Bulletin électronique du CCCI: Septembre 2014                                À propos     |     Contactez-nous
banner image

MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE

L'Assemblée générale de l'ONU, le changement climatique et l'après 2015

Julia Sanchez

La semaine dernière, alors que nombre d’entre nous restions à la maison pour nous occuper de nos dossiers, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées à New York pour marcher en appui aux actions sur le changement climatique, et des milliers de plus dans les jours qui ont suivi dans le but de faire progresser le programme sur l’après 2015 dans le contexte de l’ouverture de la séance de l’Assemblée générale des Nations Unies. À Ottawa, nous avons eu le privilège d’accueillir Amina J. Mohammed, conseillère spéciale du secrétaire général de l’ONU pour la planification du développement après 2015, qui était de passage à l’invitation du MAÉCD. En plus des rencontres organisées avec le personnel du MAÉCD et les décideurs politiques, Mme Mohammed a participé à une séance avec des groupes de la société civile organisée par le CCCI avec l’appui de la Fondation Aga Khan du Canada. Pendant cette séance, elle a présenté les faits saillants du processus jusqu’à présent et elle a identifié quelques-uns des défis à venir en vue des négociations d’un nouveau cadre de développement, négociations qui en sont à leurs derniers milles, ou à leur dernière année pour être plus précis. (Consultez le Document d’information du CCCI sur le processus international et les priorités canadiennes pour plus d’information).  

Bien qu’au Canada il semble que nous ayons commencé à nous intéresser au processus un peu sur le tard, ou du moins plus tard que nous l’aurions fait normalement par le passé, Mme Mohammed a insisté sur le fait qu’il y a encore plusieurs enjeux autour desquels le Canada peut jouer un rôle de leader pendant dans la dernière année de négociations sur le cadre ainsi que lorsque nous en serons rendus à la phase de mise en œuvre.

En ce qui concerne le gouvernement canadien, Mme Amina suggère qu’il y a deux enjeux pour lesquels un leadership canadien serait le bienvenu et par rapport auxquels le Canada pourrait faire une contribution importante : le financement novateur pour le développement et les données pour la reddition de compte. Mme Mohammed comprend que ces deux enjeux, en plus de la SMNE et de l’égalité des sexes, seront particulièrement importants pour le gouvernement canadien. Sur le premier enjeu, elle a mentionné qu’il est impératif d’identifier où nous trouverons les ressources pour mettre en œuvre l’ambitieux programme de l’après 2015 qui est très exhaustif (en ce moment, il comprend 17 objectifs et 169 cibles). En particulier, elle a mentionné l’importance de regarder au-delà des sources traditionnels d’APD et de s’intéresser aux flux financiers illicites, à l’évasion fiscale et à la taxation des entreprises alors que les pays se préparent à prendre des engagements financiers concrets en juillet 2015. Sur la révolution des données, Mme Mohammed a souligné l’importance cruciale des données pour la reddition de comptes et a encouragé le Canada d’apporter une contribution à cet égard.

Alors quid de la société civile canadienne ? Selon Mme Amina, maintenir l’engagement de la société civile dans le processus à l’avenir est crucial sur plusieurs plans, notamment pour faire entendre les voix du Sud, pour adapter et mettre en œuvre le cadre  aux niveaux national et sous-national, et pour forcer les gouvernements du Nord comme du Sud à rendre des comptes. Elle a insisté sur le fait que le secrétaire général de l’ONU est bien décidé à protéger les avancées réalisées à travers les traités internationaux et à ne pas laisser les négociations mener à un recul sur des enjeux clés comme la santé et les droits sexuels et reproductifs. Elle a mentionné que nous, au sein de la société civile, avons un rôle important à jouer pour maintenir la barre haute et encourager la mise en place d’un programme mondial ambitieux, en particulier par rapport aux éléments de la discussion qui concernent les droits de la personne. Elle a également parlé des progrès réalisés au cours du processus jusqu’à maintenant, comme le rapprochement des communautés qui travaillent sur le développement et sur l’environnement – un nouveau développement qui est sans aucun doute à la base du succès de la marche de la semaine dernière à New York et qui sera extrêmement important alors que nous regardons vers l’après 2015.

