Bulletin électronique du CCCI: mai-juin 2013                                            À propos     |     Contactez-nous
banner image


MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE

27 juin 2013 : adieu l’ACDI

Julia SanchezDans le prochain FLASH (qui sera publié à la fin d’août) je vous partagerai ce que je retiens du Forum annuel du CCCI, ainsi que mes réflexions sur les formidables échanges que j’ai eus lors de ma participation aux réunions des conseils provinciaux et régionaux. Mais aujourd’hui, il me semble important de faire une pause solennelle et de dire un bref adieu à l’ACDI.

Malgré le discours officiel affirmant que rien ne va changer, que les choses vont s’améliorer, et qu’il ne s’agit pas d’une prise de contrôle ni d’une fusion mais bien d’une amalgamation, et malgré l’insistance entêtée de trop de gens affirmant que ce pourrait être une bonne chose en bout de ligne, et que ce n’est pas nécessairement négatif…aujourd’hui est une triste journée.

Du point de vue de la société civile, c’est une triste journée.  Il s’agit d’un autre énorme jalon sur la route qui mène à un environnement complètement transformé pour la coopération internationale au Canada, et qui nous éloigne des principes et pratiques développés laborieusement à travers des leçons difficiles, des négociations serrées et de durs apprentissages. Une route où l’on tourne le dos à énormément de choses qui ont fait du Canada un leader unique sur la scène internationale. Où l’on définit le rôle du Canada dans le monde selon un agenda très restreint défini de manière écrasante par nos propres intérêts économiques et nos préoccupations géopolitiques. Que reste-t-il de notre engagement envers un monde fondé sur le respect et la promotion des droits humains, sur la bonne gouvernance et sur des partenariats solides et équitables? De la prévisibilité, de l’imputabilité mutuelle et de l’appropriation locale?

Ce qui rend tout cela encore plus triste, c’est que ces changements surviennent sans participation significative de la communauté du développement dans son ensemble. Toutes les discussions politiques et la planification pour l’incorporation de l’ACDI dans le MAECI ont eu lieu derrière des portes closes et au plus haut niveau politique possible. Il n’y a eu aucune occasion de fournir des apports significatifs de la part des parties prenantes à l’ACDI et au MAECI, pendant ce processus d’une importance capitale. Ni pour la communauté du développement canadienne (bureaucrates, secteur académique, groupes de la société civile et groupes de réflexion, etc.) ni pour les pays partenaires ou les organisations internationales. Et encore plus important, les Canadiens n’ont été aucunement invités à prendre part à un dialogue, consultation, débat ou discussion sur quelle est leur opinion sur la contribution du Canada aux problèmes mondiaux les plus criants en lien avec la pauvreté et l’injustice.  

L’annonce a pris tout le monde par surprise en mars (personne n’était au courant, même aux plus hauts niveaux de l’ACDI, jusqu’à quelques heures avant), mélangée au budget 2013 et au dernier projet de loi omnibus sur le budget, bien que l’on nous ait dit avec insistance que cette décision n’avait pas d’implications budgétaires. Puis cela a été brassé brièvement dans quelques audiences parlementaires du comité permanent sur les affaires étrangères, retourné sans changement au comité des finances et est passé par les deux Chambres sans tamisage ni assaisonnement. Après que la sanction royale eut été accordée mercredi, les sites web ont été modifiés rapidement, les adresses courriel ont été changées et les affiches sur les édifices mises à jour, avec une efficacité rarement déployée dans l’exécution de décisions de financement qui auraient un impact positif pour des millions de personnes parmi les plus vulnérables de la planète.

Pourquoi cette utilisation de verbes liés à la cuisine? Non pas parce que je crois que c’était cuit depuis longtemps, et qu’il était plus ou moins utile pour nous d’essayer de le pétrir après le fait accompli, mais bien parce que quand je lis que l’ACDI est mélangée avec le MAECI, je pense au processus délicat qui consiste à mélanger des blancs d’œuf mousseux avec du citron et du sucre pour faire mon dessert d’été préféré. Mais ce qui s’est passé avec l’ACDI ne ressemble en rien à ce processus attentif et délicat; on pense plutôt aux verbes battre et fouetter plus que mélanger. Voyons voir si après une bonne pause estivale la phase de mise en oeuvre de la fusion sera sautée à un rythme différent.

