Bulletin électronique du CCCI: octobre 2014              À propos   |   Contactez-nous
banner image

MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE

Le programme de développement pour l'après 2015: de Taipei à Lima

Julia Sanchez

Ce mois-ci, je me suis rendu à Taipei pour participer, en tant que conférencière principale, à la deuxième Conférence des ONG asiatiques de développement international de Taiwan AID. Tout de suite après, j’ai pris l’avion pour Lima où le CECI et l’EUMC organisaient la conférence annuelle du volontariat international (IVCO).

À Taipei, c’était extraordinaire de se retrouver avec des collègues de Taïwan et de la région pour discuter du processus de l’après 2015 et des implications pour la société civile. C’était aussi très intéressant de participer à des discussions au sujet des défis émergents pour le secteur relativement nouveau de la coopération taïwanaise – comme la question de la dépendance financière et celle de la coopération Sud-Sud entre autres – et d’avoir une meilleure idée des dynamiques qui accompagnent la présence de Taïwan dans le système multilatéral et international, ainsi que  sa relation particulière avec la Chine et le reste du monde, et la manière dont cela influence le déploiement de ses efforts de coopération.

J’avais été invitée à parler du processus de l’après 2015 d’un point de vue canadien et, pendant ma préparation, je me suis vite rendu compte que nous en avions fait beaucoup, relativement parlant, en comparaison de nouveaux joueurs comme Taïwan – même si, évidemment, ils ne font pas partie du système des Nations Unies ! Le travail que nous avons fait pour résumer le processus (ainsi que les priorités et positions du Canada) jusqu’à maintenant a été utile lors de cet événement pour mettre la table et fournir des informations de base aux participants avant d’explorer certaines des promesses que nous offrent le futur cadre.

Certaines des questions et des commentaires que j’ai trouvés les plus intéressants étaient liés à la question de savoir si l’approche fondée sur les droits de la personne, que la société civile a tant défendu au niveau international, est un construit occidental ou non. Il y a aussi la question de l’intersection entre la culture et la tradition, en lien avec l’universalité des futurs objectifs, qui a retenu mon attention. Ces commentaires ont souvent été formulés par des participants plus jeunes – des étudiants universitaires ou récemment diplômés – et pour qui la condition des femmes dans les pays musulmans semblaient un point très sensible.

Malgré le long voyage pour me rendre jusqu’à Taipei – et les doutes que j’entretenais sur ma capacité à faire une véritable contribution dans le cadre de cette conférence en raison de ma connaissance limitée de Taïwan, de ses objectifs de développement et de sa société civile – j’ai trouvé le voyage extrêmement enrichissant et cela m’a rappelé à quel point il est important de continuer de travailler à l’échelle globale et de manière bilatérale avec des groupes de la société civile autour d’enjeux d’intérêt commun.

À Lima, la conférence du volontariat international (IVCO) mettait l’accent cette année sur le thème de la convergence et j’ai été invitée à parler de l’étude réalisée l’année dernière par le CCCI sur l’engagement des membres auprès du secteur privé. C’est une invitation que je n’ai eu aucune difficulté à accepter – étant moi-même d’origine péruvienne, ayant amorcé ma carrière en développement international avec le CECI et ayant participé activement au processus de mise sur pied d’un programme de volontariat conjoint entre le CECI et l’EUMC (Uniterra) il y a dix ans, de multiples façons, j’avais l’impression de « rentrer à la maison ».

Bien que mon intervention  à la conférence était surtout axée sur la convergence particulière avec le secteur privé autour du développement, il y a eu une séance plus tôt dans la conférence, sur les efforts de plaidoyer du groupe afin d’intégrer le volontariat au sein des discussions sur l’après 2015, que j’ai trouvé particulièrement intéressante. Je trouve toujours très stimulant de voir les résultats des efforts de travail collectif de plaidoyer et sur les politiques. C’est lorsque les groupes de la société civile se regroupent (et dans ce cas précis, cela inclut aussi d’autres acteurs comme les gouvernements et les agences multilatérales d’envoi de volontaires) et réussissent à faire progresser un dossier que la valeur de la collaboration atteint son plus haut niveau.