Au CCCI, nous sommes en train de finaliser des consultations avec nos membres et avec notre conseil d’administration autour d’une campagne sur l’après 2015 qui tablera sur ce nouveau programme mondial pour susciter un engagement renouvelé des Canadiens envers les défis du développement international. La visite de Mme Mohammed a servi à la fois de rappel important du rôle crucial que nous pouvons jouer au Canada et sur la scène mondiale, ainsi que de coup de pouce déterminant pour nous encourager à aller de l’avant. Restez à l’écoute pour connaître les prochains développements.

Solidairement,

Julia

Cette chronique vous a fait réagir? J’aimerais lire vos commentaires! Veuillez les envoyer à Julia Sanchez.

Séparateur

NOUVEAUX DÉVELOPPEMENTS DANS LE SECTEUR

Qui contrôle les ressources naturelles en Asie?

Qui Contrôle les ressources naturelles en Asie ?Le 15 septembre, le GTAP a organisé deux présentations avec Mary Ann Manahan, agente de programme chez Focus on the Global South. Dans le cadre de sa première présentation, Sources d’espoir : Alternatives à la privatisation et à la commercialisation de l’eau en Asie (en anglais), Mary Ann a donné un aperçu des enjeux liés à l’eau en Asie et a présenté des alternatives au modèle actuel de privatisation. Dans sa deuxième présentation, Accaparement des ressources en Asie (en anglais), elle a fait part de certaines tendances en ce qui concerne l’accaparement des terres et d’autres ressources et elle a discuté des luttes en cours et des visions alternatives.

dividing line

Le démantèlement de l'Institut Nord-Sud

Démantèlement de INSUne nouvelle triste et inquiétante est venue ébranlée la communauté canadienne – et mondiale – du développement international : le 12 septembre, le conseil d’administration de l’Institut Nord-Sud (INS) a annoncé que l’organisation devait fermer ses portes en raison de difficultés financières. C’est 40 années de brillantes recherches et analyses sur des enjeux clés du développement international qui viennent de prendre fin abruptement. Cette annonce a suscité plusieurs réactions, notamment un article rédigé par la présidente-directrice générale du CCCI, Julia Sanchez, publié au Ottawa Citizen et un autre, par l’ancien président de l’INS, Joseph Ingram, ainsi que trois prestigieux ex-membres du conseil d’administration, publié dans le Globe & Mail. Certains projets qui étaient menés par l’INS ont été transférés à d’autres institutions. Malgré plusieurs tentatives, l’INS n’a pas réussi à négocier une nouvelle entente de contribution avec le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement. Ce vide se fera certainement ressentir, notamment en termes de capacité de recherche et d’analyse sur des enjeux d’importance en développement international d’un point de vue canadien

dividing line

Nouveau sur le blogue du CCCI

Blogue du CCCI Un article a été publié sur le blogue du CCCI depuis la dernière parution du Flash!. Il a été écrit par le Réseau des leaders émergents (RLE), une communauté de collaboration qui aide ses membres à se développer en tant que leaders dans les réflexions sur le secteur de l’aide et du développement international. Le RLE est particulièrement outré et perplexe par rapport au démantèlement de l’Institut Nord-Sud et du genre de message que cela envoie aux milliers de Canadiens qui étudient dans le champ du développement international. Vous pouvez lire l’article complet ici.

dividing line

Joignez-vous au CCCI et montrez-vous sur Instagram!

InstagramLe CCCI a récemment créé un compte Instagram afin de partager des photos inspirantes en lien avec son travail et le secteur. Nos membres sont invités à partager des photos qui illustrent leur travail à l’étranger et au Canada pour contribuer à mieux informer les Canadiens sur divers enjeux liés au développement international. Si vous souhaitez partager – que ce soit via Instagram ou d’autres médias sociaux (Facebook, Twitter) – des photos prises par votre organisation ou vos partenaires, veuillez les faire parvenir à Charles Saliba-Couture ou Chantal Havard et nous nous ferons un plaisir de les faire circuler!

dividing line

Profil d’une coalition: Imagine Canada

(Le CCCI s’est associé à plusieurs coalitions pour mieux défendre les causes qu’il appuie, soutenir les réseaux existants et accroître son influence. Nous vous présentons l’une d’entre elles chaque mois dans Flash! afin que vous puissiez vous aussi l’appuyer.)