Et puis, bonne fête du Canada à tous!

Solidairement,

Julia

Cette chronique vous a fait réagir? J’aimerais lire vos commentaires! Veuillez les envoyer à Julia Sanchez.

Séparateur

NOUVEAUX DÉVELOPPEMENTS DANS LE SECTEUR

Un pas de plus vers la fusion de l’ACDI et du MAECI

Tout au long des mois de mai et de juin, le CCCI et ses membres ont suivi de près la progression du processus de fusion de l’ACDI et du MAECI. Le Comité des finances a soumis l’avant-projet de loi à l’examen du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, qui a entendu plusieurs témoins, dont Jim Cornelius, président du conseil d’administration du CCCI. À la lumière de cet examen, tous les partis de l’opposition ont proposé d’importants amendements pour consolider le projet de loi et le rendre plus cohérent. Malheureusement, le gouvernement les a rejetés en bloc. Le projet est actuellement étudié par le Sénat et devrait recevoir la sanction royale à l’automne. De nombreux membres du CCCI – et d’autres organisations – suivent activement le processus législatif et demandent que le nouveau ministère soit doté d’un cadre stratégique clair qui donne une place centrale à la réduction de la pauvreté dans son travail. Au cours des prochaines semaines, nous vous partagerons un survol de plusieurs de ces initiatives. Le CCCI prépare actuellement une matrice de comparaison sur les pratiques d’autres pays qui ont fusionné leurs organismes de développement avec leur ministère des affaires étrangères. Nous espérons également rencontrer les membres de l’équipe de transition et nous continuerons de demander un cadre national pour la cohérence des politiques de développement.

Séparateur

Remaniement dans les hautes instances du développement international

Paul RochonLe 8 juillet, Paul Rochon, sous-ministre délégué de Santé Canada et conseiller spécial auprès du ministre des Finances pour les négociations en vue de la création d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières, deviendra sous-ministre du développement international du nouveau ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement. Il remplacera l’actuelle présidente de l’Agence canadienne de développement international, Margaret Biggs, nommée à ce poste en 2008. Mme Biggs occupera temporairement les fonctions de conseillère supérieure auprès du Bureau du Conseil privée. Mme Biggs a toujours nourri un dialogue ouvert et constructif avec le CCCI et nous lui souhaitons le meilleur dans sa nouvelle carrière. Nous souhaitons la bienvenue à M.Rochon et nous espérons le rencontrer bientôt et travailler de près avec lui, dans cette période cruciale pour la coopération internationale.

dividing line

Première étape vers une plus grande transparence dans le secteur minier canadien

Le 12 juin dernier, avant la tenue du G-8, le Canada a annoncé qu’il développerait de nouvelles mesures obligatoires pour rapporter les paiements qui sont faits aux gouvernements étrangers et nationaux par les compagnies extractives canadiennes. Les leaders des huit pays les plus riches s’étaient engagés, après leur réunion de 2011, à étudier de nouvelles règles qui permettraient de mieux suivre les paiements faits par les compagnies aux gouvernements.  Le gouvernement fédéral a déclaré qu’il consulterait les provinces et territoires, les premières nations et groupes autochtones, l’industrie et les organisations de la société civile lors de la mise sur pied de son régime de déclaration. Bien que ce pas vers une plus grande transparence ait reçu un accueil généralement favorable de l’industrie et des organisations de la société civile, beaucoup de représentants d’OSC ont souligné qu’il ne soustrayait pas les entreprises à leur responsabilité à l’égard des pratiques de travail, des impacts environnementaux et du respect des droits de la personne, y compris respect du consentement préalable, libre et informé (CPLI) lorsqu’elles exploitent des terres autochtones. Le 14 juin, le Groupe de travail sur la transparence dans les industries extractives a publié, aux fins de commentaires du public, ses recommandations préliminaires sur la mise en œuvre de normes d’information obligatoires visant les sociétés d’exploitation minière canadiennes.

dividing line

Le groupe de haut niveau de personnalités éminentes propose un cadre de développement pour l’après 2015