Les agences d’envoi de volontaires ont travaillé fort au niveau international afin d’articuler et de faire reconnaître le rôle que peut jouer le volontariat pour obtenir des résultats de développement – et comment le volontariat est, et doit être,  une partie intégrante du prochain cadre d’objectifs internationaux. J’ai surtout été impressionnée par le rôle actif qu’ont joué les agences canadiennes d’envoi de volontaire pour faire avancer ce dossier.

En novembre, le CCCI convoquera les diverses coalitions canadiennes qui travaillent sur des enjeux liés aux politiques dans le secteur du développement international et nous nous pencherons sur les manières de renforcer notre efficacité collective en termes d’influence sur les politiques. Des exemples comme celui-là, où des groupes se sont rassemblés et ont réussi à influencer un processus vaste et complexe en canalisant leurs efforts et en étant stratégiques, peuvent certainement nous servir d’inspiration.

Solidairement,

Julia

Cette chronique vous a fait réagir? J’aimerais lire vos commentaires! Veuillez les envoyer à Julia Sanchez.

Séparateur

DERNIÈRES NOUVELLES DU SECTEUR

Le MAÉCD progresse dans la transparence de l'aide mais d'autres font mieux

MAECD progresse dans la transparence de l'aideLe classement mondial 2014 de l’index sur la transparence de l’aide (ATI) vient d’être publié. Alors que le Canada a grimpé de 9 points et se situe maintenant à 71,67 %, par rapport à 62,58% en 2013, il a reculé de trois échelons au classement, passant de la 8e à la 11e position, se faisant devancé par des donateurs ayant offert une publication plus complète de leurs données. Cela dit, il s’est quand même classé au 4e rang parmi 50 donateurs bilatéraux. Le gagnant de cette année est le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui est passé de la 4e à la 1'ère place. La Chine s’est classée dernière. Le rapport souligne que le Canada performe moins bien sur le plan des données financières en matière d’activités individuelles et des informations liées à la performance (évaluation des résultats, conditions et impacts). Le rapport note également que le Canada ne fournit pas de liens vers les documents relatifs aux projets dans ses dossiers liés à l’Initiative internationale sur la transparence de l'aide IITA). L’ATI recommande entre autres au MAÉCD d’encourager les autres départements gouvernementaux à faire rapport à l’IITA. Le site web interactif contient les profils des 68 organisations, des analyses détaillées ainsi que des conclusions et des recommandations fondées sur les données recueillies cette année.

dividing line

Toujours pas d'ombudsman pour le Canada : le projet de loi C-584 est défait

Pas d'ombudsman pour le CanadaLe CCCI se joint aux autres membres du Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) pour exprimer sa déception face à la défaite ce mois-ci du projet de loi C-584 visant la création d’un poste d’ombudsman dans le secteur extractif lors de sa deuxième lecture à la Chambre des communes par 150 voix contre 127. Dans le cadre de la campagne Une affaire de justice, que le CCCI a appuyée, plus de 90 000 Canadiens et Canadiennes se sont prononcés en faveur de la création d’un poste d’ombudsman pour surveiller les activités internationales des compagnies minières, pétrolières et gazières canadiennes, et demandaient d’accorder par voie législative accès aux cours de justice canadiennes à celles et ceux qui croient avoir été lésés par ces activités. Même si tous les chefs et partis de l’opposition ont voté en faveur du projet de loi, ultimement ce dernier a été défait par le gouvernement majoritaire qui a voté en bloc. Le gouvernement n’a toujours pas annoncé de révision à sa stratégie de responsabilité sociale des entreprises (RSE) depuis qu’il a mis en place des consultations l’an dernier. Il n’a toujours pas non plus remplacé sa conseillère en matière de RSE, Dre Marketa Evans, depuis qu’elle a démissionné il y a plus d’un an, en octobre 2013. 

