Bulletin électronique du CCCI : novembre-décembre 2016 Facebook Twitter CCIC Blog
 

banner image

MOT DE LA PRÉSIDENTE

L'efficacité du développement est-elle encore pertinente en 2016?

(Avertissement : préparez-vous à une utilisation abusive d'acronymes dans cet article  - je reviens tout juste du merveilleux monde de la société civile mondiale - et aussi à un article de blogue très long pour souligner la fin de l'année!)

Pendant la dernière semaine de novembre, j'étais à Nairobi, au Kenya, pour participer à la deuxième Réunion de haut niveau (RHN2) du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (PMCED). J'ai été ravie de faire partie d'une délégation d'organisations de la société civile de « l'Amérique du Nord » qui comprenait des collègues du Canada et des États-Unis. Nous avons organisé une liste de diffusion, quelques appels préparatoires, un groupe whatsapp (Équipe AN) et nous avons aussi adopté un mot-clic (#NA4DE - DE faisant référence à l'efficacité du développement en anglais!). Nous avons également été invités à une consultation conjointe co-organisée par le Haut-commissaire du Canada à Nairobi et l'agent responsable de USAID qui a été chef de la délégation des États-Unis pour la RHN2.

J'étais là en tant que représentante de l'Amérique du Nord du Forum sur l'efficacité du développement des OSC  (POED), une fonction que nous détenons au CCCI depuis la fondation du POED. Nous avons eu plusieurs événements préparatoires avant la RHN2 - une réunion du comité de coordination le jour 1, une réunion du Conseil mondial le jour 2, un Forum des jeunes ainsi qu'un Forum des femmes le jour 3, et enfin un Forum des OSC le jour 4 (voir le communiqué du Forum ici). Au moment où la RHN2 commençait (les jours 5 et 6), les quelques 400 OSC qui étaient à Nairobi pour la réunion étaient informées, outillées et prêtes à défendre notre programme. Nous avons livré un plaidoyer en faveur d'un environnement propice plus robuste pour les groupes de la société civile à travers le monde, et pour des engagements forts de la part de toutes les parties pour une coopération efficace au service du développement (voir les principales demandes du POED pour Nairobi ici).

Le jour 7 a été consacré au bilan. Nous avons eu une réunion du comité de coordination afin d'évaluer la semaine et les résultats de la RHN2 (voir la déclaration du POED sur la RHN2 ici), puis nous avons terminé avec une réunion des co-présidents du POED (j'ai été élue co-présidente du POED par le Conseil mondial au jour 2) pour discuter de la stratégie à venir pour le POED et ses membres.

Mais revenons en arrière un peu ici - pour ceux d'entre vous qui ne suivent pas ce programme de près et qui se demandent pourquoi plus de 400 OSC du monde entier se sont rendues à Nairobi pour la RHN2, et ce que tout cela signifie, permettez-moi de vous présenter une version abrégée de l'histoire.

Il était une fois... des pays donateurs, regroupés au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui s'étaient réunis avec des pays bénéficiaires de l'aide pour négocier et s'entendre sur un ensemble de principes visant à rendre l'aide plus efficace. Ce processus a abouti à la Déclaration de Paris de 2005, avec l'adoption des cinq principes de Paris pour rendre l'aide plus efficace : l’appropriation, l’alignement, l’harmonisation, la gestion axée sur les résultats et la responsabilité mutuelle.

Un élément manquant important à Paris fut la société civile - nulle part mentionnée ou reconnue comme un intervenant clé dans le processus de développement. Avec le soutien de gouvernements amis (dont le Canada) et d’agences multilatérales, les OSC ont demandé d'être inclus dans le processus, ce qui a mené à une reconnaissance des OSC en tant qu'acteurs de plein droit du développement à Accra (2008) et, par la suite, à leur inclusion à Busan (2011) en tant que partenaires dans le nouveau forum multipartite baptisé PMCED.

À Busan, quatre principes communs ont été adoptés pour tous les partenaires du partenariat multipartite : l'appropriation démocratique, les résultats, les partenariats inclusifs, et la transparence et la responsabilité partagée. Et dans la période précédant Busan, la société civile s'est lancée dans une consultation mondiale qui a mené aux principes d'Istanbul pour l'efficacité du développement des OSC.

Il y en a huit : les droits de la personne et la justice sociale;  l’équité et l’égalité des genres; l'autonomisation, l’appropriation démocratique et la participation; la durabilité  environnementale; la transparence et la responsabilité;  les partenariats équitables et solidaires; la connaissance et l'apprentissage mutuel; le changement durable positif.

Jusqu'ici, tout va bien. La première RHN du PMCED s'est tenue à Mexico (2014), là où, notamment, le Canada a publié une déclaration sur la nécessité de promouvoir et de protéger un environnement propice pour la société civile. Et la deuxième RHN s'est déroulée tout juste la semaine dernière à Nairobi.