Le 30 mai, le Groupe d’experts de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après 2015 a publié son rapport définitif exposant un cadre de développement « ambitieux, mais réaliste » qui prendra la relève des huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) mis en place en 2000 et dont l’échéance est fixée à 2015. Le rapport a reçu un accueil partagé : beaucoup ont loué la façon dont il s’inscrit dans la continuité des OMD tout en allant beaucoup plus loin (voir cette excellente analyse de Claire Melamed), mais plusieurs ont également émis des réserves sur diverses questions, notamment à savoir si le rapport obtiendrait l’appui des gouvernements. Autres points de critique : le fait qu’il ne cible pas les inégalités dans ses objectifs principaux, ne soit pas axé sur les gens et ne réponde pas à la réalité quotidienne des populations les plus démunies, de même la marginalisation qu’il fait des pays les moins avancés et ses recommandations qui n’offrent pas un changement assez profond. Beyond 2015 a publié sa propre analyse du rapport ainsi que les réactions de diverses organisations. Pour lire l’opinion de deux Canadiens à ce sujet, voyez ces billets de Kate Higgins et de Fraser Reilly-King.

dividing line

Participez à l’essai de modules sur les approches fondées sur les droits de la personne et les partenariats équitables

Depuis janvier 2013, le CCCI collabore avec Equitas – Centre international d’éducation aux droits humains et avec le Coady International Institute pour la conception de modules portant sur les approches fondées sur les droits de la personne et sur les partenariats équitables. C’est du 15 au 18 octobre que se déroulera notre atelier de trois journées et demie, au Coady International Institute à Antigonish, en Nouvelle-Écosse. Nous comptons sur la présence de chargés de programmes qui participeront à l’atelier pilote, mettront à l’essai le matériel que nous avons créé, apprendront de cette expérience et nous aideront à finaliser les modules et la « trousse de formation des formateurs ». Leur contribution nous permettra de pousser plus loin ce type de formation. Si votre organisation s’intéresse aux approches fondées sur les droits de la personne ou à l’amélioration de ses partenariats ou si vous intégrez déjà ce type d’approche à vos programmes et avez une expérience à partager et des outils de travail à présenter, nous vous encourageons à solliciter une participation à l’atelier. Les demandes doivent nous parvenir au plus tard le 9 août.

dividing line

Le projet de loi S-14 est adopté, malgré les craintes de son impact sur le travail humanitaire

Le projet de loi S-14, modifiant la Loi sur la corruption d’agents publics étrangers, a été introduite au Sénat le 5 février dernier afin de modifier la Loi sur la corruption d’agents publics étrangers et a reçu la sanction royale le 19 juin. Les deux points d’intérêt du projet de loi S-14 pour notre secteur sont l’inclusion des organisations à but non lucratif dans les dispositions de la Loi sur la corruption d’agents étrangers et l’interdiction de verser des paiements de facilitation à des agents étrangers. Ces paiements sont habituellement des petites sommes d’argent versées à des agents du gouvernement, afin qu’ils accomplissent des tâches qui relèvent de leur responsabilité, comme émettre un visa valide dans les délais, permettre la livraison de ravitaillement ou l’accès à de l’aide médicale d’urgence. Les paiements de facilitation sont parfois utilisés par des acteurs de l’aide humanitaire, souvent dans des situations de vie ou de mort. La question de savoir si les paiements de facilitation devraient être permis ou interdits est gérée de manière différente par les pays donateurs. Alors que le Royaume-Uni l’a interdit dans sa loi anti-corruption, les Etats-Unis ont adopté une approche plus flexible qui permet ces paiements dans certaines circonstances. L’Association du barreau canadien, la Croix-Rouge canadienne et d’autres parties prenantes qui ont pris part aux audiences du Sénat sur le projet de loi S-14 ont demandé que la révocation de l’exception des paiements de facilitation soit discutée séparément, étant donné son impact potentiel sur la livraison d’aide humanitaire d’urgence, après que l’on ait étudié la question davantage et qu’un consensus international plus fort ait émergé.Malheureusement la loi a été adoptée sans aucune modification et l’exception concernant les paiements de facilitation a été révoquée.

dividing line

Appel aux leaders de la relève!