Imagine CanadaImagine Canada est une organisation-parapluie pour le secteur caritatif au Canada. L’organisation compte parmi ses membres plusieurs milliers d’organisations caritatives de partout au pays, allant des groupes communautaires jusqu’aux orchestres symphoniques et fondations d’hôpitaux. Imagine Canada est un intervenant important sur les enjeux d’intérêt pour le secteur et l’organisation offre des programmes et des ressources qui permettent de renforcer les organismes caritatifs et leurs opérations afin qu’elles puissent, en retour, soutenir les communautés qu’elles desservent. En tant que membre d’Imagine Canada, le CCCI a été impliqué dans le développement d’un nouveau discours sur le secteur caritatif; dans l’analyse des conséquences des obligations légales imposées par l’ARC et la Loi sur les corporations canadiennes; et dans le suivi d’autres aspects liés à l’environnement propice pour que les organisations de la société civile canadienne puissent remplir leur rôle. La présidente-directrice générale du CCCI est aussi membre du comité consultatif d’Imagine Canada.

dividing line

PROFIL D'UN MEMBRE: Conseil de la Colombie-Britannique pour le développement international

BCCIC

L’équipe et les membres du BCCIC réunis lors de l’assemblée générale annuelle 2014

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Michael Simpson, nouveau directeur général du Conseil de la Colombie-Britannique pour le développement international (BCCIC). Michael a partagé ses perspectives en tant que nouveau directeur général d'une organisation bien établie, il a parlé de la nouvelle entente de financement de cinq ans entre le BCCIC et le MAÉCD et a expliqué le travail du Réseau de coordination des conseils, qui sera hébergé par le BCCIC au cours des deux prochaines années… entre autres choses !

CCCI : Au cours des derniers mois, le BCCIC a accueilli un nouveau directeur exécutif et une nouvelle équipe. Comment cela s’est-il passé? Quelles sont les attentes de votre nouvelle équipe?

Au fond nous avons repris les rênes d’une machine bien huilée, avec un réservoir plein d’essence et une feuille de route claire quant à la direction qu’on voulait prendre. L’équipe et le conseil d’administration précédents ont créé les conditions idéales afin que nous puissions faire avancer le conseil avec une nouvelle équipe. Nous avons une entente de financement garantie de cinq ans, nous venons de passer avec succès une vérification qui nous donne le feu vert en matière de normes de fonctionnement, nous avons un plan stratégique mis à jour – en plus d’êtreun plan ambitieux – et le conseil d’administration a pour mandat de repenser notre travail. Nous n’arrivons pas dans une situation chaotique, au contraire; nous profitons d’un contexte que d’autres ont travaillé très fort à créer et qui a généré beaucoup d’engouement autour du bureau. Ces derniers mois ont été très excitants, car nous pouvons maintenant nous concentrer sur l’avenir, faire des projets en sachant que nous avons les ressources pour mener ces projets à terme et même poursuivre de nouvelles opportunités.

Nous voulons bâtir sur ce que nous connaissons mais également repenser notre identité et notre travail. Tout cela nécessite un changement d’identité vers une « citoyenneté mondiale » et de s’attaquer à des problèmes que nous considérons comme les « nôtres », et non pas les « leurs », et d’envisager la possibilité que les vieilles façons de résoudre les problèmes ne fonctionneront pas nécessairement aujourd’hui. L’épidémie récente de l’Ebola est un exemple classique qui nécessite de penser globalement, et non de croire que le problème est ailleurs… le changement climatique est un autre exemple. L’ancien paradigme du « développement », des nations « développées » développant des nations « sous-développées », disparaît rapidement. Même la « programmation dirigée par le bénéficiaire » ne rend pas compte de l’identité plus large que nous devons adopter. Nous devons penser à nos théories du changement et, selon moi, regarder le tout en adoptant une approche axée sur le développement; examiner la manière dont notre pensée a évolué historiquement au sein de la communauté du développement et tenter de prédire quelle sera l’évolution de notre pensée la plus probable à l’avenir. 