Depuis Paris cependant, le processus a été caractérisé par un manque de progrès tangibles, exacerbé par des mécanismes de reddition de comptes et de rapportage faibles pour faire le suivi des engagements. Mais les rapports de suivi qui existent montrent clairement, malgré leurs défauts, que les pays donateurs ont été très lents à faire des progrès dans la mise en œuvre de leurs engagements et que les pays partenaires (c’est comme ça que les pays en développement ou bénéficiaires de l'aide sont décrits dans ce contexte) ont fait des reculs sur la question de l'environnement propice à la société civile dans leurs pays.

En outre, le paysage de la coopération au développement est devenu plus complexe depuis l'époque où le monde était divisé en donateurs traditionnels (pays développés) et bénéficiaires de l'aide (pays en développement). De nouveaux acteurs sont entrés en scène. Les pays émergents, les BRIC, le secteur privé, et d'autres flux financiers pour le développement ont rendu le processus de réalisation d'une coopération au développement efficace encore plus complexe. De plus, l'adoption des objectifs de développement durable (ODD) a un peu poussé le PMCED dans une crise existentielle, car il tente de définir sa valeur ajoutée dans le contexte de l'actuel programme de coopération mondiale dominant.

Entre-temps, ce forum a eu de la difficulté à inclure tous les acteurs pertinents et à fonctionner comme un véritable partenariat. On peut certainement affirmer que l'une des caractéristiques particulières du PMCED est son caractère multipartite par dessein. Cependant, alors que les pays donateurs et bénéficiaires ont été à la table, et que la société civile et les groupes syndicaux ont travaillé dur pour préserver leur place en tant que parties prenantes dans le processus, d'autres ont été éloignés ou absents. Les économies émergentes, le secteur privé et les autres acteurs (parlementaires et gouvernements locaux) ont été au mieux détachés.

Et pour ajouter aux défis, la RHN2 s’est avérée la première réunion du processus sur le développement efficace où les représentants de haut niveau brillaient par leur absence. Il y avait très peu de ministres présents à tous les niveaux. Le Canada, par exemple, qui avait envoyé la ministre Oda à Busan et le ministre Paradis au Mexique, avait une petite délégation qui n'était dirigée ni par un ministre ni par un sous-ministre. Et le Canada n'était pas le seul à afficher une faible ambition politique à l'approche de la réunion.

Alors, comment tout cela s'est-il terminé en fin de compte? Pour la société civile, le résultat a été beaucoup plus positif que ce à quoi nous nous attendions à l'aube de la rencontre. En tant que partenaire du PMCED, la société civile est officiellement représentée au sein du comité de direction (un des co-présidents du POED est notre sherpa et est membre du Comité de direction).  Pendant des mois, nous avons travaillé fort sur le processus de négociation portant sur le document final, ainsi qu'à la préparation des différentes réunions plénières et séances « en amphithéâtre » de la réunion formelle. Nous avons formé un groupe restreint sur la RHN2 et une équipe de négociation pour mener et appuyer ce travail (j'ai fait partie de l'équipe de négociation). Et nous avons élaboré des demandes clés, des messages pour les communications et une trousse d'outils de plaidoyer. Nous avons inscrit des intervenants provenant de la société civile dans toutes les séances de la réunion, ainsi que dans la plupart des événements parallèles. Et nous avons même organisé un rassemblement éclair (c.-à-d. un « flash mob ») de la  société civile avant l'une des plénières.

Tout ce travail a payé à la fin. Le Document final de Nairobi, quoiqu’imparfait, est une version grandement améliorée du projet original qui avait été soumis à la négociation plusieurs mois avant la réunion. La plupart des tentatives pour revenir sur les engagements antérieurs et sur les termes utilisés ont été effectivement arrêtées ou inversées. Et nous avons même vu des progrès sur certains fronts, tel que mentionné dans la déclaration du POED  à la fin de la conférence.

La raison pour laquelle c’est important, au cas où vous vous le demandiez encore, c'est que malgré la grande complexité du paysage de la coopération au développement en 2016, l'argent de l'aide et d'autres formes de coopération (technique, Sud-Sud) demeurent essentiels pour mettre fin à la pauvreté et l'injustice. Et alors que nous nous embarquons dans le nouveau cadre de 15 ans des ODD, il est plus important que jamais que la coopération au développement puisse se faire d'une manière qui est efficace et propice à fournir des résultats durables et d'impact. Il est crucial que le 'travail inachevé' de Paris, Accra et Busan soit  abordé (c.-à-d. que les acteurs traditionnels s'acquittent de leurs engagements passés) et que de nouveaux acteurs et processus soient invités à la table dans un esprit de véritable partenariat, comme nous le dicte l'ODD 17.