Pensez un instant à votre équipe… la description qui suit vous rappelle-t-elle quelqu’un? Une jeune personne (disons moins de 30 ans) engagée dans le secteur, passionnée par le rôle qu’elle peut y jouer, qui s’y voit à long terme et qui est désireuse de réseauter et de collaborer avec d’autres jeunes professionnels. Si c’est le cas, nous serions heureux que cette personne rejoigne le réseau des leaders émergents du CCCI! Le groupe des leaders émergents du CCCI a vu le jour à l’occasion du forum annuel en mai 2013 (lisez ce billet de blogue de Sarah Parkinson à propos de son expérience durant l’événement). Depuis, les participants planifient leurs activités et objectifs à venir et ont eu leur première conférence téléphonique en juin. Aidez-nous à trouver les prochains leaders émergents : diffusez ce message et parlez-en à vos collègues. Nous sommes à la recherche de participants de partout au pays qui possèdent des compétences et une expérience variées. Les personnes intéressées, faisant partie d’organisations membres du CCCI, sont priées de communiquer avec Fraser Reilly-King, qui les mettra en contact avec le réseau.

dividing line

Le président de la Banque mondiale à Ottawa

Jim Yong-KimLe 10 juin dernier Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, était de passage à Ottawa et grâce à  Joe Ingram de NSI sa première réunion s’est déroulée avec des représentants de la société civile. Se décrivant comme la “la première personne d’un pays en développement et première personne de couleur à prendre la tête de la Banque mondiale” M. Kim nous a laissé avec l’impression forte qu’une personne réfléchie et visionnaire, ayant accumulé une expérience solide, était aux commandes d’une organisation qui est un joueur clé sur la scène mondiale du développement. M. Kim a discuté avec passion et à-propos de comment faire face à ce qu’il identifie comme les principaux défis de notre époque: les changements climatiques et les états fragiles. Son expérience passée en santé et dans le milieu académique s’est manifestée quand il a parlé de la priorité de la Banque mise sur l’élimination de la pauvreté , en travaillant sur la base de faits générés par une recherche solide, et en veillant à ce que la santé, l’éducation et la protection sociale soient à la base de la croissance économique et ultimement du développement. M. Kim a répondu à des questions sur l’image négative qu’a la Banque mondiale dans de nombreux pays en développement, sur l’inégalité et l’inclusion (des pauvres, des jeunes), le rôle du secteur privé, les mesures d’impact et autres. Il a souligné l’importance de perfectionner ce qu’il appelle “la science de la livraison” afin de s’assurer que les mesures incitatives sont en lien avec l’impact. Il a conclu en soulignant le rôle important que jouent les OSC en demandant à la Banque mondiale de rendre des comptes (bien que son premier voyage à Washington DC ait coincidé avec la protestation “50 ans c’est assez”, qui heureusement dit-il n’a pas réussi à faire fermer la Banque!) et sur la nécessité d’être humble et de travailler avec les autres (particulièrement avec le secteur privé dans les pays en développement) afin de répondre aux défis développementaux les plus urgents qui se présentent à nous aujourd’hui.

dividing line

Rencontre annuelle du Groupe de Travail Asie Pacifique avec la Direction générale de l’Asie de l’ACDI

Le 29 mai, les membres du Groupe de Travail Asie Pacifique (GTAP) ont rencontré le personnel de la Direction générale de l’Asie de l’ACDI pour aborder diverses questions, dont la fusion de l’ACDI et du MAECI et ses répercussions sur les programmes et les projets de développement dans la région, la coordination avec la Direction générale des partenariats avec les Canadiens de l’ACDI ainsi que les pays et thèmes prioritaires actuels de cette dernière. Il a surtout été question du rôle du secteur privé. La rencontre a été couronnée de succès : plus de 35 personnes également réparties entre les membres du GTAP et le personnel de l’ACDI y ont participé. Après la table ronde, les membres du GTAP ont pu parler de programmes-pays précis en cinq sous-groupes de discussion. Un rapport sommaire sera bientôt affiché sur la page Web du GTAP. Pour demeurer au fait des prochaines activités, inscrivez-vous au bulletin hebdomadaire du GTAP en remplissant ce formulaire.