dividing line

Le travail sur l'après 2015 s'intensifie mais nous devons viser plus haut

2015 sera une année importante pour le monde, pour le Canada et pour les Nations Unies. Une série d’objectifs de développement durables remplaceront les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en septembre 2015, alors que les OMD arrivent à terme. Le mois de septembre 2015 marquera aussi le 20e anniversaire de la Déclaration de Beijing et du Programme d'action adopté par la quatrième Conférence mondiale sur les femmes des Nations Unies. Peu de temps avant ce 20ième anniversaire, l’ONU organisera la troisième Conférence des Nations unies sur le financement du développement à Addis Ababa en juillet 2015. Et à la fin de l’année, les chefs d’État se rencontreront à Paris pour la 21e séance de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. En préparation à ces événements, le CCCI a rencontré ses membres ainsi que des membres des conseils provinciaux et régionaux en août et en septembre pour obtenir leurs commentaires et suggestions sur une campagne que lancera le CCCI en 2015. Dans le cadre de cette campagne, nous demanderons au Canada de poser des actions-clés en lien avec ces différents enjeux et de mettre en place un programme pour l’après 2015 qui soit à la hauteur de la tâche à accomplir au cours des 15 prochaines années : soit la réalisation d’un monde réellement inclusif, durable et équitable pour les populations et la planète. Surveillez les événements à venir !

dividing line

Un rapport amélioré sur l'ADO ne peut cacher le déclin de l'aide canadienne

Au début du mois d’octobre, le Ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAÉCD) a publié son premier Rapport au Parlement sur l'aide au développement officielle du gouvernement du Canada depuis la fusion du département. Le rapport indique une baisse marquée du budget de l’aide canadienne pour une deuxième année consécutive. Les chiffres provisoires montrent que l’enveloppe de l’aide internationale est d’au moins 300 millions de dollars en-dessous de ce qui était prévu lors du budget de 2012 et que les allocations d’ADO ont diminué, dans l’ensemble, d’environ 450 millions de dollars entre 2012-13 et 2013-14, pour atteindre 4,9 milliards de dollars – cela suite à une baisse de 185 millions entre 2011-12 et 2012-13. La publication du Rapport de l’OCDE sur la coopération pour le développement ce mois-ci a permis de reconfirmer que l’aide canadienne a diminué de 11,4 % en 2014, la deuxième plus grande baisse, en termes de proportion, de tous les pays de l’OCDE. Les données officielles sur l’aide ne seront confirmées de manière définitive que lors de la publication du Rapport statistique sur l’aide internationale au mois de mars 2015. Au-delà des chiffres, le rapport de cette année offre un aperçu beaucoup plus cohérent et cohésif de l’approche du Canada. Les 12 ministères et agences fédérales ont abandonné la production de rapports individuels, comme ce fut le cas au cours des dernières années, afin de publier un rapport pour l’ensemble du gouvernement qui couvre les cinq priorités thématiques : stimuler la croissance économique durable, accroître la sécurité alimentaire, assurer l’avenir des enfants et des jeunes, faire progresser la démocratie et promouvoir la stabilité et la sécurité.

dividing line

Nouveau sur le blogue du CCCI

Blogue du CCCILe CCCI se réjouit de la contribution d’un de ses membres, le Secours Quaker Canadien, qui a partagé un excellent article sur le refus du Canada de signer la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Les organisations et les individus intéressés à publier un article sur le blogue du CCCI peuvent communiquer avec Chantal Havard.

dividing line

Profil d’une coalition: Abolissons la pauvreté

(Le CCCI s’est associé à plusieurs coalitions pour mieux défendre les causes qu’il appuie, soutenir les réseaux existants et accroître son influence. Nous vous présentons l’une d’entre elles chaque mois dans Flash! afin que vous puissiez vous aussi l’appuyer.)

Abolissons la pauvreté

 

 

Plusieurs d’entre vous se rappelleront avoir porté le bracelet blanc, en 2005-2006, et être allé manifester sur la Colline parlementaire en compagnie de centaines d’autres personnes pour demander au Canada d’être un leader en matière de réduction de la pauvreté et de mettre en œuvre un plan pour éliminer la pauvreté au Canada. Il s’agissait là des principales demandes d’Abolissons la pauvreté au Canada dans le cadre de la campagne mondiale lancée en 2005. Cette coalition a mobilisé des milliers de Canadiens autour de sa plateforme et plus de 50 000 d’entre eux sont toujours impliqués activement. Au cours des dernières années, Abolissons la pauvreté a fonctionné avec des ressources limitées et s’est concentrée sur l’implication en ligne et les appels  à l’action. La campagne Abolissons la pauvreté a été hébergée au cours des deux dernières années par Résultats Canada, avec son propre comité directeur et son conseil d’administration. Sur la base de cette expérience positive et de la complémentarité entre Résultats Canada et Abolissons la pauvreté, une nouvelle entente a été signée récemment. Le CCCI a été impliqué dans cette campagne depuis ses débuts et fait partie du comité directeur et du conseil d’administration. Abolissons la pauvreté a été impliqué récemment dans la campagne Chew on this! qui réclame un plan fédéral anti-pauvreté visant l’éradication de la pauvreté et de la faim au Canada.