C'est important également parce qu'au cours des dernières années nous avons été témoins d'une réduction accélérée de l'espace civique, et d'une régression dans l'environnement propice pour la société civile, tel que documenté par des organisations comme le POED, CIVICUS, l'ICNL et l'Équipe de travail spéciale sur l'efficacité du développement des OSC et l'environnement propice. De nombreux pays ont promulgué ou tenté d'adopter des mesures répressives et limitatives pour la société civile. Et les défenseurs des droits de la personne et les dirigeants syndicaux continuent à être poursuivis et même tués à cause de leur travail de plaidoyer pour la justice sociale et le développement en faveur des pauvres.

Suite à la RHN2, le Canada remplacera les États-Unis au sein du Comité de direction du PMCED (qui représente les États-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada). La société civile est en passe d'occuper un poste « non exécutif » de co-président, si tout se passe comme prévu. Et j'assumerai le rôle de co-présidente du POED au cours des deux prochaines années. Nous semblons donc être bien placés au Canada pour nous montrer à la hauteur, comme nous l'avons fait dans le passé, et pour faire en sorte que la question de l'efficacité de l'aide au développement reçoive toute l'attention qu'elle mérite dans la lutte pour relever les défis mondiaux que nous mènerons dans les années à venir.

Solidairement,

Julia

Cette chronique vous a fait réagir? J’aimerais lire vos commentaires! Veuillez les envoyer à Julia Sanchez.

NOUVELLES DU SECTEUR

Joyeuses fêtes... nous serons de retour en 2017!

Veuillez noter que le CCCI sera fermé entre le 23 décembre et le 8 janvier. Toute l'équipe sera de retour le 9 janvier avec beaucoup d'énergie pour se lancer dans une nouvelle année de plaidoyer, de travail sur les politiques, d'engagement avec le gouvernement et de renforcement du secteur. Merci de nous lire et passez une merveilleuse période des fêtes avec vos proches !

Le gouvernement publie « Ce que nous avons entendu »; le CCCI répond avec « Dans nos propres mots »

Au début décembre, Affaires mondiales Canada a publié un rapport sommaire intitulé « Ce que nous avons entendu » dans le cadre de la consultation sur l'Examen de l'aide internationale (EAI). Le rapport comprend huit points saillants entendus de façon constante au cours du processus de consultation qui a duré deux mois - utiliser le Programme 2030 pour le développement durable en tant que cadre d'orientation ; appliquer une lentille féministe et une approche fondée sur les droits de la personne au développement ; mettre  l'accent sur les plus pauvres et les plus vulnérables ; être plus efficaces, innovateurs et agiles ; améliorer la cohérence des politiques pour améliorer l'impact et la durabilité ; prendre en compte les besoins, les contextes et les acteurs locaux ; et accroître le financement de l'aide internationale à 0,7 %. Beaucoup de ces principaux messages font écho aux observations contenues dans le propre rapport du CCCI. Publié le même jour, « Dans nos propres mots : une analyse de discours des mémoires soumis dans le cadre de l'EAI  » souligne les questions clés que 80 groupes du secteur du développement international et de l'aide humanitaire ont soulevées dans leurs mémoires, ainsi que les différences et les similitudes entre ces mémoires, le document de discussion d'Affaires mondiales Canada et le mémoire du CCCI. Bien que les principaux messages qui ressortent des deux rapports montrent un degré de convergence encourageant, une évaluation provisoire des résumés de « Ce que nous avons entendu » autour des six priorités thématiques originales du gouvernement pour l'EAI suggère que certains des messages clés du CCCI et de ses membres n'ont pas été aussi bien pris en compte. Le CCCI fera une analyse plus approfondie du rapport dans les semaines à venir.

Rapport du Comité permanent sur les pays prioritaires

Le plus récent rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes en arrive à une conclusion claire et frappante: une politique forte pour le développement et l'aide humanitaire exige un engagement financier solide. Bien que le rapport découle de l'étude du Comité sur les pays de concentration, le contenu lui-même est beaucoup plus large. Il lance un appel fort en faveur d'une approche stratégique globale à long terme pour la coopération au développement. Il recommande que les partenariats et le financement pour les organisations de la société civile soient à long terme, prévisibles et axés sur le local. Le comité a également suggéré des changements structurels à Affaires mondiales Canada pour développer une expertise dans les questions régionales, les innovations politiques, et le suivi et l'évaluation. De manière plus significative, le Comité demande que les dépenses du gouvernement pour l'aide au développement officielle, ou l'aide, atteignent 0,35 % du revenu national brut (RNB) d'ici 2020, et soutient que le Canada devrait aspirer à un plan qui le verrait consacrer 0,7  % de son RNB à l'APD d'ici 2030 - l'échéancier pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Le déjeuner du GOPA sur la Colline pour la paix en Colombie