dividing line

Réunion du printemps du Groupe d’orientation politique pour les Amériques

Les 4 et 5 juin, le Groupe d’orientation politique pour les Amériques (GOPA) du CCCI a tenu l’une de ses trois rencontres annuelles réunissant des membres des quatre coins du pays. Au programme : séances d’apprentissage et de planification stratégique du travail. Les conférenciers ont analysé les raisons qui ont poussé le Canada à participer à l’Alliance du Pacifique, une nouvelle communauté économique formée du Mexique, du Chili, de la Colombie et du Pérou. Les membres ont également échangé les dernières nouvelles et ont discuté de stratégies concernant le processus d’étude d’impact sur les droits de la personne de l’ALE Canada-Colombie, les accusations de génocide contre l’ancien président du Guatemala, Efrain Rios Montt, et les audiences du Sous-comité des droits internationaux de la personne au sujet du Honduras.

dividing line

Nouveautés sur le blogue du CCCI

Le blogue du CCCI accueille toujours les contributions et les nouvelles voix du secteur, qui ont d’ailleurs été très prolifiques au mois de mai. En effet, nous avons eu droit aux écrits de quatre blogueurs invités, qui ont participé à notre forum annuel 2013 à titre de volontaires ou de leaders émergents.

Si ce n’est déjà fait, nous vous invitons à lire leur intéressante réflexion personnelle sur les enjeux abordés durant le forum. En juin, nous avons également publié un article de Fraser Reilly-King tiré du blogue de l’Ottawa Citizen sur l’aide et le développement à propos du rapport du Groupe d’experts de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après 2015. Si vous désirez publier un article sur le blogue du CCCI à propos d’un sujet d’intérêt pour votre organisation ou notre secteur, veuillez communiquer avec Chantal Havard.

dividing line

Profil d’une coalition : Le Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises

(Le CCCI s’est associé à plusieurs coalitions pour mieux défendre les causes qu’il appuie, soutenir les réseaux existants et accroître son influence. Nous vous présentons l’une d’entre elles chaque mois dans Flash! afin que vous puissiez l’appuyer vous aussi.)

CNCALe Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises

Le CCCI est membre du Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises (RCRCE) depuis sa création en 2005. Le RCRCE rassemble des groupes de la société civile canadiens qui réclament qu’un cadre législatif fédéral mette en place des normes réglementant la responsabilité des sociétés minières actives à l’étranger, particulièrement dans les pays en développement. Le Réseau veut accroître l’efficacité des activités de ses membres par l’échange d’information, l’analyse et la recherche sur les politiques, d’une action conjointe en faveur d’une réforme juridique et politique et la sensibilisation du public à ces questions. Dès cet automne, le RCRCE lancera une campagne d’accès à la justice pour exiger la création de dispositions qui permettraient aux non-Canadiens ayant subi des dommages de la part des entreprises minières canadiennes de porter leur cause devant des tribunaux d’ici et d’un mécanisme hors de l’appareil judiciaire (ombudsman) chargé de recevoir les plaintes et d’évaluer la conformité des entreprises canadiennes aux normes de responsabilité. À titre de membre du RCRCE, le CCCI participe à ses réunions de planification, à ses initiatives et à ses ateliers de renforcement des capacités. Le CCCI surveille également les occasions de promouvoir un dialogue à l’interne entre les membres qui travaillent des deux côtés du programme canadien de RSE.

dividing line

PROFIL D'UN MEMBRE: Action Canada pour la population et le développement

Action Canada pour la population et le développement

Lancement SWOP 2011 (le directeur des affaires parlementaires de ACPD, Dina Epale,
anime le lancement du Rapport 2011 sur l'état de la population mondiale de l'UNFPA)

Ce mois-ci, le CCCI a rencontré Sandeep Prasad, directeur général de l’Action Canada pour la population et le développement (ACPD). L’ACPD a été fondée en 1997 et s’emploie activement à défendre les droits de la personne en matière de santé, de sexualité et de reproduction. Lors de cette entrevue, M. Prasad nous a parlé de la participation de l’ACPD au Groupe de travail de haut niveau en vue de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), du point de vue de son organisation sur le rapport du Groupe d’experts de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après 2015, et de beaucoup plus.

Selon votre énoncé de mission, l’ACPD a pour mission d’améliorer la qualité de vie des femmes, des hommes et des jeunes en faisant la promotion de politiques progressistes en matière de droits de la personne et de développement international et en ciblant principalement les droits reproductifs et sexuels ainsi que la santé. Parlez-nous de vos réalisations et de vos progrès depuis votre fondation en 1997.