Lire l'entrevue intégrale...

dividing line

LES MEMBRES DU CCCI EN ACTION

Inter Pares lance son nouveau site Web!

Inter Pares lance son nouveau site webPlus de contenu, nouveau look, plus interactif : le site Internet de l’organisme de solidarité internationale Inter Pares a fait peau neuve! Retrouvez en ligne des centaines de récits qui mettent de l’avant le combat de militantes et de militants qu’Inter Pares appuie aussi bien ici qu’en Asie, en Afrique et en Amérique latine. Par le biais d’une riche banque d’articles, de publications, de photos et de vidéos, laissez-vous inspirer par le courage de celles et ceux qui ne baissent pas les bras devant l’adversité et l’injustice. Visitez www.interpares.ca/fr afin de rencontrer des gens et des organisations comme les vôtres qui contribuent au mouvement mondial pour l’égalité.

dividing line

Abolir la torture : une campagne continue d'Amnistie internationale

Abolir la tortureAmnistie internationale travaille sur la question de la torture depuis plus de 50 ans.  Ils ont organisé des campagnes pour appuyer la Convention contre la torture, qui a été adoptée par les Nations Unies en 1984 et qui a maintenant été signée par 155 pays (81 % des membres de l’ONU). Cependant, cette pratique est en hausse alors que de plus en plus de gouvernements cherchent à la justifier au nom de la sécurité nationale. Les progrès qui ont été accomplis sont en train de s’éroder. Amnistie internationale a fait rapport de cas de torture et d’autres formes de mauvais traitement dans au moins 141 pays de toutes les régions du monde au cours des cinq dernières années. Au cours des deux prochaines années, Amnistie internationale fera campagne pour renverser la vapeur et faire cesser la torture une bonne fois pour toute en demandant aux gouvernements de mettre en œuvre des mécanismes de protection pour prévenir la torture et punir les responsables.

dividing line

Une manifestation de solidarité Gaza-Québec

Manifestation de solidarité Gaza-QuébecLe 10 août, une vaste coalition d’OSC du Québec, dont l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), ont lancé un appel à la mobilisation en soutien à Gaza et ont demandé au gouvernement israélien de mettre fin à la violence sous toutes ses formes, de faire cesser le blocus contre Gaza, de mettre un terme à l’occupation des territoires palestiniens et de trouver une solution pacifique basée sur les droits de la personne et la justice. Des milliers de citoyens et activistes se sont également rassemblés pour l’événement à Montréal et ont demandé au gouvernement canadien d’arrêter de soutenir le gouvernement israélien et de « changer radicalement » ses orientations politiques.

dividing line

On demande au Haut-commissaire australien d'appuyer la population d'El Salvador dans un conflit minier

Demande au Haut-commissaire australien d'appuyer la population d'El SalvadorLe 18 septembre, un groupe d’organisations basées à Ottawa, dont Mines Alerte Canada et SalvAide, a remis une lettre demandant au Haut-commissaire australien de travailler avec le gouvernement australien afin de mettre la pression sur l’entreprise australo-canadienne OceanaGold pour qu’elle abandonne sa poursuite de 301 millions de dollars contre le Salvador. OceanaGold poursuit le pays d’Amérique centrale pour la mise en place d’un moratoire de facto sur l’exploitation minière à grande échelle en réponse à l’opposition des communautés face au projet de la compagnie ainsi qu’à l’inquiétude à l’échelle nationale par rapport aux dangers que pose l’exploitation minière à la plus importante source d’eau du pays. Fait important, l’entreprise n’a jamais rempli les exigences règlementaires pour obtenir un permis pour le projet minier. Des audiences sur la poursuite se sont amorcées devant un tribunal d’investissement hébergé à la Banque mondiale le 15 septembre et elles doivent se conclure vers la mi-2015.  