Le 1er décembre, le Groupe d'orientation politique pour les Amériques, en collaboration avec KAIROS - Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice, a organisé un déjeuner sur la Colline du Parlement avec la conférencière Isabel Caicedo Polanco, de l'Organización Feminina Popular (OFP), une ONG qui promeut les droits des femmes et qui travaille sans relâche pour la paix en Colombie. Les membres du Parlement qui ont assisté à la réunion ont été touchés par le témoignage d'Isabel. Cet événement a été une occasion importante de sensibiliser les parlementaires au fragile processus de paix dans ce pays d'Amérique du Sud et à l'importance de fournir un soutien à long terme aux organismes communautaires locaux. L'autre conférencier, le député Robert Nault, président du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, a partagé ses observations suite aux voyages récents du Comité dans la région et à la publication récente d'un rapport intitulé Appuyer la paix et le développement à long terme au Guatemala et en Colombie. Ce type d'événement offre également un espace où les membres du GOPA et les membres du Parlement peuvent créer des liens et renforcer les moyens de collaboration.

Atelier sur la stratégie parlementaire pour les groupes de travail régionaux

Le 22 novembre, 37 membres des groupes de travail régionaux du CCCI se sont réunis dans les locaux de l'EUMC à Ottawa pour en apprendre davantage sur la façon de bâtir des relations avec les députés et de plaider efficacement pour leurs enjeux. Tant les nouveaux membres que les membres plus expérimentés ont exprimé leur satisfaction par rapport à l'analyse de la conjoncture politique fournie par Velma McColl, associée principale chez Earnscliffe Strategy Group et par Shaughn McArthur, conseiller en relations gouvernementales et au plaidoyer à CARE Canada. Ils ont également apprécié les conseils pratiques fournis un par membre du personnel politique, Tom Allen, assistant de la députée Cheryl Hardcastle. Et le point culminant de l'atelier a été la discussion franche avec l'invitée spéciale Anita Vandenbeld, députée d'Ottawa-Ouest-Nepean. L'atelier s'est terminé par des séances de stratégie distinctes pour chaque région : les Amériques, l'Afrique et l'Asie-Pacifique.

L'évaluation de l'efficacité des OSC cinq ans après Istanbul

Quel est l'état actuel de l'efficacité du développement des OSC et de l'environnement propice - cinq ans après l'adoption historique du Consensus de Siem Reap? La réponse se trouve dans un nouveau rapport publié par le Partenariat des OSC pour l'efficacité du développement. Ce rapport compile des histoires du monde entier, y compris du CCCI au Canada, pour examiner comment les principes d'Istanbul sont mis en œuvre. Progresse-t-on(ou sommes tous en train de reculer?) sur l'efficacité du développement et l'environnement propice? Où avons-nous encore besoin de faire avancer le programme? Le chapitre canadien fournit une mise à jour importante sur notre situation actuelle et propose des réflexions sur les prochaines étapes. Le rapport a été lancé au Forum des OSC à Nairobi, Kenya - un jour avant la deuxième Réunion de haut niveau du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement, où le CCCI a été à la tête d'une délégation d'OSC d'Amérique du Nord.

l

Assistons-nous au retour de la coopération technique?

« La coopération technique comme une modalité d'aide : axée sur la demande ou déterminée par les bailleurs? » est le thème du rapport global biennal 2016 du réseau Reality of Aid (RoA). Le rapport note que la coopération technique reste l'une des formes d'aide les plus utilisées, représentant entre un quart et la moitié de toute l'aide publique au développement (APD). Cependant, il note qu'à ce jour la coopération technique reste en grande partie à l'abri des efforts des donateurs pour améliorer la qualité et l'efficacité de l'aide, ignorant en grande partie les principes de l'appropriation démocratique et de partenariat. Il fait valoir que l'examen de la coopération technique devrait se concentrer sur la relation entre la coopération technique et le renforcement des capacités par les bailleurs, et sur les engagements en vue de renforcer l'appropriation nationale démocratique. Pour ce faire, l'espace politique pour la prise en charge démocratique, où la voix et les intérêts du peuple peuvent façonner les initiatives de développement du gouvernement, est essentiel si on veut s'assurer que l'assistance technique soit efficace pour renforcer les capacités à réduire de façon durable la pauvreté. Les auteurs du rapport explorent le rôle de l'assistance technique chez les bailleurs bilatéraux et les banques de développement multilatérales, la coopération technique pour le commerce et le développement des infrastructures, la coopération technique et l'aide liée, et l'expérience de la coopération technique Sud-Sud. Composé de 23 contributions, y compris un chapitre sur les tendances de l'aide mondiale et un chapitre du CCCI proposant une mise à jour sur l'état de l'APD canadienne, le rapport 2016 de RoA fournit des analyses relatives à la performance de l'aide des bailleurs dans l’octroi de l'assistance technique à partir du point de vue unique de la société civile.