L’ACPD a joué un rôle de premier plan pour faire avancer l’égalité des sexes, les droits reproductifs et sexuels des adolescents, le droit à l’avortement, l’inscription de la mortalité et de la morbidité maternelles parmi les enjeux relatifs aux droits de la personne, l’éducation sexuelle complète et bien d’autres enjeux liés aux droits de la personne en matière de santé sexuelle et reproductive. L’ACPD travaille activement dans le Système des droits de la personne de l’ONU depuis 2002. Elle a notamment été la première ONG à réclamer de façon soutenue que le Conseil des droits de l’homme examine la question de la mortalité et de la morbidité maternelles, ce qui a conduit, en juin 2009, à une résolution sans précédent : « Mortalité et morbidité maternelles évitables et droits de l’homme », la première reconnaissance intergouvernementale de la mortalité et de la morbidité maternelles comme enjeux relevant des droits de la personne. L’ACPD a également mené des efforts de revendication pour faire intégrer les droits sexuels et reproductifs dans un certain nombre d’autres résolutions de l’ONU. Elle a entre autres fait en sorte qu’un engagement politique à cet égard fasse partie de résolutions portant notamment sur le VIH, le droit à la santé et la violence contre les femmes, les adolescents et les enfants. Pour y arriver, l’ACPD prend part à une action sociopolitique directe auprès de divers gouvernements afin de rallier l’appui nécessaire pour des propositions précises.

Lire l'entrevue intégrale...

dividing line

LES MEMBRES DU CCCI EN ACTION

Nos membres se distinguent! Voici les quatre lauréats des Prix pour l’innovation et l’efficacité du CCCI 2013

Les Prix pour l’innovation et l’efficacité 2013  font partie des nouvelles activités organisées cette année durant notre forum annuel. Le CCCI y a souligné le travail de quatre projets/organisations.

Dans la catégorie « efficacité », le CCCI félicite les OSC suivantes :

Barbara Wood, directrice générale de CoDev, reçoit un Prix pour l’efficacité des OSC

Barbara Wood, directrice générale de CoDev, reçoit un Prix pour l’efficacité des OSC

CoDevelopment Canada (CoDev), pour son appui à la campagne de SINTRACUAVALLE, le syndicat des travailleurs de l’eau de la fonction publique de la Valle del Cauca, en Colombie. Au cours des douze dernières années, les membres de SINTRACUAVALLE ont réussi à empêcher par cinq fois la privatisation des ressources en eau. Pourtant, les tentatives de privatisation se poursuivent. CoDev collabore actuellement avec SINTRACUAVALLE pour mener une campagne de sensibilisation et de mobilisation auprès des citoyens afin d’accroître leur appui à la gestion publique des ressources en eau.

Karen Takacs, directrice générale et Anne Gatsinzi, adjointe aux programmes à Carrefour International, reçoivent leur Prix de Fraser Reilly-King

Karen Takacs, directrice générale et Anne Gatsinzi, adjointe aux programmes à Carrefour International, reçoivent leur Prix de Fraser Reilly-King
Carrefour International, pour son engagement dans la lutte contre la violence familiale au Ghana. À la suite de l’adoption de la Loi sur la violence familiale, en 2007, une victoire décisive pour les Ghanéennes, Carrefour international et Femmes, droit et développement en Afrique, un partenaire local, ont mis sur pied un projet de longue haleine visant à accroître l’accès à la justice aux victimes de violence familiale et de promouvoir à plus grande échelle les droits des femmes.  


Dans la catégorie « innovation », le CCCI félicite les OSC suivantes :

Elly Vanderberg, vice-présidente intérimaire des programmes internationaux et canadiens, a reçu le prix pour World Vision

Elly Vanderberg, vice-présidente intérimaire des programmes internationaux et canadiens, a reçu le prix pour World Vision
Vision mondiale, pour son cadre de gestion de l’innovation, qui vise à instaurer un processus favorisant l’émergence d’idées novatrices. Vision mondiale reconnaît que l’innovation ne passe pas uniquement par les idées, ni seulement par un processus, mais qu’il s’agit à la fois d’un art et d’une science. Pour trouver des idées novatrices, les raffiner et les mettre en pratique, les organisations de tous les secteurs doivent se rassembler, collaborer et s’appuyer sur des idées qui peuvent produire un effet durable sur le terrain.

