir max. 150 mots.

Conseil canadien pour la coopération internationale
39 avenue McArthur
Ottawa (Ontario)
K1L 8L7

www.ccic.ca
Contactez-nous