l

Soumission d'un mémoire et présentation au Comité des finances

Le Comité permanent des finances de la Chambre des communes a récemment terminé ses consultations prébudgétaires en prévision du budget de 2017. Le CCCI a soumis un mémoire et a aussi accepté une invitation à témoigner devant le Comité. Le mémoire du CCCI a souligné l'importance économique du secteur de la coopération internationale du Canada - avec 3,9 milliards de dollars de revenus, 3,6 milliards de dollars en dépenses directes, et plus de 14 000 personnes employées à temps plein. En outre, le témoignage du CCCI reflétait l'impact de la mondialisation sur l'économie canadienne : les questions qui touchent d'autres pays, de la guerre civile aux pandémies en passant par les changements climatiques, se répercutent presque toujours aussi dans notre propre cour - affectant tant la société canadienne que l'économie. En conséquence, le CCCI a appelé à un soutien important dans le budget de 2017 pour mettre en place un cadre de financement de l'aide internationale sur une période de cinq ans qui nous placerait en quelque sorte dans un« ascenseur financier » pour doubler, au minimum, le budget de la coopération au développement, avec l'objectif d'atteindre à terme la cible de 0,7 % du revenu national brut fixée par l'ONU (et le Canada). Le CCCI a également fourni au Comité, au ministère des Finances du Canada et à Affaires mondiales Canada, plusieurs scénarios chiffrés pour la réalisation de cet objectif.

PROFIL D'UN MEMBRE : Association canadienne d'études du développement international

Oxfam Québec - profile
Le président de l'ACÉDI, Ian Smillie, aux Journées de la coopération internationale 2015.

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Ian Smillie, président de l'Association canadienne d'études du développement international (ACÉDI), pour discuter du rôle unique de l'ACÉDI, de la Conférence à venir en 2017 et du nouveau projet entre le CCCI et l'ACÉDI, entre autres choses! L'ACÉDI est le premier membre
associé du CCCI.

Quand l'ACÉDI a-t-elle été fondée et pour répondre à quels besoins?

L'Association canadienne d’études du développement international (ACÉDI), fondée dans les années 1980,  est une association nationale, bilingue, interdisciplinaire et pluraliste consacrée à la promotion de nouvelles connaissances dans le vaste domaine du développement international. L'ACÉDI est une organisation qui repose essentiellement sur l’implication de ses membres. Environ un quart de nos membres sont des étudiants, et 25 % sont des professionnels du développement.

Pour accomplir sa mission de promouvoir et d'appuyer les études du développement international (ÉDI) au Canada et à l'étranger, l'ACÉDI maintient une liste de diffusion afin d'améliorer la communication et l'échange d'informations entre les personnes intéressées et engagées dans les ÉDI dans le monde entier.  L'ACÉDI organise une conférence annuelle et commandite divers événements régionaux chaque année pour échanger des opinions, des expériences et des résultats de recherches, pour améliorer le réseautage et la communication dans la communauté des ÉDI, et pour faciliter l'émergence de nouveaux chercheurs et praticiens du développement.

     Lire la suite

MEMBRES EN ACTION

Forum international 2017 - CECI et EUMC

Quand le renouveau s'impose – comment cultiver un avenir prometteur? est le thème du Forum international 2017 co-organisé par le CECI et l'EUMC, et qui aura lieu à Montréal les 20 et 21 janvier. En mettant l'accent sur les peuples, le profit et la planète, le Forum réunira un large éventail d'acteurs - y compris des membres de la société civile des pays du Sud, des jeunes agents de changement, des représentants du secteur privé, des chercheurs et des spécialistes du développement international – pour des discussions sur certaines des questions les plus pressantes, les défis et les solutions en matière de développement international. Visitez le site web pour plus d'information sur l'ordre du jour et pour vous inscrire.

Centre d'information sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées - KAIROS

Le centre d'information MMIWG sur le site web de KAIROS a été créé pour fournir de l'information, des ressources et des mises à jour en rapport avec l'enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées au Canada. L'objectif principal du centre d'information est de fournir un espace où les alliés peuvent se rassembler pour renforcer la solidarité et le soutien aux victimes et à leurs familles.

Plus de Canada - Nouvelle campagne de Vision mondiale

En prévision du budget fédéral de 2017, Vision mondiale a récemment lancé une campagne demandant au gouvernement fédéral d'accroître son engagement à l'égard de la coopération au développement mondial et à démontrer que le Canada est vraiment de retour en réalisant l'objectif de consacrer 0,7 % du RNB au développement international sur une période de 10 ans. Le site de la campagne comprend un message qui peut être envoyé au ministre des Finances Bill Morneau et une vidéo qui illustre l'écart entre ce que les Canadiens pensent que nous dépensons pour le développement international et la réalité.