dividing line

PROFIL D'UN MEMBRE: World Literacy Canada

BCCIC

Les femmes de World Literacy Canada

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Jasmine Gill, directrice générale de World Literacy Canada. Jasmine nous a fait part de ses opinions au sujet des programmes de World Literacy Canada, nous a expliqué l'approche utilisée par World Literacy Canada pour favoriser l'autonomisation des femmes et nous a donné une description des effets positifs d'un de leurs principaux projets, soit les Bourses d'études Sally Swenson... entre autres choses !

CCCI : World Literacy Canada est un leader dans le domaine de l'alphabétisation depuis près de 60 ans. À votre avis, qu'est-ce qui fait que les programmes de World Literacy Canada soient si uniques et qu'ils connaissent autant de succès?

Les programmes de World Literacy Canada sont très efficaces parce qu’ils sont orientés au niveau local, c’est-à-dire qu’ils privilégient une approche communautaire. Nous travaillons directement avec nos bénéficiaires pour élaborer et mettre en œuvre des programmes éducatifs qui répondent aux besoins de la communauté dans son ensemble. En Inde, où nous avons un bureau de programme, nos programmes d’alphabétisation pour les adultes sont créés et gérés grâce à la participation des groupes de femmes de chaque communauté. Au Canada, nous travaillons à offrir aux enfants des communautés mal desservies la possibilité de faire entendre leurs voix au sein de la communauté mondiale. Notre mission est de favoriser et de soutenir l’éducation des femmes et des enfants afin de renforcer l’équité entre les sexes, d’éliminer la pauvreté et d’accroître le bien-être des communautés où nous travaillons. Nos programmes consolident notre mission avec succès en raison de leur approche directe et efficace et de leur capacité à répondre aux attentes des communautés, sans oublier la force, l’engagement et le dévouement de tous ceux qui s’impliquent pour la cause de l’alphabétisation.

Lire l'entrevue intégrale...

dividing line

LES MEMBRES DU CCCI EN ACTION

Sauver les animaux des catastrophes naturelles – Protection mondiale des animaux

Sauver les animaux des catastrophes naturellesPlus d’un milliard de personnes dépendent directement des animaux pour la nourriture, le travail, le revenu, le transport, le statut social, l’identification culturelle et la sécurité financière. Pour 70 % des pauvres de la planète – ceux qui sont leplus vulnérables aux effets des catastrophes naturelles – le bétail est essentiel pour assurer leurs moyens de subsistance et leur sécurité alimentaire. La vie des animaux et des gens qui sont touchés par les catastrophes naturelles sont inextricablement liées. Protection mondiale pour les animaux sauve la vie d’animaux impliqués dans des catastrophes depuis 50 ans, y compris aux Philippines après le typhon Haiyan en 2013, en Haïti suite au tremblement de terre de 2010 et au Myanmar après le cyclone Nargis en 2008.

dividing line

Développement et Paix lance une nouvelle campagne : Parce qu'on sème!

Parce qu'on sème!Développement et Paix vient de lancer une nouvelle campagne pour sensibiliser la population canadienne au rôle central que jouent les petits agriculteurs familiaux dans le Sud dans la lutte contre la faim, et à agir pour défendre leur droit de conserver, d’échanger et d’utiliser des semences. Sous le slogan Parce qu’on sème, la campagne a pour but d’encourager les Canadiennes et les Canadiens à prendre des mesures pour préserver les droits des agriculteurs face à la menace croissante des entreprises sur le contrôle des semences. La campagne a culminé en octobre avec une semaine d’action qui coïncidait avec la Journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre 2014.

dividing line

Nouveaux membres! CODE, PeaceGeeks et Protection mondiale des animaux

Nouveaux membres

Le CCCI est ravi d’accueillir trois nouveaux membres!

CODE est une ONG canadienne avec 55 années d’expérience dans la promotion de l’alphabétisation et de l’éducation au Canada et à travers le monde. Les programmes de CODE encouragent le développement et l’éducation à travers l’appui aux bibliothèques, le développement professionnel pour les enseignants, ainsi que la publication nationale et locale d’ouvrages dans 17 langues.