dividing line

VAUT LE COUP D'OEIL

Les grandes fondations du Canada donnent plus de un milliard de dollars aux organismes de bienfaisance canadiens

Grandes fondations du Canada donnent plus d'un milliard

Fondations philanthropiques Canada et Imagine Canada ont diffusé le tout premier rapport sur l’actif et les dons des plus grandes fondations donatrices du Canada. S’appuyant sur la base de données « Connexion subvention » d’Imagine Canada, le rapport Actif et dons des fondations donatrices du Canada brosse un portrait des 150 plus grandes fondations donatrices et des dix plus grandes fondations communautaires du Canada, incluant les dons aux organisations œuvrant dans le domaine de l’« international ».

 

dividing line

Des outils pour faciliter la transition de vos organisations avec la nouvelle Loi BNL

Imagine Canada a compilé une liste de ressources pour aider vos organisations à mener le processus de transition à terme avant la date limite du 17 octobre et ainsi demeurer en règle avec la nouvelle Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif.

dividing line

Un scandale à mille milliards de dollars

Scandlae à mille milliards

La pauvreté extrême a été réduite de moitié en 20 ans et pourrait disparaître complètement d’ici 2030. Mais les progrès sont menacés en raison du plus grand vol que le monde ait jamais connu : le scandale à mille milliards de dollars. Le nouveau rapport de ONE montre que les pays les plus pauvres du monde sont privés de mille milliards de dollars chaque année par les criminels à cause du blanchiment d’argent, des évasions fiscales et des détournements. Il s’agit de sommes qui pourraient être utilisées pour financer la lutte contre la pauvreté extrême, les maladies et la faim.

dividing line

Promouvoir l'éthique dans les partenariats avec le secteur privé

Ce rapport (en anglais seulement) publié par l’Institut Nord-Sud passe en revue la question de l’éthique dans les politiques du CAD de l’OCDE et de l’ONU en matière de partenariat avec le secteur privé. Le rapport cherche à identifier quels principes éthiques ont été, ou peuvent être, mis en œuvre dans les partenariats pour le développement avec le secteur privé et comment les acteurs du développement agissent pour promouvoir des principes éthiques.  Le rapport apporte une contribution en offrant des recommandations concrètes sur la manière dont les acteurs du développement peuvent s’engager manière éthique avec des acteurs du secteur privé pour le développement.

dividing line

Concours : Les industries extractives en Amérique latine, le changement climatique et la biodiversité

Mongabay.org lance un concours pour la production d’un reportage sur les relations changeantes entre les industries extractives, le changement climatique et la biodiversité en Amérique latine. La date limite pour participer au concours est le 5 octobre.

dividing line

Nouveau livre : Crisis and Reform: Canada and the International Financial System  

Nouveau livreLa 28e édition de la série Canada Among Nations, publiée par le Centre pour l'innovation de la gouvernance internationale en partenariat avec l'École des affaires internationales Norman Paterson, présente un examen du Canada et de la crise financière mondiale, et du rôle historique et actuel du pays au sein du système financier international.

 

dividing line

Nouveau livre: Enjeux et défis du développement international

Nouveau livrePierre Beaudet et Paul Haslam ont récemment dirigé la production d’un livre intitulé Enjeux et défis du développement international publié aux Presses de l’Université d’Ottawa. Le livre traite d’un grand nombre de sujets, notamment du rôle des principaux acteurs impliqués dans la coopération pour le développement international (OSC, secteur privé, ONU, IFI, etc.) et d’autres enjeux liés aux activités et à la portée des actions de ces acteurs du développement et de l’humanitaire (santé, égalité des sexes, conflits, droits de la personne, financement, etc.).

dividing line

Pour faire publier un texte, prière de l’envoyer à Chantal Havard. À noter que les articles destinés au Flash ne doivent pas avoir plus de 150 mots.