Ne laissez pas les femmes être lésées - Pétition d'Oxfam Canada

Partout dans le monde, les femmes gagnent moins que les hommes et sont parmi les travailleurs les moins bien rémunérés. Le sexisme affecte les emplois auxquels les femmes ont accès, les salaires qu'elles gagnent, et la façon dont la société valorise leur travail. Pour corriger ce déséquilibre, Oxfam Canada a lancé une pétition demandant au gouvernement canadien de faire du prochain budget fédéral un budget où le travail des femmes est rémunéré également et valorisé.

Cours en ligne offert par le RCC sur l'engagement du public

Le Réseau de coordination des conseils (RCC) propose un cours en ligne sur l'engagement du public. Une ruche qui bourdonne : l'engagement du public au service du bien commun est conçu comme un cours d'introduction pour les praticiens qui souhaitent explorer les concepts clés de l'engagement du public, accroître leurs capacités à rejoindre les parties prenantes au sein de leurs communautés et apprendre comment bâtir des partenariats efficaces. La première cohorte débutera le 15 janvier. Pour plus d'information, veuillez communiquer avec Krista Dinsmore.

Lancement du rapport du FNUAP - Action Canada

Action Canada pour la santé et les droits sexuels, en collaboration avec Affaires mondiales Canada et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), a organisé le lancement canadien du Rapport 2016 du FNUAP sur l'état de la population mondiale 10 : Comment cet âge déterminant chez les filles conditionne notre avenir. Le rapport montre comment la trajectoire de vie d'une fillette de 10 ans constituera un vrai test pour savoir si le Programme 2030 est un succès ou un échec. Selon le rapport, les investissements en faveur des filles de 10 ans peuvent aider à tripler leur revenu au cours de leur vie, à accroître la croissance économique d'un pays et permettre aux enfants d’être en meilleure santé et plus instruits.

VAUT LE COUP D'ŒIL

Longue liste de lectures pour les fêtes de fin d'année!

Du nouveau dans Development Unplugged

Development Unplugged De nombreux articles ont été publiés dans Development Unplugged depuis notre dernier FLASH!, tels que la série sur les systèmes de santé résilients et réactifs pour un monde en changement de la Société canadienne de santé internationale et Health Systems Global, qui portait sur le partage des principaux enjeux discutés dans le cadre du 4e Symposium mondial sur la recherche sur les systèmes de santé à Vancouver du 14 au 18 novembre 2016. Les autres thèmes comprennent les résultats de la COP 22 pour les pays en développement et le rôle des bénévoles dans la réalisation des objectifs mondiaux. Les propositions d'articles sont toujours les bienvenues. Elles peuvent être soumises à Chantal Havard.

Paver la voie à un impact collectif - OCIC

Paver la voie à un impact collectif : les municipalités, les collèges et les universités ontariennes dans le domaine de la coopération internationale est le titre d'un rapport (en anglais seulement) publié récemment par l'Ontario Council for International Cooperation (OCIC). Le rapport explore la manière dont les municipalités et les institutions collégiales et universitaires peuvent contribuer à atteindre les objectifs de développement durable en Ontario et à l'étranger par le biais d'un impact collectif. À cette fin, l'OCIC a également lancé une initiative visant à promouvoir l'engagement entre les membres d'OCIC et les municipalités, collèges et universités en Ontario. Le rapport fait partie de la première phase de l'initiative sur l'impact collectif d'OCIC.

La mosaïque invisible – BCCIC

Après le lancement du Programme 2030 et afin d'en populariser les objectifs, le British Columbia Council for International Cooperation (BCCIC) s'est lancé dans une tournée de consultations à l'écoute de la société civile. Les employés du Conseil ont visité 7 régions de la C.-B., se sont entretenus avec 29 communautés et ont tenu 31 tables rondes pour demander aux OSC comment les objectifs sont liés à leur travail et comment ils peuvent être utilisés pour renforcer leur impact. Sur la base de cette consultation, le BCCIC a publié le rapport La mosaïque invisible : la C.-B. et les objectifs de développement durable (en anglais seulement) qui met l'accent sur la valeur, les possibilités et les limites que les organisations de la société civile voient dans le cadre des ODD.

Rapport sur la justice climatique - Développement et Paix

 

Avant la COP 22 au Maroc, Développement et Paix a lancé un nouveau rapport intitulé L'agriculture paysanne au cœur de la justice climatique. Le rapport fait la lumière sur la relation entre l'agriculture et les changements climatiques; et il propose des arguments en faveur d'une transition rapide vers de nouveaux modèles agricoles si nous voulons lutter efficacement contre les changements climatiques, tant au Canada qu’à l'étranger.