David Mowbray, gestionnaire, formation et standards à Radios Rurales Internationales, reçoit le prix de Chantal Havard

David Mowbray, gestionnaire, formation et standards à Radios Rurales Internationales, reçoit le prix de Chantal Havard
Radios rurales internationales, pour son approche unique et éprouvée d’aide aux petits producteurs agricoles en Afrique. Radios rurales internationales a mis sur pied des campagnes radio participatives afin d’aider les agriculteurs à découvrir, à évaluer et à utiliser de nouvelles pratiques agricoles. Ces campagnes mettent à l’avant les voix, les histoires et les points de vue d’agriculteurs ordinaires dans divers formats radiophoniques : groupes de discussion, vox pop, débats de village, tribunes téléphoniques, mini-feuilletons et musique.

dividing line

VAUT LE COUP D'OEIL

Au-delà de l’aide : un plan pour la coopération internationale canadienne

Selon ce rapport d’étude de l’Institut Nord-Sud, qui examine l’engagement du Canada dans les pays en développement, le Canada a besoin d’une vision plus large qui comprend des politiques d’aide et des politiques visant des domaines autres que l’aide pour accroître la cohérence des politiques au service du développement et devenir un acteur efficace du développement international.

dividing line

Résilience et inégalités face au risque

Ce rapport d’Oxfam International montre que la vulnérabilité aux risques comme les changements climatiques, les dangers et l’insécurité est plus prononcée dans les pays qui présentent de plus grandes inégalités de revenus. C’est pourquoi le travail de renforcement de la résilience doit s’attaquer aux causes sous-jacentes de la vulnérabilité, et non seulement à ses symptômes. Selon le rapport, notre approche de la réduction de la pauvreté doit être entièrement revue de façon à ce que nous aidions davantage les moins fortunés à affronter – et enfin surmonter – les chocs, les tensions et l’incertitude.

dividing line

Réflexion sur les OMD et explication du programme de développement d’après 2015

Ce nouveau rapport de l’INS examine les objectifs du Millénaire pour le développement et fait état des processus, des questions, de l’architecture et des nouveaux problèmes qui alimentent le débat sur l’après 2015.

dividing line

Global Social Justice Journal

Le Centre for International Studies de l’Université Cape Breton fait l’annonce du premier exemplaire de sa nouvelle publication à comité de lecture, le Global Social Justice Journal. Cette nouvelle publication a pour objectif de transcender le fossé entre les militants sociaux et les chercheurs en diffusant des études évaluées par les pairs sur des questions normatives de justice sociale mondiale, dont la mondialisation économique, les droits de la personne, les peuples autochtones, l’environnement, l’éducation, le genre, les classes, la culture politique et la race.

dividing line

La fraude fiscale et le recours aux paradis fiscaux

Ce rapport, publié en mai 2013 par le Comité permanent des finances, étudie l’évitement fiscal et la fraude fiscale au Canada ainsi que les méthodes utilisées ici et ailleurs pour détecter, contrer et ainsi diminuer la planification fiscale sophistiquée afin que les contribuables paient leur juste part d’impôt.

dividing line

Des étudiants de 4e année de Carleton disponibles pour des stages dans des ONG

Des étudiants de l’université Carleton, qui participent à un séminaire de 4e année du programme de premier cycle et spécialisés en développement (faisant partie du programme de premier cycle pour étudiants intéressés en politiques publiques de Kroeger College), sont disponibles et intéressés à travailler dans le milieu des ONG. Le séminaire (12 semaines de septembre à décembre) offer une occasion d’apprentissage pour les étudiants tout en contribuant concrètement au travail d’une ONG. L’organisation hôte bénéficie du travail gratuit d’un groupe d’étudiants brillants et motivés qui remplissent des tâches précises.On s’attend à ce que les organizations supervisent les étudiants et discutent à l’avance avec la coordinatrice, pour la planification du travail. A moins que les tâches ne demandent une présence sur place, les étudiants travaillent de manière indépendante, à l’extérieur.Si vous êtes intéressé, prière de contacter: Bessa Whitmore.

dividing line

Pour faire publier un texte, prière de l’envoyer à Chantal Havard. À noter que les articles destinés au Flash ne doivent pas avoir plus de 150 mots.