PeaceGeeks vise l’autonomisation des organisations communautaires en créant des partenariats technologiques permettant d’améliorer ou de transformer de manière significative les efforts pour la promotion de la paix et des droits de la personne dans les régions en développement et les zones touchées par des conflits. PeaceGeeks s’efforce de bâtir un monde où chaque ONG arrive à tirer parti de la technologie pour réaliser une paix durable.

Protection mondiale des animaux travaille à la protection des animaux touchés par des catastrophes – réduisant la souffrance et aidant les gouvernements et les communautés à se rétablir et à reconstruire. Protection mondiale des animaux offre de la formation pour que les gens puissent prendre soin des animaux avant, pendant et après les catastrophes, reconnaissant le lien entre la vie des gens et des animaux.

dividing line

VAUT LE COUP D'OEIL

Entrevue avec le ministre Paradis : « L'important, c'est les résultats! »

Le ministre Paradis s’est assis avec la rédactrice du Diplomat, Jennifer Campbell, pour discuter d’enjeux liés à son travail actuel, incluant la fusion ACDI-MAÉCI, les priorités en vue des prochaines élections, les OMD, l’engagement à atteindre 0,7 % du PIB, les nouveaux pays ciblés, le dossier de la transparence de l’aide, et bien plus!

dividing line

La politique étrangère canadienne dans le secteur extractif

Politique étrangère canadienne dans le secteur extractif

 

iPolitics a récemment publié un reportage en 12 parties sur la politique étrangère canadienne dans le secteur extractif, en portant une attention particulière au Guatemala.

 

dividing line

Rapport de l'OCDE 2014 :Mobiliser les ressources au service du développement durable

OCDE 2014L’OCDE a publié son rapport phare annuel illustrant les statistiques et les tendances de l’aide internationale. En prévision de l’adoption d’une série d’objectifs de développement durable (ODD) qui succéderont aux Objectifs du Millénaire pour le développement en septembre 2015, l’OCDE a lancé le deuxième rapport d’une trilogie consacrée au thème « gérer l’interdépendance » après 2015. Le rapport de cette année se concentre sur la mobilisation des ressources nécessaires pour financer les ODD; celui de l’an dernier mettait l’accent sur ce qui doit être fait pour réaliser des progrès rapides sur les OMD; et le troisième et dernier rapport se penchera sur les questions de la mise en œuvre, de la publication des données et de l’imputabilité liées aux nouveaux objectifs.

dividing line

L'aide humanitaire mondiale en 2014

Combien dépense-t-on en aide humanitaire? Où va cet argent? Comment est-il acheminé et comment est-il dépensé? Les co-directeurs généraux de Development Initiatives, Judith Randel et Tony German, étaient de passage à Ottawa à la fin octobre pour lancer le Rapport 2014 sur l’aide humanitaire mondiale (en anglais seulement). À sa 14e année, le rapport offre un portrait à jour et complet du financement de l’aide humanitaire mondiale. Si le rapport vous semble trop long ou complexe, téléchargez simplement l’infographie!

dividing line

La liberté de réunion et d'association, et les institutions multilatérales

Les Nations Unies viennent tout juste de publier le plus récent rapport du Rapporteur spécial sur le droit de réunion et d’association pacifiques, Maina Kiai, qui se penche sur ces libertés dans le contexte des institutions multilatérales. 

dividing line

Nouveau livre : « Globetrotting or Global Citizenship: Perils and Potential of International Service Learning »

Nouveau livreUn nouveau livre intitulé Globetrotting or Global Citizenship: Perils and Potential of International Service Learning, sous la direction de Rebecca Tiessen et Robert Huish, a été publié par les Presses de l’Université de Toronto. Ce livre examine l’éventail des occasions d’apprentissage expérientiel à l’international qui s’offrent aux étudiants canadiens, ainsi que les opportunités et les dilemmes qui les accompagnent. Combinant conseils pratiques et examens critiques des occasions d’apprentissage expérientiel à l’international, cette collection d’essais est conçue pour aider le lecteur à aller au-delà des photos et des opportunités de voyage pour s’efforcer de développer une citoyenneté mondiale plus profonde.

dividing line

Pour faire publier un texte, prière de l’envoyer à Chantal Havard. À noter que les articles destinés au Flash ne doivent pas avoir plus de 150 mots.