Raisons pour lesquelles l’équité importe - RÉSULTATS Canada

En août 2016, du personnel et des membres de RÉSULTATS Canada se sont rendus en Indonésie avec trois députés pour leur fournir l'occasion de voir de près l'impact de l'aide canadienne sur l'amélioration de l'accès à la santé pour les plus pauvres et les plus vulnérables. Suite à ce voyage, RÉSULTATS Canada a publié Raisons pour lesquelles l'équité importe, un rapport sur la délégation qui est allée en Indonésie et qui explique pourquoi l'équité devrait être au cœur de la politique canadienne de développement.

Les catastrophes naturelles et la violence envers les femmes et les filles

L'équipe de CARE Canada sur les changements climatiques et la résilience aux changements climatiques et l'équipe de l'Overseas Development Institute ont collaboré pour publier un document de travail intitulé Les catastrophes naturelles et la violence envers les femmes et les filles : les catastrophes naturelles peuvent-elles modifier les normes sociales et les relations de pouvoir? Le document examine comment, en temps de crise, les normes sociales se jouent au sein d'un nouvel espace, ouvrant la possibilité de produire d'autres interactions sociales; et comment celles-ci peuvent mener à des occasions pour les femmes et les hommes d'assumer de nouvelles responsabilités.

CIVICUS lance une plateforme web pour suivre les libertés civiques

Le 25 octobre, CIVICUS a lancé une plateforme web pour suivre et comparer les libertés civiques à l'échelle mondiale. Le CIVICUS Monitor est un outil pour évaluer tous les pays quant à « l'état de leur espace civique », et pour voir à quel point ils respectent les libertés d'association, de réunion pacifique et d'expression. La plateforme fournit également des analyses pour tenir compte des différences entre les contextes nationaux et est guidée par quatre principes fondamentaux : la transparence, l’inclusion, la flexibilité et l'activisme. L'outil d'évaluation combine des données qualitatives et quantitatives provenant d'un éventail de sources, et classe les pays dans des catégories qui reflètent le large éventail de respect des libertés de la société civile (fermées, réprimées, entravées, rétrécies et ouvertes). Jusqu'à présent, 104 pays ont été classés par le « Civicus Monitor ».

Les dangers de la lutte pour la justice en matière de ressources naturelles

 

La ruée vers les ressources naturelles, ajoutée à la montée des valeurs autoritaires à travers le monde, met en danger des militants et les empêche de jouer le rôle qui leur revient dans la gestion des ressources naturelles, selon un nouveau rapport publié par CIVICUS et Publiez ce que vous payez. Contre toute attente : les dangers de la lutte pour la justice en matière de ressources naturelles documente la façon dont les gouvernements, dans pratiquement tous les pays riches en ressources, limitent les actions de la société civile, et comment cela mine les efforts visant à accroître la transparence et la reddition de comptes dans le secteur extractif.

Nouvelle loi demandée pour protéger la liberté d'expression des Canadiens

« Protéger le droit des Canadiens à la liberté d'expression » est une initiative d'organisations canadiennes d'envergure travaillant à préserver et renforcer le rôle des organismes de bienfaisance canadiens dans les discussions sur les politiques publiques. Ensemble, ces groupes représentent les voix de centaines de milliers de Canadiens. Dans le cadre des consultations menées par l'Agence du revenu du Canada sur les organismes de bienfaisance et les activités politiques, cette coalition a récemment lancé  une pétition demandant au gouvernement de protéger la liberté d'expression des Canadiens  et d'adopter une nouvelle loi pour donner aux citoyens une voix à travers les organismes de bienfaisance qu'ils appuient.

Activités à l'étranger des organismes de bienfaisance canadiens enregistrés

L'article Activités à l'étranger des organismes de bienfaisance canadiens enregistrés : défis et possibilités de réforme est l'aboutissement de la série de The Philanthropist sur les organismes de bienfaisance canadiens qui travaillent à l'échelle internationale, qui a débuté en mars 2015. L'auteur décrit les défis dans le contexte des règles actuelles en matière de « direction et contrôle » qui s'appliquent aux organismes de bienfaisance canadiens œuvrant à l'étranger. Il présente également des propositions visant à réformer le système, allant de simples modifications administratives à une véritable réforme législative, y compris des subventions à des organisations étrangères pour favoriser la réalisation des objectifs de bienfaisance des organismes canadiens.

Nouvelles mesures demandées pour prévenir les dommages causés par les multinationales

Depuis 2000, le Canada a maintenu un Point de contact national (PCN) chargé de promouvoir l'adhésion des entreprises multinationales à des lignes directrices pour une conduite responsable des entreprises, élaborées par l'OCDE. Above Ground et Mines Alerte Canada ont récemment publié « Le Canada est de retour… en queue de peloton! », un rapport qui évalue la performance des PCN à ce jour, notamment en ce qui concerne la prévention des dommages et l'accès aux recours. Il examine la façon dont le PCN a traité cinq plaintes concernant l'inconduite de certaines entreprises canadiennes à l'étranger, des cas qui comportaient tous des allégations de violations des droits de la personne ou de l'environnement associés à l'industrie extractive. Il conclut que les échecs du PCN illustrent la nécessité pour le Canada d'aller au-delà des mécanismes volontaires et de créer un bureau indépendant et transparent ayant le pouvoir de mener des enquêtes et d'ordonner de véritables sanctions en cas de non-respect des droits de la personne et des normes environnementales.

Rapport de l'OCDE: L'engagement du secteur privé pour le développement durable

Le CAD de l'OCDE a mis en place un groupe d'apprentissage et d'évaluation par les pairs travaillant avec et par le secteur privé dans la coopération au développement. Le rapport L'engagement du secteur privé pour le développement durable : les leçons du CAD examine le contexte politique, les politiques et les institutions à l'origine de l'engagement du secteur privé,  les champs d’intérêt et la mise en œuvre des engagements du secteur privé, les types d'engagement du secteur privé, les partenariats efficaces et des questions thématiques comme le risque, les leviers financiers et les résultats. S'appuyant sur l'expérience pratique des membres du CAD, le rapport met en évidence les bonnes pratiques, fournit une typologie de l'engagement du secteur privé et présente les leçons à tirer.

Nouvelles vidéos du POED

Pour marquer les cinq ans de l'adoption des principes d'Istanbul pour l'efficacité du développement des OSC, le Partenariat des OSC pour l'efficacité du développement (POED) a lancé deux courtes vidéos intéressantes: l'une qui est un appel à l'application des principes de la coopération au développement dans l'élaboration globale du contenu et des processus de développement, et une autre qui décrit ce qu'est la responsabilisation des OSC et pourquoi elle est importante lorsqu'on parle de coopération au développement efficace.

Rapport de Concord sur les ODD

 

Un nouveau rapport de CONCORD intitulé Le développement durable : les enjeux ne pourraient pas être plus grands fournit des recommandations pour encourager l'Union européenne et ses États membres à mettre en œuvre et à assurer la cohérence politique en faveur du Programme 2030 pour le développement durable. Les recommandations sont illustrées par des cas d'États membres de l'UE et de pays partenaires, et peuvent être transposées à d'autres contextes nationaux.

De la disparité à la dignité - note d'information sur l'ODD 10

 

Le Centre pour les droits économiques et sociaux a publié un nouveau document d'information : De la disparité à la dignité : lutter contre l'inégalité économique à travers les objectifs de développement durable. Le document explique l'importance centrale de l'objectif 10 pour faire progresser le Programme 2030, et pour la réalisation des droits de la personne. Il propose un programme axé sur les droits de la personne pour s'attaquer à l'inégalité économique et aux inégalités sociales qu'elle renforce.

« Donor Tracker » : une plateforme de surveillance des pays donateurs

Le Donor Tracker est une ressource en ligne unique de SEEK Development qui offre des analyses récentes, libres et indépendantes sur les 14 principaux pays donateurs de l'OCDE. Couvrant 90 % de la contribution mondiale de l'APD, il fournit des informations basées sur des données au sujet des priorités stratégiques des pays donateurs, des tendances du financement, de la prise de décision et des possibilités d'influencer le financement du développement.

 

LE CCCI DANS LES MÉDIAS

Friendly but firm
CTV News
25 novembre 2016

Justin Trudeau effectue un premier voyage en Afrique
CPAC – Revue politique
23 novembre 2016

Now more than ever we need strong Canadian leadership in the world
The Hill Times
16 novembre 2016

La puissance des images
Le Devoir
5 novembre 2016

House Foreign Affairs Committee recommends government boost aid spending
The Hill Times
4 novembre 2016

LE CCCI PRÉSENTE

Retenez la date!
Nourrir la réflexion (pour les DG et PDG des membres du CCCI seulement)
1er février 2017
1er mars 2017
Ottawa, ON

Retenez la date!
Forum des leaders du CCCI
9-10 mai 2017
Ottawa, ON

Retenez la date!
Conférence annuelle du CCCI
27-28 septembre 2017
Ottawa, ON

ÉVÉNEMENTS

Forum international EUMC/CECI : « Quand le renouveau s'impose – comment cultiver un avenir prometteur? »
Montréal, Québec
20-21 janvier 2017

Mobilizing Leadership for Global Sustainable Development - OCIC
Toronto, Ontario
2-3 février 2017


Pour publier un article dans Flash!, prière de l'envoyer à Chantal Havard. À noter que les articles doivent contenir max. 150 mots.

Conseil canadien pour la coopération internationale
39 avenue McArthur
Ottawa (Ontario)
K1L 8L7

www.ccic.ca
Contactez-nous